Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
EDITORIAL

Jalel Snoussi : « Les échanges entre le Cameroun et la Tunisie sont en progression »


Alwihda Info | Par - 11 Janvier 2020

Dans une interview accordée au mensuel d'informations panafricaines CONTINENTAL INFOS, l’ambassadeur plénipotentiaire de Tunisie au Cameroun dresse le bilan de la coopération entre les deux pays, alors qu’il arrive en fin de séjour au Cameroun dans quelques mois.


Jalel Snoussi : « Les échanges entre le Cameroun et la Tunisie sont en progression »
Quel est l’état de la coopération entre le Cameroun et la Tunisie, et quel bilan pouvez-vous en dresser aujourd’hui ?
La coopération bilatérale se décline en général en divers niveaux, essentiellement, politique, économique, commerciale, culturelle. Sur le plan économique, en résumé, à ce stade, le constat reste mitigé. Le potentiel surtout commercial est sous-exploité et gagnerait à être mieux valorisé. Les échanges commerciaux ont certes enregistré un net progrès ces dernières années mais le niveau reste en deçà du potentiel existant entre les deux pays. Donc, le niveau des échanges commerciaux ne reflète pas le potentiel commercial dont les deux pays sont capables de faire dynamiser l’assise. Les deux pays sont en mesure de travailler sur d’autres segments pour en améliorer le niveau d’autant plus que la structure économique des deux pays offre de solides lignes de complémentarité et de synergie qu’il revient, de part et d’autre, de rentabiliser et d’en tirer profit, dans l’intérêt réciproque des deux parties.
Les échanges commerciaux possèdent donc une grande marge de progression. Les missions de prospection se multiplient, notamment dans les secteurs où la Tunisie dispose d’un avantage comparatif et d’une expertise bien reconnue comme les soins médicaux, les produits pharmaceutiques, les TIC, le tourisme balnéaire, thermal ou médical, l’énergie, l’enseignement supérieur, la formation professionnelle, l’habitat notamment social, l’industrie mécanique, électrique et électronique, le secteur de l’agro-alimentaire, etc.
Etant précisé que le commerce n’est qu’un volet, certes important, dans les relations économiques tuniso-camerounaises. Les leviers liés à la coopération, au partenariat, à l’investissement, surtout privé dans divers autres secteurs économiques, sont également au centre de la réflexion, de la démarche et de l’action des hommes d’affaires tunisiens. Pour la Tunisie, il ne s’agit donc pas uniquement de conquérir un marché pour promouvoir et vendre les produits tunisiens mais aussi et surtout d’assurer et de pérenniser une présence économique durable, performante et mutuellement avantageuse en particulier en termes économiques.

Qu’en est-il, Monsieur l’ambassadeur, de l’année 2019 qui vient de s’achever ?
Pour revenir à l’année 2019, le bilan des activités, durant cette période, pourrait être qualifié de fructueux et promoteur. Sans être exhaustif, je peux mentionner ci-après les actions phares : Sur le plan politique : la tenue de la 4ème édition de la Commission mixte sectorielle dans le domaine du tourisme, à Tunis en septembre 2019. Le ministre d’Etat Bella Bouba Maigari a conduit la délégation camerounaise.
Les travaux ont été couronnés par l’adoption de nombre de projets de coopération dans différents secteurs : aménagement des infrastructures, investissement, qualité du produit touristique, formation, tourisme médical, promotion touristique, sécurité touristique. Aussi, convient-il de signaler que, depuis trois ans, la Tunisie accorde aux étudiants camerounais des bourses d’étude et de formations dans les instituts tunisiens de tourisme et d’hôtellerie ; La visite de travail et d’amitié du ministre tunisien de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire. Un mémorandum d’accord couvrant divers secteurs a été signé (Promotion des partenariats d’ordre public ou privé, fourniture de l’assistance technique, échange d’expériences, incitation à l’investissement privé tunisien, consolidation des mécanismes de coordination, renforcement des capacités camerounaises, mise en œuvre de bureaux d’étude). La mise sur pied d’un comité technique mixte de suivi et de mise en œuvre a été convenue. En tant qu’ambassadeur, j’ai eu l’honneur et le plaisir de rencontre de nombreux ministres camerounais sur différents sujets d’intérêt commun.
Sur le plan économique, il y a la mission économique de prospection, à Douala, en avril 2019, dans les domaines de l’industrie mécanique, électrique et électronique ; la mission économique multisectorielle, à Douala, en juin 2019 ; la contribution de l’ambassade pour régler certains litiges entre opérateurs tunisiens et camerounais. ; des campagnes de sensibilisation pour la participation des opérateurs tunisiens et camerounais à des salons, foires et autres manifestations à caractère économique, touchant divers secteurs, organisés dans les deux pays. Sur le plan culturel, la tenue de la 3ème édition des "Journées portes ouvertes portant sur le système universitaire et l’enseignement supérieur en Tunisie", en mars 2019, respectivement à Yaoundé et à Douala. La manifestation, dont l’objectif est de promouvoir la destination universitaire tunisienne, a consisté à mettre en contact les universités tunisiennes présentes avec les élèves, leurs parents et leurs éducateurs ; l’ouverture de représentation pour deux universités privées tunisienne à Yaoundé et Douala (ESPRIT et ESPIN) en juin et juillet 2019 ; l’organisation, en avril 2019 à Yaoundé, d’une table ronde et d’une exposition de photos et de livres sur "la vie et l’œuvre de Habib Bourguiba" et la participation de la Tunisie, à travers l’ambassade, en qualité de partenaire ou de sponsor, aux festivals cinématographiques "Ecrans noirs", "Yarha" et "Films historiques de Foumban".
Il faut également rappeler l’effort déployé chaque année par l’ambassade pour augmenter le nombre des bourses de coopération en faveur des étudiants camerounais dans les universités publiques tunisiennes. Et ce dans le cadre de la politique tunisienne de coopération à l’adresse de l’Afrique, menée depuis plus de 50 ans, dont le levier universitaire est parmi les secteurs les plus importants.
Chaque fois, j’organise à la résidence, une cérémonie pour les étudiants bénéficiaires des bourses tunisiennes durant laquelle j’incite les élevés à être les meilleurs ambassadeurs de leur pays et en donner la meilleure image, à faire de leur mieux pour s’intégrer dans leur pays d’accueil, notamment dans leur nouvel environnement universitaire et social, à rester en contact direct et permanent avec l’ambassade du Cameroun à Tunis. D’autant plus que les étudiants étrangers, y compris camerounais, sont logés à la même enseigne que les étudiants tunisiens.

