Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Les meilleurs exploitants miniers du monde continuent d'être performants, mais les investisseurs ne sont pas impressionnés


- 4 Juin 2019 modifié le 1 Janvier 1970


PricewaterhouseCoopers LLP (PwC)

Revenus en hausse de 8 % à 683 milliards de dollars ; BAIIA en hausse de 4 % à 165 milliards de dollars ; Dividende record de 43 milliards de dollars versé aux actionnaires, en hausse de 13 % ; Capitalisation boursière du Top 40 en baisse de 18 % à 757 milliards de dollars au 31 décembre 2018 avec reprise partielle par la suite

Selon le rapport Mine 2019 (http://bit.ly/2HUSEev) de PwC (https://www.PwC.com/), publié aujourd'hui, les 40 plus grandes sociétés minières du monde ont continué de consolider leur excellente performance des dernières années en affichant une croissance soutenue en 2018.

En tant que groupe, le Top 40 a augmenté son chiffre d'affaires de 8 %, grâce à la hausse des prix des matières premières et à une légère amélioration de la production. Ils ont également stimulé les flux de trésorerie, remboursé la dette et versé un dividende record de 43 milliards de dollars aux actionnaires.  Les prévisions indiquent que le rendement demeurera stable en 2019. Les revenus devraient se maintenir, la baisse des prix du charbon et du cuivre compensant la légère hausse de la production et la hausse des prix moyens du minerai de fer.

Pourtant, les investisseurs ne semblent pas impressionnés par les résultats du Top 40, si l'on en juge par les valorisations boursières, qui ont chuté de 18 % par rapport à 2018. Bien que la capitalisation boursière totale ait augmenté au premier trimestre de cette année, elle demeure en baisse de 8 % par rapport à la fin de 2017.  Au cours des 15 dernières années, le rendement total des actionnaires dans le secteur minier a été inférieur à celui de l'ensemble du marché et d'industries comparables comme le pétrole et le gaz.

Michal Kotzé, responsable de PwC Africa Energy Utilities & Resources, déclare :  « En dépit de la bonne performance opérationnelle des meilleurs extracteurs du monde, il reste encore beaucoup à améliorer pour que l'exploitation minière puisse continuer à créer et à réaliser de la valeur d'une manière durable. Tant les investisseurs que les autres intervenants s'inquiètent de la capacité de l'industrie minière à réagir aux risques et aux incertitudes d'un monde en évolution.

« Globalement, les parties prenantes s'inquiètent du fait que l'industrie est à la traîne en ce qui concerne un certain nombre de facteurs qui n'ont pas été une priorité traditionnelle de l'industrie minière. Il s'agit notamment de lutter contre les émissions, d'investir dans la différenciation technologique et la numérisation, de s'engager de manière plus proactive auprès des consommateurs et de développer la marque.

« L'industrie minière aura l'occasion de s'adapter aux attentes croissantes et changeantes des intervenants. En utilisant la technologie pour fonctionner de manière sûre et plus efficace, en répondant aux préoccupations mondiales et en maintenant une stratégie disciplinée pour créer une valeur continue pour ses parties prenantes, l'industrie peut forger un avenir meilleur pour tous les bénéficiaires de l'exploitation minière.»

 Une opportunité de faire évoluer la marque minière

Avec des bilans et des flux de trésorerie solides, le moment est venu pour l'industrie minière de s'attaquer aux problèmes qui pèsent sur les évaluations du marché. Le changement climatique, la technologie et l'évolution de la confiance des clients font partie des nombreux défis commerciaux. Afin de restaurer la confiance dans l'exploitation minière de marque, les meilleurs exploitants devront prouver qu'ils suivent le rythme du changement. Les extracteurs ont un rôle crucial à jouer pour combler l'écart de sensibilisation entre la marque de l'exploitation minière et les résultats de l'exploitation.

Les bilans restent solides ; les dépenses d'investissement sont en hausse mais lentes

En 2018, le Top 40 a remboursé 15,5 milliards de dollars d'emprunts nets, ce qui a fait chuter le ratio d'endettement sous la moyenne sur 10 ans. Tous les ratios de liquidité et de solvabilité se sont améliorés au cours de l'année, laissant les plus grands exploitants miniers du monde avec des bilans et des flux de trésorerie solides.

Conformément aux attentes, les dépenses en immobilisations ont recommencé à augmenter, bien qu'à partir de niveaux historiquement bas.  L'augmentation de 13 % par rapport à l'année précédente pour atteindre 57 milliards de dollars suggère que les exploitants miniers continuent de faire preuve de prudence ; environ la moitié des dépenses en capital en 2018 a été consacrée à des projets en cours.

