Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

"Coup d'Etat" déjoué : le Tchad dénonce une "fausse accusation", Malabo dépêche un émissaire


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 25 Janvier 2018 modifié le 25 Janvier 2018 - 20:14

"Il n’est pas dans l’intérêt du Tchad moins encore de son Président de déstabiliser un pays frère et ami comme la Guinée Equatoriale. Pays épris de paix et de justice, le Tchad a mobilisé et mobilise encore ses forces dans le cadre de maintien de la paix et non de fragilisation des institutions d’un pays si proche du nôtre", assure la Présidence de la République du Tchad.


Le Chef de l’Etat Idriss Déby a accordé cet après-midi, une audience au ministre d'Etat équato-guinéen, chargé de l'Intégration régionale, M. Baltasar Engonga Edjo. Il est porteur d’un message du Président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo à son homologue tchadien.

"Malabo et N’Djaména ont toujours regardé ensemble dans la même direction nonobstant la fausse accusation de déstabilisation du régime équato-guinéen portée contre le Tchad courant décembre 2017", a indiqué aujourd'hui la Présidence du Tchad. Cette clarification fait suite aux propos de Teodore Obiang Nguema. La semaine dernière, le président équato-guinéen a tenu des propos ambigus et confus lors d'un entretien avec des médias, laissant présumer une implication active ou passive du Tchad.

Le 03 janvier 2018, le président tchadien a dépêché à Malabo, auprès de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, son ministre des Affaires étrangères, pour apporter le soutien du Tchad à la haute autorité équato-guinéenne. 

Ce 25 janvier, c’est autour du président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), Teodoro Obiang Nguema Mbasogo de dépêcher à N’Djaména par un vol spécial, son ministre d'Etat en charge de l'Intégration régionale, M. Baltasar Engonga Edjo. L’émissaire équato-guinéen est porteur d’un message de son président à son homologue tchadien, président en exercice de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). 
 
Le Chef de l’Etat avait à ses côtés, la secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, M. Kade Ndilguem Elisabeth, le Secrétaire général de la Présidence de la République, Me Jean Bernard Padré, le Directeur de Cabinet Civil du Chef de l’Etat, M. Issa Ali Taher et des proches collaborateurs en charge de la sécurité. L’émissaire équato-guinéen est assisté du Conseiller à la Présidence en charge de politique extérieure et de la sécurité. La poursuite de l’enquête pour identifier les  vrais commanditaires et la décrispation de la tension née de cette fausse accusation a constitué également l’essentiel des discussions.

"Il n’est pas dans l’intérêt du Tchad moins encore de son Président de déstabiliser un pays frère et ami comme la Guinée Equatoriale. Pays épris de paix et de justice, le Tchad a mobilisé et mobilise encore ses forces dans le cadre du maintien de la paix et non de la fragilisation des institutions d’un pays si proche du nôtre", assure la Présidence de la République du Tchad.