Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Idriss Déby : "Personne n’est mieux placé que nous-mêmes pour évaluer nos besoins"


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 8 Décembre 2019



Idriss Déby : "Personne n’est mieux placé que nous-mêmes pour évaluer nos besoins". © PR
Idriss Déby : "Personne n’est mieux placé que nous-mêmes pour évaluer nos besoins". © PR
Au Forum du dialogue méditerranéen qui s'est tenu en Italie, le discours du chef de l'Etat tchadien était très attendu. En substance, c'est le même appel qu'il ne cesse de réitérer régulièrement lors de ses prises de parole dans des rencontres internationales. Invité spécial, Idriss Déby a été convié compte tenu de l'engagement du Tchad en matière de lutte contre le terrorisme. Il a délivré un discours franc à l'endroit de la communauté internationale. Un ultime appel face à un agacement de plus en plus perceptible des pays du G5 Sahel.

Crises et conflits persistants, pauvreté, terrorisme, criminalité transnationale organisée, changement climatique, mouvements migratoires à grandes échelles, "c’est en grand connaisseur des problèmes de la région que le Président de la République Idriss Déby a été invité à partager son analyse des enjeux, notamment sur le plan sécuritaire et leurs corrélations avec d’autres paramètres transnationaux", explique la Présidence.

Un "vibrant appel" réitéré

Le président Déby a rappelé que "la persistance de ces crises et l’expansion du terrorisme ont plongé le Tchad et l’ensemble du Sahel dans une insécurité généralisée dont les conséquences sont aujourd’hui ressenties bien au-delà du Continent africain". Selon lui, "les menaces d’envergure qui persistent et se renforcent au Sahel, appellent à une coopération régionale et internationale plus réactive et mieux soutenue prenant en compte le caractère transversal du danger qui n’épargnera ni la Méditerranée, ni l’Europe, moins encore le reste du monde."

"Je saisis donc cette occasion pour réitérer un vibrant appel à l’endroit de tous nos partenaires, sans distinction aucune, de nous appuyer plutôt que de nous orienter dans ce que nous devons faire tant en matière de sécurité, que sur le plan de développement. Nous connaissons mieux que quiconque, nos réalités et nos besoins pour agir en conséquence contre les menaces qui pèsent sur notre espace", a déclaré le chef de l'Etat.

"Il est de notre devoir, en tant que voisin, de contribuer à éteindre ces foyers de tension, car les conséquences en termes d’accueil des réfugiés, de rupture des circuits commerciaux, de menace à la sécurité, de pression sur les ressources naturelles et de perte des débouchés économiques, sont incalculables", a-t-il ajouté.

Au plan sous régional, dans la limite de leurs moyens, tous les pays du Bassin du Lac-Tchad et du Sahel, se sont mobilisés en mettant en place la Force multinationale mixte dans le cadre du bassin du Lac Tchad, et la force conjointe du G5 dans le cadre du Sahel. "Personne n’est mieux placé que nous-mêmes pour évaluer nos besoins et attaquer le mal à la racine", a indiqué Idriss Déby qui a appelé à "explorer de nouvelles formes d’un partenariat véritablement agissant et mutuellement bénéfique".

L'aspect du développement

Le sous-développement et son corolaire la pauvreté "favorisent la propagation des idéologies obscurantistes", a souligné Déby. D'après lui, il est nécessaire "d’intégrer à la stratégie de lutte contre le terrorisme en Afrique le levier économique en mettant l’accent sur des investissements massifs et ciblés dans des secteurs susceptibles d’offrir d’emplois à la jeunesse."

Cela passe par la mise en oeuvre des engagements pris lors du Sommet Afrique-Union Européenne, tenu en novembre 2017 à Abidjan, relatifs à la mobilisation des ressources publiques et privées pour investir au Sahel et dans toute l’Afrique, et des investissements importants dans les secteurs à valeur ajoutée ayant un potentiel plus élevé de création d’emplois.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)