Le cuivre et l'or ont dominé les dépenses en 2018, attirant 30 milliards de dollars d'investissements. Les dépenses d'investissement en charbon ont été constantes d'une année sur l'autre, et nous nous attendons à ce que les extracteurs maintiennent leurs niveaux de production actuels tant que le prix du charbon restera élevé.

Les actionnaires, les gouvernements et les autres parties prenantes sont récompensés

Une hausse de 11 % des flux de trésorerie liés à l'exploitation a permis au Top 40 d'augmenter les dividendes versés aux actionnaires en 2018 pour atteindre un niveau record de 43 milliards de dollars. Le rendement des actions pour l'exercice a été de 5,5 %. Les rachats d'actions ont fait un bond notable, passant de 4 milliards de dollars en 2017 à 15 milliards de dollars en 2017. Rio Tinto et BHP ont représenté 70 % du total de l'activité, retournant aux actionnaires le produit des cessions non stratégiques.

En 2018, la part de la valeur distribuée aux gouvernements sous forme d'impôts directs et de redevances est passée de 19% à 21%. Les employés ont reçu 22 % de la distribution de la valeur totale du Top 40. « L'exploitation minière, tout comme le pétrole et le gaz, distribue une plus grande part de sa valeur aux gouvernements que presque tous les autres secteurs », ajoute Andries Rossouw, associé chez PwC Assurance. « Un certain nombre de pays ont également mis en place des taxes sur le carbone et/ou des systèmes d'échange de droits d'émission. » Sur les 25 pays dans lesquels le Top 40 opère, 13 pays ont déjà mis en œuvre ces régimes fiscaux et 9 pays envisagent activement de le faire.

Reprise de l'activité de fusions-acquisitions

Après plusieurs années de morosité, les fusions et acquisitions ont connu une reprise significative en 2018. La valeur des transactions annoncées a augmenté de 137 % pour atteindre 30 milliards de dollars, sous l'impulsion d'une activité intense dans le secteur de l'or, de l'effort continu des extracteurs pour optimiser leurs portefeuilles et de la dynamique des projets énergétiques dans les métaux.

À Andries Rossouw d’ajouter : « Cet appétit renouvelé pour les grandes transactions semble se poursuivre tout au long de 2019, la valeur de l'opération annoncée au 30 avril 2019 dépassant déjà celle de toutes les opérations annoncées en 2017. »

Le secteur de l'or se consolide

Le secteur aurifère connaît un nouveau cycle de consolidation en raison de la diminution du nombre de projets en cours, de la diminution du nombre de nouvelles découvertes à forte teneur et du manque de financement pour les petites sociétés d'exploitation. Les opérations sur or sont passées de 8 % de la valeur totale des 40 meilleures opérations en 2017 à 25 % en 2018, et cette année, elles représentaient près de 95 % des opérations à la fin avril.

« Les sociétés minières aurifères doivent être rigoureuses et disciplinées en ce qui concerne les transactions potentielles. La quasi-totalité de la valeur générée par les fusions et acquisitions entre 2005 et 2012 ayant été perdue, les investisseurs sont encore ébranlés par les transactions passées où les acheteurs ont trop payé pour leurs actifs », explique M. Kotzé.

Distribué par APO Group pour PricewaterhouseCoopers LLP (PwC).

Contact de Presse :
Bontle Mnisi :  Account Executive, Change the Conversation, Afrique du Sud
Office: + 27 87 898 6318 or portable : +27 76 228 3796
E-mail : bontle@changetc.co.za

OU

Sanchia Temkin : Relations médias, PwC Africa
Bureau : + 27 11 797 4470
E-mail : sanchia.temkin@pwc.com

À propos de PwC :
PwC (https://www.PwC.com/) est présent dans 34 pays d'Afrique et dispose de 66 bureaux. Avec une seule équipe de direction en Afrique et plus de 400 partenaires et 9 000 professionnels à travers l'Afrique, nous servons certaines des plus grandes entreprises du continent dans tous les secteurs.

PwC désigne le réseau PwC et/ou un ou plusieurs de ses cabinets membres, qui constituent chacun une entité juridique distincte.

Rendez-vous sur www.PwC.com/structure pour plus d’information.

© 2018 PwC. Tous droits réservés



Source : https://pricewaterhousecoopers-pwc.africa-newsroom...