Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

La France et la communauté internationale (ONU, Union Africaine ne doivent pas donner la primauté au maintien de DEBY au pouvoir sans tenir compte de la vie des Tchadiens


Alwihda Info | Par - Җ€BIЯ - - 6 Février 2008 modifié le 6 Février 2008 - 16:54


Pour protester contre les Nations Unies pour leur complaisance et légèreté face aux agissements de DEBY et de l’armée Française au Tchad , en ma qualité d’ancien casque bleu et ancien responsable (2004-2007) du Centre des opérations de Police des Nations Unies, je refuse la médaille (IN THE SERVICE OF PEACE) des Nations Unies offerte à moi pour ma participation à l’œuvre de paix en Haïti. Cinq (5) fois médaillé, je me ferais le devoir de restituer et ma médaille et ses cinq(5) écussons avec les chiffres 1,2,3 4 et 5.Outre ma médaille, je vais restituer le certificat de témoignage et les cinq (5) autres certificats d’excellence à moi décernés lors de mon mandat en Haïti.


Tchad : La France et la communauté internationale(ONU, Union Africaine ne doivent pas donner la primauté au maintien de DEBY au pouvoir sans tenir compte de la vie des Tchadiens.

La France est le seul pays colonisateur au monde qui soutien des dictateurs décriés et vomis par leur peuple, la situation actuelle dénote de l’implication de la France aux cotés de DEBY et ses alliés rebelles Soudanais du Darfour au détriment de la vie des millions de Tchadiens. Nous tenons la France comme responsable de la catastrophe humanitaire qui se pointe a l’horizon suite a la sortie massive de la population Ndjamenoise, fuyant les bombardements de l’armée Française et l’aviation de la soldatesque de DEBY.

La France a transporté a bord de ses avions militaires les rebelles Torobo qui comme le gouvernement Soudanais ont commis des exactions sur la population civile au Darfour et dans le Sud Ouest du Tchad, plusieurs dizaines de civils ont périt sous les feux conjugués des hélicoptères PUMA de l’opération Epervier et des hélicoptères MI17 et 24 de DEBY. Nous sollicitons une commission d’enquête internationale pour faire la lumière sur les massacres de ces derniers jours dans la capitale tchadienne où sont tenus solidairement responsables les forces Françaises et les milices a la solde de DEBY.

L’ambassadeur de France Bruno Foucher et son attaché militaire sont directement au devant le scène car, le quartier général de DEBY établi au commissariat du premier arrondissement de la ville de Ndjamena a Farcha. Comme son prédécesseur, l’ambassadeur de France au Tchad et son attaché militaire ont reçu des largesses en espèces sonnantes s’élevant a plus de trois(3) milliards francs CFA de la part de DEBY pour faire un lobbying actif auprès du Gouvernement Français en faveur du despote Tchadien. Nous demandons au peuple Français, aux parlements Français et Européens d’ouvrir des enquêtes fiables et urgentes car, la vérité ne peut se dissimuler longtemps, « la corruptibilité des diplomates Français au Tchad saute a l’œil nu »

Le Président Idriss DEBY qui n’a aucun égard pour la population civile a ordonné a sa garde prétorienne de pilonner les secteurs populeux tenus pas les insurgés, plusieurs de ses officiers ayant refuser cette option visant a confondre les civils et les rebelles ont été abattu par DEBY personnellement, on parle de seize(16) officiers dont chef de sécurité. Nous vous informons qu’une opération d’épuration des opérations et de liquidation des opposants et sympathisants de la rébellion s’est déclenchée, a 16H30 heure du Tchad, ce jour 05 février 2008, un grand sbire et bourreau de l’ANS a été aperçu enturbanné a Kousserie, ville Camerounaise jumelle de Ndjamena où plus de 30.000 habitants de Ndjamena ont trouvé refuge et des dizaines de centaines d’autres continuent d’affluer vers cette ville où il n’y a aucune structure d’accueil, on grand la faim, la soif et les épidémies si rien n’est fait dans les plus brefs délais.

