Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Le Tchad veut "s'insérer dans le nouvel ordre économique international" avec Internet


Alwihda Info | Par Mahamat Abdramane Ali Kitire - 12 Septembre 2019 modifié le 12 Septembre 2019 - 09:05



Le Tchad veut "s'insérer dans le nouvel ordre économique international" avec Internet. © Alwihda Info
Le Tchad veut "s'insérer dans le nouvel ordre économique international" avec Internet. © Alwihda Info
La 8ème édition du Forum africain sur la gouvernance de l'Internet s'est ouverte mercredi 11 septembre à l'hôtel Radisson Blu. L'évènement est placé sous le thème : « les responsabilités partagées des parties prenantes pour un écosystème robuste de gouvernance de l'Internet ».

Plusieurs personnalités ont pris part à l'évènement, notamment le ministre d'Etat, ministre secrétaire général à la Présidence de la République, représentant le chef de l'Etat, Kalzeubet Pahimi Deubet, le vice-président de la commission de l'Union Africaine, Thomas Koissi Koarté, le secrétaire exécutif de la commission économique de l'ONU pour l'Afrique, Mathar Seïd, la présidente du groupe MAG, Mme. Outmani Bougouma, le commissaire à l'Infrastructure et à l'énergie de l'Union Africaine, Dr. Amani Azeïd, et le président de l'Assemblée nationale, Dr. Haroun Kabadi.

Le Forum vise à être une plateforme de discussions inclusives multilatérales et multi-parties sur les questions pertinentes liées à l’Internet en général et les questions de gouvernance en particulier.

Les objectifs spécifiques sont entre autres la sensibilisation des utilisateurs africains et le renforcement de leurs capacités en matière de gouvernance de l’Internet afin de veiller à ce que toutes les parties prenantes soient bien préparées à la contribution et à l’interaction.

Coordonner au niveau continental la gouvernance de l'internet

Le forum permettra de veiller à ce que les préoccupations de l’Afrique soient prises en compte dans le processus du FGI et de mettre en place un processus africain coordonné pour traiter les problèmes de gouvernance de l’Internet sur le continent.

Il consiste également à renforcer le modèle de dialogue multipartite pour la gouvernance de l’Internet en Afrique par le biais de forums régionaux et nationaux. Il offre une plateforme de dialogue sur les questions actuelles dont l'objectif étant de favoriser la durabilité, la sécurité, la stabilité et le développement de l'Internet, en facilitant le développement des contenus, l'accès à l'information et aux connaissances africaines.

Selon la présidente du groupe MAG, Mme Outmani Bougouma, "le renforcement de la capacité de l'Internet en Afrique constitue la meilleure coopération du rendez-vous de recevoir et de donner". Selon elle, le Tchad est le "premier pays d'Afrique francophone à s'inspirer de la gouvernance Interne, c'est une grande opportunité".

D’après le vice-président de la commission de l'Union Africaine, Thomas Koissi Koarté, l’Union Africaine à travers ce forum doit "promouvoir le développement de son économie en se basant sur l'éducation, la sécurité, la lutte contre la pauvreté, et la cybercriminalité. « Ce forum est un grand laboratoire pour le traitement des informations et de la communication interafricaine et mondiale », a-t-il conclu.

Le Tchad veut "s'insérer dans le nouvel ordre économique international" avec Internet. © Alwihda Info
Le Tchad veut "s'insérer dans le nouvel ordre économique international" avec Internet. © Alwihda Info
Prévenir les dérives de l'internet

Le ministre des Postes, des Nouvelles technologies, de l'information et de la communication, Dr. Idriss Saleh Bachar a souligné que l'internet est un outil de développement et les États doivent se l'approprier au regard de ses multiples avantages, de même qu'il faut assurer sa bonne gouvernance afin d'éviter les dérives qui peuvent être préjudiciables à bien d'égards.

Selon lui, "la gestion internationale de l'Internet devrait s'exercer de façon multilatérale, transparente et démocratique, avec la pleine participation des États, du secteur privé, de la société civile et des organisations internationales. Elle devrait assurer une répartition équitable des ressources, faciliter l'accès de tous et garantir le fonctionnement stable et sécuriser de l'Internet, dans le respect du multilinguisme."

Le Tchad veut "s'insérer dans le nouvel ordre économique international" avec Internet. © Alwihda Info
Le Tchad veut "s'insérer dans le nouvel ordre économique international" avec Internet. © Alwihda Info
"S'insérer dans le nouvel ordre économique international"

Le ministre d'État, ministre secrétaire général à la Présidence de la République, Kalzeubet Pahimi Debeut a indiqué que les autorités ont "pris conscience que le nouveau contexte mondial de mutation géostratégique, de révolution scientifique et technologique leur offre une opportunité unique de rattraper plus rapidement le retard, afin de les insérer pleinement dans le nouvel ordre économique international."

"Il est important de montrer à la population que l'émergence n'est pas un slogan, ni l'affaire d'un gouvernement ou d'un parti politique, mais qu'elle exprime plutôt la volonté collective d'un peuple de sortir d'une situation de vulnérabilité et de prendre son destin en main. Il s'agit ici d'un contrat social basé sur le rapport de confiance, dans lequel nous acceptons de consentir ensemble pendant un certain temps des sacrifices afin de réussir collectivement", a indiqué le ministre d'Etat.

Un taux d'utilisateurs en hausse

Le gouvernement tchadien a pris des mesures pour amorcer le développement de l'Internet afin d'atteindre ses objectifs. Le nombre d'utilisateur a connu une croissance "fulgurante", passant de 166.000 dans la première décennie à plus de 2,5 millions d'utilisateurs en 2018. Le taux de pénétration est de 15% et la tendance du chiffre d'affaire de l'Internet reste croissante avec un montant qui atteint plus de 20 milliards de Francs CFA en 2017. L'évolution globale du chiffre d'affaires pour les cinq dernières années est de 360%. S'agissant de la bande passante, elle a également connu une "évolution fulgurante" en atteignant 6 Gbt au second semestre 2019.

Cette rencontre de N'Djamena a permis de réunir d'éminentes personnalités de l'Union Africaine, des Ministres africains en charge des TIC, des conférenciers internationaux et plus de 400 experts participants venant des secteurs TIC.

Depuis son institutionnalisation en 2011 par l'Assemblée générale de l'ONU, le Forum africain sur la gouvernance de l'Internet est à sa 8ème édition. C’est pour la première fois que le Tchad abrite les assises du Forum, après l'Éthiopie en 2015, l'Afrique du Sud en 2016, l'Égypte en 2017, le Soudan en 2018.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)