Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

LE DRAME DU CONGO : UNE POPULATION SACRIFIEE


Alwihda Info | Par - 17 Mars 2012

Le ministre de la défense SASSOU NGUESSO, les officiers supérieurs AVOUKOU, INGANI, PEA et Cie pointés du doigt dans la catastrophe du 4 mars 2012
Par Ghys Fortune DOMBE BEMBA (Talassa)


LE DRAME DU CONGO : UNE POPULATION SACRIFIEE
Un bruit persistant court les rues de la capitale, sur les causes et les responsables des explosions du dépôt d’armes et munitions du Camp de blindé de Mpila, survenues dimanche 4 mars 2012 faisant plusieurs centaines de morts et des blessés graves.
Cette explosion vient gonfler le palmarès du festival macabre, véritable rituel auquel la République du Congo a pris un abonnement depuis le retour de SASSOU NGUESSO aux affaires, faisant qu’à des périodes régulières, les Congolais doivent verser un impôt de sang qui semble à chaque fois, après quelques semaines de la tragédie, victime d’une perte de mémoire de nos gouvernants, qui font comme si rien ne s’était passé.

D’aucuns attribuent ces explosions à une main noire qui partirait des mécontents politiques de Mpila soit de l’écurie de Blaise ADOUA, Directeur Général de la Sécurité Présidentielle (DGSP) qu’on disait décédé au Maroc, à cause d’un mauvais sort qui lui aurait été jeté par un des puissants gardien de temple du pouvoir diabolique de Brazzaville, alors qu’il est vivant et sorti déjà de l’hôpital.
Le journal Talassa qui ne peut tremper dans les méandres de la confusion et qui refuse d’indexer qui que ce soit nonobstant les multiples pressions extérieures que ses rédacteurs subissent, publie ci-dessous, une analyse qui découle de nos investigations.
La responsabilité des uns des autres
Ce qui est arrivé à Brazzaville, le 4 mars 2012 était prévisible et donc devait arriver. C’est un secret de polichinelle. De tous les présidents que le Congo a connus, Denis SASSOU NGUESSO est celui qui a la plus grande longévité au pouvoir, avec 28 ans de présidence de la république et 38 ans de ministère de la défense. M. SASSOU NGUESSO avait suffisamment le temps, les moyens matériels et financiers pour déplacer ces engins de la mort. Mais rien n’a été fait.
Pendant des décennies, le Congo Brazzaville a été dirigé par un homme qui n’est pas un civil. Cet homme est militaire et, de surcroît, officier général. Il n’est donc pas homme à ignorer les règles de base applicables à la gestion, à la conservation et au maniement des munitions et des armes de guerre. M. SASSOU est non seulement président de la république, mais aussi chef des armées et ministre de la Défense.
Tenez ! Depuis 1997 à aujourd’hui, pendant que les quartiers Sud de Brazzaville ont toujours fait l’objet des fouilles systématiques visant la recherche des munitions et des armes de guerre, les quartiers Nord de Brazzaville délibérément exemptés, se sont transformés en dépôts clandestins d’armes et de munitions sous le prétexte d’assurer l’autodéfense contre les hordes sudistes revanchardes susceptibles de renverser le système.
Un système de chantage, de manipulation, de lavage de cerveaux et de terreur était ainsi né, avec, en toile de fond, le développement et l’instrumentalisation de la haine de l’autre.
Qu’on ne se voile pas la face puisque la responsabilité pénale du président SASSOU et de certains officiers supérieurs militaires des Forces armées congolaises (FAC), comme AVOUKOU, PEA, INGANI et d’autres, dans l’explosion des munitions lourdes et des armes de guerre qui s’est produite le dimanche 4 mars 2012 au régiment blindé à Mpila dans la capitale congolaise, ne fait plus l’ombre d’aucun doute. Ils le savent. Et c’est aujourd’hui un secret de polichinelle.

Beaucoup de témoignages concordants révèlent que depuis son retour au pouvoir en 1997, après son putsch militaire qui a contraint Pascal LISSOUBA à quitter le pouvoir, SASSOU NGUESSO s’est mis à acheter tous azimuts des munitions et des armes de guerre de toutes sortes en vue de mater les rebellions comme ce fut le cas de la tentative de prise du pouvoir par les armes perpétrée par la milice ninja du pasteur Frédéric BITSANGOU, alias Ntoumi, mais aussi pour contrecarrer des coups d’Etat éventuels, imaginaires ou non.

