Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Les Forces de sécurité togolaises jaugent leurs capacités d’interventions en cas d’attaque terroriste


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 27 Octobre 2019 modifié le 27 Octobre 2019 - 16:21


Les Forces de sécurité togolaises jaugent leurs capacités d’interventions en cas d’attaque terroriste. Illustration. © DR
Les Forces de sécurité togolaises jaugent leurs capacités d’interventions en cas d’attaque terroriste. Illustration. © DR
Lomé - Dans la matinée de jeudi à Lomé, des terroristes lourdement armés se sont introduits dans l’enceinte de l’Institut Français avec pour objectif de prendre en otage le personnel de cette institution.

Alertées, les forces spéciales anti-terroristes des Forces armées togolaises n’ont pas tarder à rappliquer. Après plusieurs heures de négociation et d’échanges de coups de feu, les assaillants ont été neutralisés.

Le scénario tel que décrit n’est qu’une opération de simulation contre une attaque terroriste. Plusieurs corps d’élite des Forces de sécurité et de défense ont pris part à cet exercice qui s’inscrit dans l’agenda de formation continue aux interventions spécifiques spécialisées.

La démonstration s’est déroulée dans un contexte marqué par une recrudescence des attaques meurtrières dans la sous-région et particulièrement au Burkina Faso, pays frontalier du Togo.

Elle fait suite à une formation dispensée par une unité d’élite française, Recherche d’assistance intervention dissuasion (RAID) aux forces armées togolaises notamment aux Groupe d’intervention rapide de la police nationale (GIPN), à l’Unité spéciale d’intervention de la gendarmerie (USIG) et au Groupe d’intervention léger anti-terroriste (GILAT).

Pour le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Yark DAMEHANE, l’objectif de l’exercice est de permettre aux forces de sécurité togolaises de jauger leurs techniques d’intervention spécifiques spécialisées.

L’idée selon le patron de la sécurité togolaise est de réévaluer les capacités de réaction des forces de sécurité et de défense à toute éventuelle attaque terroriste sur le sol togolais. Rappelons que des opérations similaires avaient déjà été organisées au cours de cette année à l’hôtel 2 février, à l’hôtel Sarakawa, et à l’aéroport international de Lomé.