La France s’est engagée militairement au Tchad, se mettant en situation de belligérance contre le peuple tchadien qui fait face aux massacres d’un dictateur qui n’hésite pas a piller les maigres ressources du pays. Mettant sa famille en sécurité, il lance ses hélicoptères et ceux de l’armée Française pour les massacres des civils. Tant que DEBY restera au pouvoir, la sous région sombrera dans le chao, il est important pour la France de sauver les millions de civils Tchadiens de la dictature et de la persécution dont ils sont victimes depuis 18 ans et dont les auteurs sont DEBY et ses proches. La France trouve t-elle normale de soutenir un homme qui n’hésite pas a tirer sur des fou qui approche de son palais Présidentiel ?

Qui de l’ambassade de France et de la représentation de l’UE au Tchad n’est pas courant des agissements de la garde de DEBY, de ses fils, parents et de sa police politique sur la population civile du Tchad?

Des informations concordantes et vérifiables accusent directement la France sur son rôle dans les tueries de ces derniers jours, les rebelles Soudanais ont été transportés par des avions gros porteurs de l’armée Française, les Français ont également assuré la logistique des Toroboro y compris le carburant qu’ils ont fait venir de Libreville, l’armée Française a également procéder a l’approvisionnement des rebelles Toroboro notamment en ratio de combat. Autre manche dans cette imbroglio de la France, les informations a caractères militaires sont également transmises a ces rebelles Soudanais qui travaillent de concert avec les responsables Français(ambassadeur, Attaché militaire et le chef d’Eta major de l’armée Française au Tchad), ils sont directement admis au QG du commissariat de Farcha où discutent d’égal a égal avec ces responsables Français. Deux(2) interprètes en français arabe et Français Anglais assurent la compréhension des échanges et des messages entre Français et rebelles Soudanais. Le moment venu, nous montrerons au monde entier et au peuple Français, les preuves irréfutables du rôle de la France et sa duplicité dans le conflit Tchadien comme au beau vieux temps du génocide au Rwanda.


La Démocratie et les libertés confisquées :

En arrêtant le Docteur Ibni Oumar Mahamat Saleh, secrétaire Général du Parti PLD et porte parole de la plate de concertation de l’opposition démocratique, la CPDC et, son collègue Yorongar Ngarledjy coordinateur du FAR/Parti fédération, Président de l’organisation de défense des Libertés- FONDATION POUR LE RESPECT DES LOIS ET DES LIBERTES (FORELLI) et député en plein mandat, Kamougué Widal Abdelkader de l’URD et Lol Mahamat Choua du RDP. Le dictateur Idriss DEBY compte mettre une muselière a l’opposition pour mieux s’adonner a son jeu favori : le massacre et ce, sous la complicité active de la France et des français qui applaudissement des deux mains, ce fait de société propre a l’Afrique : un roitelet cupide et sanguinaire qui sous l’égide de l’ONU et de la France a trouvé un cheque en blanc pour tuer, piller, massacrer et « génocider » les pauvres populations civiles.

Le pont aérien :

Les avions de transport militaire de l’armée Française ont fait plusieurs rotation pour acheminer les renforts des rebelles Soudanais du MJE et du MLS avec armes, bagages et véhicules.

Les armes a sous minutions :
L’armée Française a fourni en munitions les forces de DEBY et les rebelles du Darfour, notamment en munitions a sous- munitions destinées aux mitraillettes, canons et mortiers aux forces rebelles Soudanaises et a celles de DEBY.

La mascarade de la saisine du conseil de sécurité par la France pour le compte du Tchad :

La France toujours égale a elle-même en fourberie, pantalonnades et duplicité répond aux jérémiades des dinosaures de la dictature Africaine que sont le Gabonais Oumar Bongo Odimba et son complicité Denis Sassou Nguesso du Congo pour sauver leur élève et obligé, le dictateur Tchadien Idriss DEBY, c’est ainsi que le corrompu ambassadeur de France au Tchad s’est senti obligé(espèce sonnante oblige) de rédiger a la place du Tchad une lettre au conseil de sécurité des nations unies au nom du Tchad, demandant au conseil de « demander à la France d’utiliser tous les moyens pour aider le Tchad pour contrer l’agression étrangère, etc. ».Cette ambiguïté saute a l’œil quand on sait que l’armée Française transporte et arme des rebelles Soudanais a la solde de DEBY, nous userons par tous les moyens pour montrer au monde que la France est friande des rigoles de sang de Tchadiens versé par DEBY qui, dans son retranchement a arrêté sans motif valable les chefs principaux de l’opposition, connaissant l’Homme, il n’hésitera pas a les liquider si ce n’est déjà fait. La France seule sera tenue responsable des tortures et de la disparition des leaders politiques suivant Yorongar Ngarledjy, Kamougué Widal Abdelkader , Lol Mahamat Choua et Ibni Oumar Mahamat Saleh.