L’accusation portée contre Mathias DZON, Clément MIERASSA, Me Ambroise Hervé MALONGA, Emmanuel NGOUELONDELE, Guy Romain KINFOUSSIA et d’autres ténors de l’opposition de l’époque, pour complicité de détention d’armes de guerre et atteinte à l’ordre public, est un cas de coup d’Etat imaginaire inventé par le régime de SASSOU avec le soutien de plusieurs hauts officiers de la force publique acquise aux causes injustes de l’actuel président de la république.
Le seul crime reproché à ces leaders de l’opposition portait sur le fait que ces hommes politiques avaient eu le courage de protester contre les résultats de l’élection présidentielle de 2009, qui s’était, selon eux, déroulé dans un cafouillage total, de tricherie avec des fraudes massives.
Stocker des munitions lourdes notamment et des armes de destruction massive particulièrement est une chose, mais avoir la capacité de garantir la sécurité pour que tous ces engins de la mort ne soient pas dangereux pour la vie des populations, en est une autre.
Comme tout le monde le sait actuellement après la catastrophe du régiment blindé de Mpila dans la ville capitale, le pouvoir de SASSOU s’est complu ces derniers temps à acheter les armes de guerre de toutes sortes et les munitions, même par des voies parallèles, négligeant ainsi les circuits réglementaires, avec le soutien inconditionnel et aveugle de quelques hauts officiers des FAC comme AVOUKOU, PEA, INGANI et d’autres lampistes, qui sont maintenant ouvertement cités pour cet hécatombe.

Certains pays pourtant jugés crédibles pouvant exercer un contrôle sur l’acquisition des armes de guerre, à l’exception de la Chine reconnue complaisante en la matière, n’ont pas hésité de tout temps à apporter leur caution morale au régime de Brazzaville dans ce cadre. Plusieurs d’entre eux seraient aujourd’hui dans le collimateur des ONG des droits de l’homme.
Comme les rumeurs qui circulent dans la capitale congolaise le disent, Brazzaville aurait-elle profité de la chute du président libyen KADHAFI pour acquérir des armes de destruction massive en provenant de ce pays ? Cela peut-être vrai parce qu’un adage populaire dit que "dans un kilogramme de mensonge, il peut y avoir 500 grammes de vérité". Comme pour dire encore qu’il n’y a pas "de fumée sans feu".

Quelles responsabilités pénales pour M. SASSOU et ses lampistes guerriers ?
Selon les textes internationaux et les experts en armement, "
les autorités militaires sont responsables des ordres qu’ils donnent. Ils sont aussi responsables des désordres causés par leurs subordonnés lorsque ces désordres ont pu se commettre du fait de la négligence de ces autorités militaires, de leur excès de tolérance ou de zèle.
Les mêmes autorités militaires peuvent être tenues pour responsables pénalement ou disciplinairement si ces autorités savaient ou pouvaient supposer qu’un subordonné commettrait une infraction, un délit, ou allait en commettre, sans qu’elles aient pris toutes les mesures qu’elles pouvaient prendre pour les empêcher ou pour les faire cesser".

Ce qui sous-entend que M. SASSOU et ses comparses guerriers ne peuvent plus aujourd’hui se disculper et se dérober à la justice internationale.

Selon nos informations dignes de foi, les ennemis internes et externes de SASSOU NGUESSO seraient en train de courtiser plusieurs familles endeuillées et les parents des rescapés pour solliciter la Cour pénale internationale (CPI), pour les ester en justice à cause de leur manquement et négligence dans la protection des Congolais.
N’est-ce pas criminel de cacher au peuple la vérité sur des armes de guerre de destruction massive ? Les parlementaires étaient-ils au courant de l’acquisition par notre pays de ces armes de guerre jugées redoutables et du stockage de celles-ci dans un quartier populeux comme celui de Mpila ? Dans l’affirmative, même si ces questions relèvent du secret défense, n’était-il pas impérieux de les en informer ?
D’après les informations mises à notre disposition, les hauts officiers supérieurs nommés à des postes de responsabilité pour la garde et la surveillance des stocks d’armements de guerre que dispose notre pays, ont été écartés dans leur gestion. Même le chef d’état-major général des FAC de notre pays et plusieurs hauts cadres militaires compétents n’étaient que des simples figurants en la matière. Cela peut-il justifier le statu quo dont a fait montre le pouvoir vis-à-vis de la commission défense et sécurité du Parlement et tous les élus du peuple qui ont toujours fermé les yeux et ignoré délibérément la vérité sur ces armes ?
Certains députés qui ne mâchent plus les mots, regrettent d’avoir cautionné les inepties du pouvoir de SASSOU, en disant haut et fort à qui veut les entendre, que ce qui est arrivé à leurs électeurs et dans leurs circonscriptions électorales complètement ravagées par l’explosion, est inconcevable. Comme pour dire que cela peut également remettre en cause les élections législatives de 2012 dans ces zones horriblement sinistrées par la déception et le désarroi qui peuvent gagner les populations de ces circonscriptions.

