Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

La Guinée et le Togo deviennent actionnaires de l'Africa Finance Corporation


Alwihda Info | Par Business Wire - 13 Juillet 2021


La Guinée et le Togo deviennent actionnaires de l'Africa Finance Corporation. © DR
La Guinée et le Togo deviennent actionnaires de l'Africa Finance Corporation. © DR
Africa Finance Corporation, le principal fournisseur de solutions d’infrastructure en Afrique, a accuelli la Banque Centrale de Guinée et la République Togolaise comme ses plus récents actionnaires, renforçant ainsi la représentation panafricaine de l'AFC.

En tant qu'un des premiers États membres de l'AFC en 2008, l’AFC a investi environ 300 millions de dollars américains en Guinée, pour stimuler des opportunités d'emploi et de développement économique durable venta des vastes ressources minérales du pays. Parmi les projets de développement cofinancés par l'AFC, il y a la mine de bauxite Alufer en 2017, l'un des plus importants investissements étrangers dans le pays d'Afrique de l'Ouest depuis la crise Ebola de 2014, au valeur de 205 millions de dollars américains.

Dr.Louncény Nabe, Gouverneur de la Banque Centrale de Guinée a déclaré :"Les investissements dans les infrastructures réalisés par l’Africa Finance Corporation ont contribué énormément au développement économique de notre pays, et nous aspirons à un engagement et à un partenariat renforcé avec la Corporation". "Cet investissement démontre notre engagement et notre confiance en l'AFC en tant qu'institution panafricaine ayant fait ses preuves dans la réalisation de projets d'infrastructure transformateurs sur le continent", a-t-il ajouté.

Depuis que le Togo est devenu membre de l'AFC en 2018, la Corporation a investi 30 millions d'euros dans le projet Kekeli Efficient Power, la première centrale électrique au gaz à cycle combiné du pays, qui produira suffisamment d'électricité pour répondre à 35% des besoins énergétiques du Togo. La Corporation a également investi 150 millions de dollars US dans la création de chaînes de valeur pour les industries togolaises de la transformation alimentaire, du textile, de la pharmacie, de l'automobile et du recyclage en tant que co-développeur de la Plateforme Industrielle d'Adétikope (PIA) récemment inauguré en partenariat avec Arise IIP . . Grâce à ce projet d'écosystème unique en son genre, passant de l'approvisionnement en matières premières, la fabrication et l'exportation de produits à valeur ajoutée, la zone économique spéciale du Togo devrait de générer 750 millions de dollars de PIB supplémentaire, 1 milliard de dollars d'exportations et créer 35000 emplois.

"L'AFC a été un partenaire de développement essentiel dans son soutien aux secteurs clés de notre économie, y compris l'électricité, les transports et la logistique", a souligné le Ministre des Finances, M. Sani Yaya. "Devenir actionnaire de l'AFC représente une étape naturelle pour l'avenir visant à renforcer davantage le partenariat qui existe entre le Togo et la Corporation".

En tant qu'actionnaires, le Togo et la Guinée devraient bénéficier d'un investissement accru de la part de l'AFC ainsi que d'une part des rendements supérieurs ajustés aux risques de la Corporation et de paiements de dividendes compétitifs. Pour AFC, les nouveaux investissements renforceront le levier de financement de la Corporation sur les marchés financiers internationaux, ce qui se traduira par une augmentation des investissements dans les pays membres et le reste du continent.

Pour sa part, Samaila Zubairu, Président et Directeur Général de l'AFC, a souligné : "Nous sommes ravis d'accueillir la République de Guinée et la République Togolaise en tant qu'actionnaires à l’Africa Finance Corporation. Outre les projets en cours, nous visons à étendre notre présence dans les deux pays avec un portefeuilleactif de projets dans les ressources naturelles, les énergies renouvelables, les transports et la logistique. Ces investissements en actions dans l’AFC aident à faciliter nos opérations alors que nous nous travaillons avec les gouvernements africains pour fournir les infrastructures essentielles nécessaires à la reprise économique résiliente après le COVID-19".