Le cordon ombilical :

Le peuple tchadien ne laissera pas encore un Homme ayant mis a feu et a sang le Tchad et les pays voisins(Centrafrique et Darfour) prendre des années a la tête du pouvoir dans ce pays qui veut la paix. Le moment venu, les tchadiens réviserons complètement leur politique et relation avec la France voire si nécessaire rompre tout lien avec ce pays nuisible qui donne la primauté au dictateur au détriment de la vie de leur peuple. Sinon comment comprendre le rôle de la France qui n’a pas hésité a utilisé grandement ses militaires pour repousser les rebelles aux portes de la Présidente tchadienne, tuant et blessant du coup plusieurs centaines de civils Tchadiens sans compter les destructions aux préjudices du Tchad.

Le partage du pouvoir :

Ce que la France ignore ou feint d’ignorer, le dictateur DEBY ne partagera jamais le pouvoir et confisquera autant que la France lui apportera son soutien indéfectible, la démocratie et les libertés. Pour preuve, aucun accord de réconciliation avec DEBY n’a été respecté. Nous citerons les cas des opposants ayant signés des accords de paix avec lui et qui furent lâchement liquider par les Sbires de la police Politique(ANS), entre autres Abbas Koty Yacoub, Ketté Nodji Moise, Laoukein Frison, docteur Al Haris. La dernière tentative de liquidation d’un opposant rentré au bercail est le capitaine Mahamat Nour Abdelkerim dont ses frères furent arrêtés et liquider personnellement par DEBY dans sa résidence a Abéché et enterrés dans une fosse commune avec une dizaine de ressortissants Tama proches de Mahamat Nour Abdelkerim. Ce dernier peut être tué a tout moment de son refuge fragile de l’ambassade de Libye au Tchad. La France a été bien au courant de l’empoisonnement de Mahamat Nour Abdelkerim qui fut soigné dans un hôpital parisien et les archives s’ils ne sont détruits, feront un jour la lumière sur cette tentative d’empoisonnement sur Mahamat Nour, ancien Ministre de la défense de DEBY, limogé et reclus a l’ambassade Libyenne au Tchad comme un animal en attente dans un couloir dans un abattoir.

Récusons la participation de la France a l’EUFOR :
La France étant partie prenante a la crise du Tchad avec l’entrée de ses hélicoptères et tanks aux cotés du dictateurs DEBY qui a pas hésité a faire usage de ses armes(hélicoptères, chars et canons) sur la population civile la contraignant a prendre la fuite vers la ville de Kousserie au Cameroun. La participation de l’armée Française a été pour une grande partie une des causes du déplacement massif des civils. Des milliers de personnes dépourvues de tout se trouvent a Kousserie et dorment a même le sol sans nourriture, ni couverture en cette période de l’harmattan avec son vent glacial venu du désert.

Catastrophe humanitaire :

Les milliers de Tchadiens réfugiés a Kousserie au Cameroun sont a la merci de la faim, du froid et du vent de sable venu du désert en cette période où le plus souvent l’épidémie de la méningite fait son apparition. On écarte le cholera pour le moment mais, on craint la recrudescence de la malaria et des autres maladies dues au manque d’eau potable et d’hygiène. La France et DEBY seuls seront tenus responsables de ces morts en sursis, le peuple Français aura aussi le temps de relire un Président qui se soucis plus de ses problèmes de sexe que du devenir de ces nègres d’Afrique dont la vie ne compte pas pour lui plus celui de son chien ou de sa nouvelle couche Carla Bruni.

Remettre ma médaille et attributs des Nations Unies :

Pour protester contre les Nations Unies pour leur complaisance et légèreté face aux agissements de DEBY et de l’armée Française au Tchad , en ma qualité d’ancien casque bleu et ancien responsable(2004-2007) du Centre des opérations de Police des Nations Unies, je refuse la médaille (IN THE SERVICE OF PEACE) des Nations Unies a moi offerte pour ma participation a l’œuvre de paix en Haïti. Cinq(5) fois médaillé, je me ferais le devoir de restituer et ma médaille et ses cinq(5) écussons avec les chiffres 1,2,3 4 et 5.Outre ma médaille, je vais restituer le certificat de témoignage et les cinq(5) autres certificats d’excellence a moi décernés lors de mon mandat en Haïti.