La responsabilité pénale des autorités militaires conformément à la Constitution
Suivant l’article 35, "tout citoyen a droit à un environnement sain, satisfaisant et durable et a le devoir de le défendre. L’Etat veille à la protection et à la conservation de l’environnement".
Il est également stipulé dans l’article 69 : "Lors de son entrée en fonction, le Président de la République prête le serment suivant :

"Devant la Nation et le Peuple Congolais seul détenteur de la souveraineté : Moi (nom de l’élu), Président de la République, je jure solennellement :
- de respecter et de défendre la Constitution et la forme républicaine de l’Etat ;
-
de remplir loyalement les hautes fonctions que la Nation et le peuple m’ont confiées ;
-
de garantir le respect des droits fondamentaux de la personne humaine et les libertés publiques ;
-
de protéger et respecter le bien public ;
-
de consacrer l’intégralité des ressources naturelles au développement de la Nation ;
-
de garantir la paix et la justice à tous ;
-
de préserver l’unité nationale et l’intégrité du territoire, la souveraineté et l’indépendance nationales.
Le serment est reçu par la Cour constitutionnelle en présence de l’Assemblée nationale, du Sénat et de la Cour suprême".

Quelle précaution était prise pour le stockage de ces munitions dangereux ? Qu’a-t-on fait des débris et des corps déchiquetés de ce sinistre ? Où enterre-t-on les corps déchiquetés ?
Faut-il attendre la mort de centaines, voire de milliers de personnes pour que le Commandant en chef des armées, prenne conscience et se rende compte que ces choses-là étaient une menace permanente pour la vie des populations congolaises ? Pourtant, ils n’ont pas, en tout cas, traîné les pieds, lui et son clan, pour se faire ouvrir des centaines de comptes bancaires à l’étranger et s’octroyer des appartements, des hôtels particuliers, des studios de luxe en France et certainement ailleurs...

M. SASSOU qui est de surcroit militaire et officier général de son état, préfère se vautrer dans le luxe, la luxure et le crime, au lieu d’être un bon dirigeant capable d’anticiper les catastrophes. Ce n’est pas rien.
Il est Président de la république, commandant suprême des armées, ministre de la défense, un poste qu’il n’a jamais quitté depuis 1968, même quand il est président de la république. M. BOWAO, le philosophe du nihilisme, n’est qu’un délégué à ce poste qui reçoit les ordres de son titulaire. Alors, dans ces conditions, la responsabilité et la culpabilité de SASSOU NGUESSO sont totales.

Le Congo Brazzaville est indépendant depuis 1960, bientôt 52 ans. En dehors de ses villas privés qu’il retape avec les fonds de l’Etat (Villa de Mpila) et les palais qu’il démolit et restaure (Palais de la Glacière), toujours aux frais de l’Etat congolais, cet homme, qui est poursuivi pour abus de biens sociaux, s’est toujours contenté des infrastructures héritées de la colonisation quand il s’agit des infrastructures concernant l’armée, la police et le reste de l’administration. Il ne lui est jamais venu à l’esprit que ces installations peuvent être vétustes.
Maintenant, la question qui se pose à Brazzaville est celle de savoir comment les autorités politiques du pays, arrivées au pouvoir en 1997 par les armes grâce à la France du président Jacques CHIRAC, vont-elles se comporter face à cette tragédie ?
Outre les cinq déflagrations des dépôts d’armes de guerre de toutes sortes, entre 8 heures et 13 heures, le souffle de ces déflagrations a contribué à l’explosion des munitions, des mines, des grenades, des stocks de dynamite, des roquettes et d’autres mini-bombes stockées et camouflées dans les maisons individuelles.

Eviter l’erreur sur le jugement des disparus du Beach
Si l’enquête diligentée par le pouvoir de Brazzaville pond des résultats similaires à l’affaire du disparu du Beach, il n’est pas exclu que demain il y ait rebondissement. Surtout que, les enquêteurs congolais sont suspectés d’être juge et parti. L’Association nationale de défense des intérêts des victimes de la catastrophe en voie de création devrait être lucide.
L’exemple de l’affaire du Beach est patent. Selon certaines indiscrétions, plus d’une personne serait en voie de faire appel, via les Représentations diplomatiques accréditées en République du Congo, aux experts militaires de divers pays pour mesurer le niveau de radioactivité produit par les munitions explosées à Brazzaville, car convaincu que certaines munitions sont dotées d’uranium appauvri.
Et cela, le gouvernement congolais ne pourra jamais l’admettre s’il est juge et parti, et si on lui laisse la liberté de diligenter l’enquête annoncée.

Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise
A tous les Congolais du Nord et du Sud, il sied de dire haut et fort, que personne n’est l’ennemi de l’autre. Le Congolais de la région de la Likouala n’est pas l’ennemi du Congolais de la région du Kouilou. Celui de la Sangha n’est pas un ennemi pour ceux des autres régions du pays. Celui du Pool n’en est pas un pour ceux des Plateaux, de la Bouenza, de la Lékoumou, du Niari, et des deux Cuvettes, et inversement.
Pour preuve, les sinistrés des quartiers Nord de Brazzaville ont trouvé refuge dans les quartiers Sud de la capitale congolaise que M. SASSOU vilipendait et prenait pour des fiefs de ses principaux ennemis politiques.

C’est à nous maintenant de tirer les leçons de tout ce qui arrive dans le pays. La politique de "diviser pour régner", chère à M. SASSOU doit prendre fin. Il nous revient à nous tous de mettre nos mains à la patte afin d’éradiquer les antivaleurs et de consolider l’unité nationale qui ne doit pas être une simple vue d’esprit. Car M. SASSOU et son clan ont peur de voir les Congolais soudés et unis. Ils savent que cela est préjudiciable pour leurs visées machiavéliques, leurs basses besognes et leur truanderie.
Pourquoi tant d’obsession pour les armes ?
Bien qu’un Etat souverain ait besoin de s’armer pour la défense et la sécurité de son intégrité territoriale ou la libre circulation des personnes et des biens, l’acquisition de munitions et d’armes, surtout de destruction massive, devrait être conventionnée. Ce qui sous-entend, à n’en point douter, qu’il est nécessaire de le faire après une réflexion mûrie de plusieurs intelligences de la Nation. Point n’est besoin de garder des armes de guerre dans nos maisons.
En Juin 2010, on se rappelle que le dépôt privé d’armes du célébrissime Général Blaise ADOUA avait pris feu à son domicile de Talangaï, et ici aussi, aucune mesure de sécurité n’a jamais été prise, aucune sanction n’a jamais été prononcée, car il faut des armes en pleine ville pour la sauvegarde du pouvoir tribal, et tant pis pour la sécurité des Congolais.
L’heure a sonné pour procéder à l’inventaire, au démantèlement de tous les dépôts clandestins et au ramassage des armes et munitions qui seraient stockées illégalement dans les quartiers populaires tels que Ouenzé, Talangaï, Mikalou, Kombo, Massengo, Itatolo, Simba-Pelle, Djiri, Kintelé, etc.

Selon des observateurs aguerris, ces armements seraient gardés dans des conditions de conservation qui n’obéissent pas aux normes de sécurité réglementaires. De même, des lourds soupçons pèsent sur les sociétés privées parmi lesquelles BTP qui seraient impliquées dans le trafic des armes et des munitions et dont le propriétaire et le principal actionnaire, n’est autre que M. SASSOU NGUESSO, lui-même.
Des telles entreprises qui ne sont pas les bienvenues dans notre république doivent disparaître. Les autorités politiques, militaires et politico-administratives doivent savoir que les Congolais ne sont pas entre eux, des ennemis. Pourquoi donc, entreposer ces engins de la mort dans nos maisons et en pleine capitale ?
La France, principale distributrice de pouvoir dans les anciennes colonies françaises d’Afrique se doit d’y réfléchir et, au mieux, d’opérer sa propre décolonisation mentale, en vue d’une coopération plus humaine et plus humaniste avec l’Afrique.

La reconstruction et les indemnisations en question
Après les guerres successives de 1998 à 2004, toutes les infrastructures de base comme les structures scolaires et sanitaires, les églises, les ponts et routes, etc, étaient toutes démolies et bombardées. A ce jour, quinze ans après, quelques infrastructures de base seulement ont été réhabilitées dans plusieurs régions dévastées.
Il y a eu plusieurs milliers de morts, sans compter des charniers non répertoriés jusqu’à nos jours. Or ce qui vient de se passer à Brazzaville, le 4 mars 2012, dans les quartiers nord de Brazzaville, est une preuve de la folie meurtrière qui a toujours nourri le pouvoir de SASSOU.

