Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Covid-19 : L'avenir réimaginé pour l'Afrique


Alwihda Info | Par ANA PR Wire - 10 Mai 2020


Craig Bentley, Head of Multinational Consulting

Covid-19 : L'avenir réimaginé pour l'Afrique
Dans une rare émission télévisée, Angela Merkel, la chancelière allemande, a décrit la pandémie de coronavirus (COVID-19) comme «le plus grand défi de l'Allemagne depuis la Seconde Guerre mondiale». Il s’est en effet avéré qu’il s’agit d’une crise d’ampleur mondiale qui a des implications matérielles pour l’économie et les moyens de subsistance de tous. Les gouvernements du monde entier ont verrouillé des villes, des villages et des cantons pour enrayer la propagation du virus. Des stimuli fiscaux massifs ont été adoptés pour amortir l'impact économique et humanitaire de la pandémie. La Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont mis de côté une grande quantité d'aide financière d'urgence pour les pays à exploiter.

 Les pays africains ont mis en place de fortes mesures de confinement pour éviter une nouvelle propagation du COVID-19. Pour les pays d'Afrique de l'Ouest, les enseignements tirés des impacts sanitaires et économiques potentiels de l'épidémie d'Ebola ont entraîné des réponses rapides des gouvernements.

 Alors que le monde évolue à un rythme aussi rapide, les entreprises et les investisseurs ont demandé si le continent africain, qui avait tenu de telles promesses avant la crise, sera en mesure de faire face à la dévastation financière.

 En répondant à cette question, il y a quelques angles dans lesquels on peut s'aventurer, dont certains sont spécifiques au contexte africain, notamment:
. les avancées technologiques portées par la pandémie
. impact sur la diaspora africaine et durabilité des envois de fonds
. implications pour le dividende démographique de l'Afrique
. effets sur les problèmes d'endettement de l'Afrique
. Besoins en infrastructures de l'Afrique

 Dans cet épisode, nous explorerons le premier sujet avec un peu plus de détails et fournirons une perspective directe sur le reste.

Transformation numérique

Les données de l'Union internationale des télécommunications, une agence des Nations Unies chargée des questions relatives au secteur des technologies de l'information et de la communication, indiquent qu'en un peu moins de deux décennies, plus de personnes ont accès à Internet et utilisent de plus en plus Internet. Notamment, les pays en développement ont vu le nombre de personnes utilisant Internet multiplier par 17, passant à 47 pour 100 habitants (contre 3 pour 100 habitants). Cette augmentation a été reflétée par une augmentation des téléphones mobiles cellulaires et des abonnements actifs au large bande mobile avec des offres de téléphonie fixe acceptées à un rythme plus lent. L'appétit des consommateurs s'est déplacé vers la technologie mobile.

 Alors que les autorités adoptent des mesures pour contenir le COVID-19, y compris la quarantaine, la suspension des vols internationaux de passagers et l'interdiction de tous les rassemblements publics - y compris la fermeture des lieux de culte, des universités, des restaurants et des gymnases - la demande d'Internet mobile a explosé. La plupart des entreprises ont réagi à cette crise en appliquant des programmes de travail à domicile qui dépendent d'une connectivité mobile fiable. Étant donné que les périodes de verrouillage sont susceptibles de s'étendre sur tout le continent africain, le besoin de connectivité mobile s'avérerait le même pour les établissements d'enseignement tels que les écoles, les universités et les collèges.

La prochaine génération de la technologie sans fil

Pour les pays africains, cette situation présente une opportunité d'accélérer l'ouverture de segments de spectre pour permettre aux technologies de prochaine génération (NextGen) telles que la 5G de prospérer. Comme le montre la figure 1, l'Afrique a un long chemin à parcourir pour rattraper le reste du monde en termes d'infrastructure de réseau mobile. De bons progrès ont été réalisés au cours des cinq dernières années, où un nombre important de pays africains ont créé une connectivité de réseau mobile 3G avec une couverture augmentant à 79 pour 100 habitants (contre 51,3 pour 100 en 2015). Bien que cela soit encourageant à voir, beaucoup plus de travail est nécessaire pour rattraper le reste du monde, qui est passé à des réseaux sans fil NextGen plus rapides.

Une infrastructure réseau à haute vitesse, fiable et robuste est nécessaire pour soutenir l'économie numérique. Les investissements en cours dans les réseaux 3G et 4G en Afrique subsaharienne devraient être accélérés dans le but de permettre les technologies 5G. La 5G est avantageuse car elle promet des vitesses de téléchargement et de téléchargement spectaculairement plus rapides avec des sites Web susceptibles de s'ouvrir en quelques microsecondes et des vidéos téléchargées en quelques secondes plutôt qu'en quelques minutes.

La 5G permettra de nombreuses autres technologies telles que l'Internet des objets. Il a le potentiel d'ouvrir les nouvelles industries indispensables sur le continent qui accompagnent la promesse de la quatrième révolution industrielle: salles de classe virtuelles, chirurgie médicale à distance, drones agricoles, tracteurs autonomes et voitures, pour n'en citer que quelques-uns.

Il est encourageant de constater que l'Independent Communications Authority of South Africa, dans le but de stimuler l'économie pendant la période de verrouillage de COVID-19 et les récentes rétrogradations de la dette de l'Afrique du Sud en catégorie de non-investissement, libérera un spectre de forte demande d'urgence pour les entreprises. demander et accélérer l'octroi de licences pour un arrangement permanent.

Perspective holistique sur l’Afrique

La seule question qui demeure est de savoir si COVID-19 modifiera les perspectives de croissance économique et de prospérité de l’Afrique? Le tableau ci-dessous donne une large perspective des questions clés.

Conclusion

Alors que la crise financière mondiale de 2008 s'ensuivait, Rahm Emanuel, chef de cabinet de l'ancien président des États-Unis, Barack Obama, a déclaré: «Vous ne voulez jamais qu'une crise grave soit gâchée. Ce que cela signifie, c'est que vous saisissez l'occasion de faire des choses que vous pensez que vous ne pouviez pas faire auparavant ». COVID-19 offre à l'Afrique l'occasion de passer à l'ère de l'Internet à haut débit.

Des pays comme le Gabon, le Lesotho, le Nigéria, le Kenya et l'Afrique du Sud montrent la voie en accélérant l'adoption des réseaux 5G à usage commercial, un résultat qui devrait être encouragé dans le reste du continent. Les régulateurs des communications devraient libéraliser le processus d'attribution de licences aux opérateurs mobiles afin de faciliter le lancement des technologies sans fil NextGen.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 29 Mai 2020 - 16:45 Minneapolis : silence on écrase du nègre !