Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Hommage: Denis Sassou N’Guesso aux obsèques de Winnie Mandela


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 13 Avril 2018 modifié le 13 Avril 2018 - 17:05

Toute l’Afrique est en deuil. Elle pleure Winnie Nomzano Madikizela Mandela. Décédée le 2 avril dernier, à l’âge de 81 ans, l’ex-épouse de Nelson Mandela sera conduite à dernière demeure le samedi, 14 avril. Défenseur des peuples opprimés, le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso prendra part à cet hommage collectif à celle qu’on appelait « la Reine d’Afrique ». Il a quitté Brazzaville le vendredi, 13 avril en matinée pour Johannesburg en Afrique du Sud.


Départ du président, Denis Sassou N'Guesso à Johannesburg en Afrique du Sud
Départ du président, Denis Sassou N'Guesso à Johannesburg en Afrique du Sud
La mort de la militante de la lutte contre l’apartheid, ancienne épouse de Nelson Mandela (premier président noir de la nation arc-en-ciel) a plongé toute l’Afrique dans l’émoi. Tous amis de l’ANC ont pleuré et pleurent encore celle qui a, par sa fidélité à la cause qu’il défendait avec son époux, Nelson Mandela emprisonné, a été considérée comme une femme modèle dans la lutte de libération des peuples.

Parmi ces Africains affectés par la disparition d’une icône de cette lutte, figure le président congolais qui a pris une part active, notamment à la lutte contre l’apartheid. Le président congolais a, en effet, joué un rôle majeur dans l’éradication du système d’apartheid en Afrique du Sud, surtout quand il a présidé aux destinées de l’organisation de l’Union africaine (ONA) en 1986.

En rendant hommage à Winnie Mandela, le chef de l’Etat congolais rend en même temps, la gratitude à celle avait associé sa voix à celle du peuple congolais, apportant par ricochet son soutien au Président de la République, son ami de lutte, alors que le peuple congolais s’apprêtait à décider de l’avenir du pays, à travers le référendum constitutionnel. C’est dire combien au-delà de leur combat commun pour la liberté, Denis Sassou N’Guesso et Winnie Mandela avaient eu des relations très chaleureuses.

Née le 26 septembre 1936, Winnie Mandela a occupé en 1994 le poste de vice-ministre de la culture, dans le premier gouvernement postapartheid. Depuis 1965, elle a été reconnue comme la première assistante sociale noire dans un hôpital de Soweto, le township noir de Johannesburg.