Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte d’Ivoire : la célébration de la 73e Journée internationale des droits de l’homme marquée par un plaidoyer de l’Acat-CI en faveur du respect des droits des détenus


Alwihda Info | Par - 16 Décembre 2021


La 73e Journée internationale des droits de l’homme s’est déroulée le 10 décembre 2021, dans les locaux de la mairie d’Abidjan - Port-Bouët.

Sur l’initiative du Conseil national des droits de l’homme (Cndh), les organisations de la société civile, notamment, celles œuvrant pour la défense des droits humains ont dressé et animé des stands, pour porter le message de sensibilisation aux droits humains à la population.

C’est dans ce contexte que l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture, section Côte d’Ivoire (Acat-CI) et l’Union européenne (Ue) ont au cours d’un mini panel sensibilisé les visiteurs sur la problématique des prisons ivoiriennes. De même que les actions entreprises en faveur des personnes détenues.

Pour le chargé de programmes, droits de l’homme, gouvernance démocratique, société civile de la Délégation de l’Ue en Côte d’Ivoire, Antonio Dal Borgo : « La défense et la promotion des droits de l’homme n’est pas limitée à cette Journée du 10 décembre. Mais on défend les droits de l’homme et la démocratie tous les jours ».

Mieux il dira : « C’est un engagement individuel et collectif qui doit se faire au quotidien, dans les écoles, les familles, le lieu de travail, etc. ».

Il a relevé que le soutien de l’Ue aux organisations de société civile en général et plus particulièrement à l’Acat-CI, marque l’engagement de l’Union dans la protection et la promotion des droits de l’homme et de la démocratie.

Antonio Dal Borgo a également adressé les félicitations de l’Ue à l’Acat-CI pour ses nombreuses actions significatives en faveur des détenus dans les prisons ivoiriennes.

Selon le Pca de l’Acat-CI, Wenceslas Assohou, « les droits de l’homme apparaissent comme une quête perpétuelle, un objectif à atteindre pour un monde meilleur et égal, dans nos différences, etc. ». Non sans ajouter : « Les droits, c’est la conscience morale de l’humanité ».

Il s’est réjoui du fait que le Cndh a obtenu maintenant le statut A, pour tendre vers une indépendance totale.

Avant de lancer un plaidoyer à l’endroit du gouvernement, pour la ratification du deuxième protocole facultatif se rapportant au pacte international relatif aux droits civils et politiques (OP 2), consacrant l’abolition définitive et irréversible de la peine de mort. De même que la ratification du quatrième protocole facultatif, se rapportant cette fois, à la convention contre la torture (OP 4).
 
Il convient de noter que les droits de l’homme qui sont un ensemble de prérogatives, dont jouit tout individu du fait de sa qualité d’être humain, ne peuvent faire l’objet d’un quelconque compromis quelque soient le lieu, la période et la circonstance. Leur promotion est une exigence, puis leur respect et leur défense relève d’un idéal à atteindre.
 

Journaliste, correspondant d'Alwihda Info en Côte d'Ivoire. En savoir plus sur cet auteur