Il est bien évident et logique que M. SASSOU NGUESSO indemnise nos compatriotes sinistrés suite à cette catastrophe sans précédent qui a soufflé et détruit plus du tiers de la ville de Brazzaville, mais que fera-t-on pour les précédents drames malheureux survenus dans notre pays, comme cela se dit un peu partout ailleurs ? Est-ce toujours la politique de deux poids et deux mesures qui sera appliquée.
Pour ce faire, le moment est sans doute venu pour M. SASSOU NGUESSO, sa progéniture et tout son clan de faire preuve de sacrifice et de patriotisme en rapatriant, de toute urgence, tout l’argent pillé et placé à travers le monde, notamment dans divers paradis fiscaux avec l’aide très active des banques françaises.
La vente de tout le patrimoine immobilier du clan acquis à l’étranger avec l’argent pillé dans les caisses de l’Etat congolais, entre autres, ne peut-elle pas être envisagée ? Comme le dit un adage, à quelque chose malheur est bon, car aujourd’hui, le pouvoir diabolique de M. SASSOU NGUESSO est mis à nu.

Prélude d’y revenir dans nos prochaines éditions, il sied de dire haut et fort, que de plus en plus on parle du colonel INGANI qui gérait et gardait les clés des locaux qui ont explosés.
De même, le commandant PEA et le général AVOUKOU seraient cités dans l’achat de ces armes et munitions qui ont créé la désolation des Congolais. Le général Blaise ADOUA par ailleurs, serait loin de cette affaire à cause de son absence prolongée au Congo pour cas de maladie. Jean Dominique OKEMBA par ailleurs, est constamment cité par plus d’un média notamment "La Lettre du Continent" dans l’achat
des armes.
Dans un Etat de Droit où la vie humaine est précieuse et respectée, depuis le lundi 5 mars 2012, le Ministre de la Défense serait immédiatement démis, sans considération des relations maçonnique avec qui que ce soit. Toute la chaîne de commandement autrement dit le Haut Commandement des FAC depuis le Chef d’ Etat major serait aux arrêts, en attendant de situer les responsabilités. Mais SASSOU peut-il ainsi reconnaître l’incompétence pourtant criarde des ses fameux Généraux ?
M. SASSOU bien que n’étant pas le seul responsable dans cette catastrophe, cependant il devrait rectifier le tir question d’éviter le pire demain. Car, à ce jour plusieurs officiers supérieurs boudent le fonctionnement parallèle des organes des FAC. Oublions ce qui nous divise, levons-nous et bâtissons le pays sur des bases saines.




1.Posté par mopla le 11/04/2012 02:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
franchement mes cher frères et sœurs congolais nous devront nous lever et se battre pour notre pays ,arrêtant les divisions, unissons nous.et vous les responsables du pays penser à la population avant toute chose.l'explosion du 04 mars 2012 n'est autre que le manque de responsabilité de la part des autorités du pays arrêter de mentir le peuple congolais, nous voyons bien se qui se passe au Congo a chaque événement (politique) le sang congolais coulent coe les accident des train les crache d'avion etc ...et maintenant les explosions NON STOP les congolais ne sont pas des morceaux de viande mais des humains.Ces colonels cité coe étant la cible qui à causé la disparition des nos frères et sœurs sous prétexte de vouloir assassiné SASSOU NGUESSO n'est qu'une invention de ceux qui veule la division dans notre pays.moi je dis simplement que c'est l' irresponsable de SASSOU et ceux qui sont autour de lui.vous avez assez fait couler le sang des innocent STOPPER.reconstruisons le Congo en paix SVP merci

2.Posté par gerdolle le 11/10/2012 01:13 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
en ce qui me concerne je ne vois pas pourkoi le pouvoir en place en particulier le president sassou un monsieur ke j''admire beaucoup serait a mesure de sacrifier tout un quartier comme vous vener de le dire et de surcroit le quartier dont il s''agit est celui ou vit un grand nombre des pro sassou moi je pense que il ya des gens ki veulent remonter les pro sassou contre lui meme et je ne suis pas d''accord et ces gens doivent payer. Par cttre la responsabilite du president sassou n''est autre k.au niveau de la delocalisation des casernes et ses enemis ont profite de sa negligence

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Pour poster un commentaire, vous devez utiliser un Email valide. Les commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi seront effacés.
En raison d'un nombre important de commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi, les commentaires sont désormais soumis aux modérateurs afin d'être vérifiés.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2021 - 14:26 La Nouvelle Afrique !







TRIBUNE & DEBATS