Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Togo renoue avec l’organisation des élections municipales, 32 ans après


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 2 Juillet 2019 modifié le 2 Juillet 2019 - 11:13


Un bureau de vote à Lomé, la capitale togolaise, lors de l'élection présidentielle du 25 avril 2015. © BBC
Un bureau de vote à Lomé, la capitale togolaise, lors de l'élection présidentielle du 25 avril 2015. © BBC
Lomé, le 1er juillet 2019-  Plus de 3 millions d’électeurs togolais étaient aux urnes dimanche pour choisir les 1527 conseillers municipaux qui éliront à leur tour les 117 maires ainsi que leurs adjoints qui auront la charge de diriger les 117 communes que compte désormais le pays.

L’organisation de ce scrutin est l’aboutissement du processus de décentralisation entamé depuis plusieurs années par le gouvernement. Elle constitue également la concrétisation d’une volonté des acteurs politiques et des plus hautes autorités du pays d’instaurer la démocratie à la base.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Tchambakou Ayassor s’est félicité au cours de la nuit électorale organisée dans la soirée du dimanche, de l'engouement observé auprès des Togolais et la mobilisation des partis politiques, des regroupements de partis politiques et des indépendants autour de ce processus.

Selon la CENI, le taux de participation à ces élections oscille entre 60 et 65% alors que la compilation des résultats se poursuit. Donc, a-t-il précisé, ce chiffre pourra encore s'accroître au regard de l'engagement des Togolais à participer au choix de leurs conseillers municipaux.

Le Chef de l'État, Faure Gnassingbé dans un message publié sur son compte Twitter, a lui aussi exprimé sa satisfaction devant l'engouement que cette élection a suscité auprès des Togolais.

« Les élections municipales de ce jour auxquelles je vous exhorte à participer massivement, pour un choix libre, parachèvent un long processus de décentralisation mené avec rigueur et marque une avancée majeure dans l'enracinement de la démocratie sur notre Denyigban », a-t-il posté sur Twitter.

Le Président Faure Gnassingbé a voté devant les caméras à Pya (430 Km au Nord de Lomé) tandis que Komi Selom Klassou, le Premier ministre l'a fait à Notsè, localité située à près de 95 km au nord de la capitale, Lomé.

Après les élections législatives de l'année dernière et une année avant la présidentielle, le pays affirme sa volonté de renforcer sa démocratie et de mettre définitivement fin à l'ère des errements démocratiques, affirme-t-on dans les rangs du gouvernement.

La démocratie togolaise, de l'avis de plusieurs analystes s'enracine de plus en plus avec l'organisation de ces élections libres et transparentes ainsi que des réformes politiques qui ont été opérées en mai dernier et l’adoption il y a quelques semaines de la loi sur la décentralisation par l’Assemblée nationale.

En attendant la proclamation des résultats, il y a désormais une certitude : les anomalies de délégations spéciales qui régentent les communes togolaises depuis les années 2000 vont disparaître et laisser place à de vrais conseils municipaux, composés de Conseillers élus directement par les citoyens pour une durée de 6 ans renouvelables deux fois comme le stipule la loi sur la décentralisation.