Quel est le programme d’activités de l’ambassade au titre de l’année 2020 ?
Pour l’année 2020, l’ambassade a planché et conçu un programme suffisamment riche, inscrit dans le même canevas que les années précédentes et articulé autour des principaux leviers notamment politique, économique et culturel. Le projet est déjà communiqué à mon ministère. Une fois validé, il sera aussitôt mis en œuvre. Les secteurs des TIC, du tourisme surtout médical et de l’enseignement supérieur en seront au centre, outre les missions économiques et commerciales.
La 11ème Grande Commission Mixte tuniso-camerounaise pourrait avoir lieu cette année 2020, à Yaoundé, conformément à la règle d’alternance. Sur le plan culturel, l’ambassade œuvre à organiser des journées culturelles tunisiennes au Cameroun. J’ai toujours pensé que le pilier culturel est un ferment de poids dans tout cadre de coopération bilatérale.

Quid de la composition du nouveau gouvernement, au terme des élections législatives d’octobre 2019 ?
Peut- on dire que la diplomatie tunisienne en sera ou non affectée ? La diplomatie tunisienne s’appuie sur des constances et des principes immuables, quel que soit le régime en place. Par conséquent, le nouvel exécutif peut certes apporter sa touche mais sans altérer les fondamentaux de la diplomatie tunisienne, ni en modifier la trajectoire et le déploiement.
La Tunisie a été toujours connue et appréciée pour sa diplomatie d’ouverture, de modération, de neutralité et de dialogue, au service de la paix internationale, de la coopération internationale orientée vers le développement, de l’idéal de désarmement et de la solidarité active et féconde entre les peuples, sans ingérence dans les affaires internes des pays, dans le respect du droit international et sans implication dans la stratégie des axes.
Sur le plan continental, il y a toujours cette volonté de s’ouvrir davantage sur l’Afrique, de consolider les liens, de valoriser les échanges, d’améliorer le volet commercial. La Tunisie, toujours animée des fondements susmentionnés, se démène pour consolider sa politique africaine, en diversifier les lignes et en élargir les cadres en vue d’une meilleure présence sur le marché africain et d’une meilleure visibilité politique et économique.

Le projet de desserte du Cameroun par la compagnie nationale aérienne tunisienne Tunis-Air est-il abandonné ?
Jamais de la vie, bien au contraire, le projet est toujours d’actualité. Il est au premier rang dans l’ordre de priorités de la compagnie nationale. En effet, le vol direct est un atout, dans ce sens qu’il facilite les rencontres entre les hommes d’affaires, incite les entreprises tunisiennes à investir au Cameroun, booste les échanges commerciaux et les visites politiques de haut niveau. L’avantage mutuel n’est plus à démontrer. Il y a lieu de préciser que toutes les autorisations ont été obtenues de la partie camerounaise. D’ailleurs, une équipe d’experts de Tunis- Air était à Douala pour examiner le système de sécurité de l’aéroport de Douala.
Un problème tuniso-tunisien, d’ordre principalement technique, en bloque encore la concrétisation. Il ne s’agit nullement d’une question de volonté ou de plan commercial, mais surtout de contraintes internes liées à la taille de son parc d’avions. La compagnie nationale œuvre à renforcer sa flotte dans la perspective d’augmenter ses dessertes notamment vers l’Afrique. Des avions sont d’ores et déjà commandés. Dès que le parc sera mieux loti, le vol direct sur le Cameroun sera immédiatement lancé. D’ailleurs, cette question que je considère prioritaire et urgente, a toujours été en tête de mon agenda. Je n’ai ménagé aucun effort pour contribuer à la concrétisation de cet objectif que j’estime aussi accessible que stratégique. J’espère que, durant 2020, l’inauguration de ce vol direct de Tunis-Air sera enfin opérationnelle.
J’ai l’espoir que ce sera fait avant mon départ du Cameroun, en principe en juillet 2020, après plus de cinq ans de travail en tant qu’ambassadeur. Je reste convaincu que le vol direct est également un axe tant primordial que central de dynamisation non seulement de la coopération bilatérale multisectorielle tuniso-camerounaise, d’ordre public ou privé, mais aussi et surtout de la promotion de la destination Tunisie sur divers plans : tourisme, soins médicaux, enseignement supérieur et transport aérien.



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Septembre 2020 - 09:15 Tribune : Pour un Sahel en paix