Plusieurs personnes mortes noyées dans les eaux des fleuves Chari et Logone :

La marrée humaine de plusieurs milliers de Ndjamenoise fuyant les pilonnages de l’armée Française et des forces de la garde républicaine s’est retrouvée hagard sans moyens au Cameroun voisin, certains entre 3000 a 4000 personnes ont pu continuer dans les localités Nigérianes de Gambaru Ngala et Maiduguri. Lors de cette fuite et le passage obligé sur les ponts de Chagoua, Taiwanais et de Ngueli, plusieurs enfants, femmes et vieillards incapables de supporter la pression des plusieurs centaines de personnes a la fois se bousculant, on fait des chutes dans les eaux des fleuves Chari(ponts Chagoua et Taiwanais) et Logone(pont de Ngueli) et se sont noyées, dans le désarroi, les corps ne peuvent pas être repêchés.

Des concessions transformées en cimetière provisoire :

Beaucoup de familles ayant perdu leur proche lors des pilonnages des PUMA Français et chars et MI17 et 24 des forces de DEBY, ne pouvant inhumer leur défunt, étaient obligées de les enterrer dans la cour de leur maison comme au temps de la guerre des tendances des années 80 a Ndjamena. Nous interpellons l’UNICEF, MSF et Avocats sans frontière, Amnesty international, Human Right Watch , la RADDHO de condamner les actions conjuguées des forces Françaises, Gabonaises et Rebelles Toroboro arrivées en renfort pour sauver le dictateur DEBY. Que font les militaires Gabonais au Tchad ? pourquoi l’aviation Française tire t-elle sur la population civile et assure le transport des rebelles Soudanais de leur base aux confits de la frontière Tchado Soudanaise pour les champs de combat a Ndjamena ? Pourquoi la France a-t-elle transporté les militaires Tchadiens se trouvant en Centrafrique pour ramener au Tchad ?
Le France est un Etat terroriste et doit quitter le Tchad au même titre que les rebelles Toroboro et leur parrain mafieux DEBY, Pourquoi la France collabore t-elle avec des rebelles Soudanais pour le compte de DEBY ? N’est ce pas une manière de la France de cautionner le génocide du Darfour comme par le régime de Khartoum mais aussi par les Toroboro armés, nourris et entretenus par DEBY. Pour ce faire, le TPI doit revoir sa liste et introduire les noms Messieurs Idriss DEBY, Daoussa DEBY, Djibrine Teck, Mahamat Abdallah, du « propagandiste » Ourmadji Moussa Doumngor, l’ambassadeur de France au Tchad et son attaché militaire.

La communauté internationale, les Français et l’Union Africaine doivent choisir entre la vie des millions de Tchadiens et le maintien de DEBY au pouvoir. Toute perspective d’un chao sera directement imputable a la France. Nous lançons un vibrant appel aux démocraties Canadienne, Américaine, la Suède, la Norvège, la Belgique, la Suisse et le Luxembourg ainsi qu’a tous les pays épris de paix et de justice de prendre unanimement position face a ce génocide qui se prépare et dont la France aime tant comme elle l’a fait au Rwanda, en Cote d’Ivoire, au Burundi et en RDC. La France viole les droits des Tchadiens en se cachant derrière un accord de coopération aux contours mal défini ou bien agit-elle sous le couvert d’un accord secret entre elle et DEBY ?

SARKOZY VEUT-IL INAUGURER SA LUNE DE MIEL AVEC CARLA PAR LE SANG DES POPULATIONS CIVILES TCHADIENNES EN ENVOYANT SON AVIATION PILLONNER DES PAISIBLES CITOYENS ?

Officier Principal de Police Abbas Kayangar (démissionnaire pour protester contre les abus)
Ancien casque bleu en Haïti (matricule UNP 00462)-2004-2007)
Ancien chef du centre d’opérations de police des Nations Unies en Haïti (POC)
Ancien chef de la Brigade Anti-criminalité du Tchad( BAC)
Ancien membre de la commission d’enquête sur les affaires d’attaques a main armée et crimes
Ancien contrôleur et superviseur général des éléments de la police auprès des banques de Ndjamena.

beyadji@yahoo.fr



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)