Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le sentiment des consommateurs ouest-africains est plus positif


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 4 Février 2021

Dans le contexte de la pandémie COVID-19 en cours, l'indice de confiance des consommateurs (CCI) NielsenIQ pour l'Afrique de l'Ouest a présenté un tableau plus positif au quatrième trimestre 2021, le CCI du Nigeria s'établissant à 114, reflétant un retour lent mais régulier à des niveaux supérieurs à 120 observés en 2019, tandis que le Ghana continue à montrer une amélioration de son CCI actuel de 123.


Ged Nooy, directeur général de NielsenIQ West Africa, commente : "En tant que plus grande économie du continent, le Nigeria a réussi à maintenir son taux d'infection par COVID-19 à un niveau relativement bas par rapport à ses 206 millions d'habitants. Toutefois, ses perspectives macroéconomiques ont été assombries par la baisse des prix du pétrole, l'augmentation des prix des denrées alimentaires et la hausse de l'inflation, ainsi que par une augmentation de 50 % de la TVA en 2020. Malgré ces difficultés, les consommateurs nigérians restent optimistes quant à leurs perspectives".

La confiance dans les perspectives d'emploi s'est améliorée, 58 % des consommateurs déclarant qu'elles seront bonnes ou excellentes au cours des 12 prochains mois, soit une augmentation de 3 points par rapport au trimestre précédent. En ce qui concerne l'état de leurs finances au cours des 12 prochains mois, 78 % d'entre eux disent qu'elles seront bonnes ou excellentes, soit une augmentation substantielle de 11 points par rapport au trimestre précédent. La propension des Nigérians à acheter a malheureusement baissé de 13 points, pour atteindre 27 % des Nigérians qui pensent que le moment est propice ou excellent pour acheter ce qu'ils veulent ou ce dont ils ont besoin.

En ce qui concerne la question de savoir s'il leur reste de l'argent liquide après avoir payé les produits de première nécessité, 26 % des Nigérians répondent par l'affirmative, soit une baisse de sept points par rapport au trimestre précédent. Cependant, une fois qu'ils ont couvert leurs dépenses essentielles, le plus grand nombre de consommateurs (78 %) mettent leur argent de côté, suivis par 73 % qui le dépensent pour améliorer leur maison et 61 % qui investissent dans des actions et des fonds communs de placement.

Portefeuilles serrés

Malgré des perspectives plus positives à moyen et long terme, leur portefeuille reste serré, 80 % des Nigérians déclarant avoir modifié leurs dépenses pour économiser sur les dépenses du ménage par rapport à la même période l'année dernière. Pour réduire les dépenses, le plus grand nombre de consommateurs (73 %) ont déclaré avoir reporté le remplacement des principaux articles ménagers, 63 % dépensent moins pour les loisirs à l'extérieur du foyer et 56 % moins pour les loisirs à domicile.
Pour l'avenir, la principale préoccupation des consommateurs nigérians au cours des douze prochains mois est l'éducation et le bien-être de leurs enfants (22 %), l'augmentation des prix des denrées alimentaires (16 %) et l'économie (11 %). Dans ce contexte, ces baisses reflètent la confiance des consommateurs dans la situation macroéconomique en termes d'inflation alimentaire et de performance économique globale.

Des perspectives mitigées

Si l'on considère les performances du Ghana, la confiance accrue des consommateurs au cours des deux derniers trimestres a fait monter l'indice global à 123. Heureusement, les Ghanéens sont encore assez optimistes en ce qui concerne leurs perspectives d'emploi, 67 % d'entre eux déclarant qu'elles seront bonnes ou excellentes l'année prochaine. En ce qui concerne l'état de leurs finances au cours des 12 prochains mois, 74 % disent qu'elles seront bonnes ou excellentes -

La propension des Ghanéens à acheter a également connu une baisse considérable ; la moitié d'entre eux pensent que c'est le bon ou l'excellent moment pour acheter ce qu'ils veulent ou ce dont ils ont besoin.

Seuls 46 % des Ghanéens disent avoir de l'argent de poche et, une fois qu'ils ont couvert leurs dépenses essentielles, le plus grand nombre de consommateurs (68 %) mettent leur argent de poche dans leurs économies. Viennent ensuite 57 % qui disent investir dans des actions et des fonds communs de placement et 56 % dans l'amélioration de leur logement.

Réduction des dépenses

Lorsqu'on leur a demandé s'ils avaient modifié leurs dépenses pour économiser sur les dépenses du ménage par rapport à la même période l'année dernière, 73 % des Ghanéens ont répondu par l'affirmative. Pour réduire les dépenses, le nombre le plus élevé (49 %) a déclaré avoir retardé le remplacement des principaux articles ménagers, suivi par 48 % qui ont dépensé moins pour des vêtements neufs et 47 % de moins pour les divertissements hors du foyer.

Si l'on examine les facteurs réels qui influent sur leurs perspectives, la principale préoccupation des consommateurs au cours des douze prochains mois est l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée (12 %), suivi par l'augmentation des prix des denrées alimentaires, la sécurité de l'emploi et la tolérance à l'égard des autres religions - le tout à 11 %.

En ce qui concerne les perspectives d'avenir du Ghana, M. Nooy commente : "Le Ghana devrait dépasser la moyenne de la croissance économique régionale en 2021, ce qui est de bon augure pour l'augmentation de la demande intérieure et des niveaux de consommation. Pour bénéficier de cette amélioration de la situation, les détaillants devront répondre à des consommateurs, des demandes, des besoins et des comportements radicalement modifiés, ce qui aura un impact sur les lieux où ils font leurs achats, sur ce qu'ils achètent, sur les raisons pour lesquelles ils achètent et sur le montant qu'ils sont prêts à dépenser".