Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Liberté de la presse : une conférence s’est tenue à Punta Del Este (Uruguay)


Alwihda Info | Par Florence Akano, humanitaire et journaliste indépendante. - 6 Mai 2022

L’UNESCO et la République d’Uruguay ont organisé la Conférence mondiale annuelle de la Journée mondiale de la liberté de la presse à Punta Del Este, Uruguay, du 2 au 5 mai 2022, dans un format hybride.


La conférence a discuté de l’influence de l’ère numérique sur la liberté d’expression, la sécurité des journalistes, l’accès à l’information et la vie privée, et devrait générer des propositions concrètes pour résoudre ces problèmes. Les circonstances sanitaires le permettant, l’objectif était de faire participer le plus de monde possible en présentiel, toutes les séances étant retransmises en direct via une plateforme internet.

La Journée mondiale de la liberté de la presse du 3 mai 2022
La Journée mondiale de la liberté de la presse 2022 a réuni les parties prenantes concernées telles que les décideurs politiques, les journalistes, les représentants des médias, les militants, les responsables de la cyber sécurité et les experts juridiques pour discuter de ces questions et développer des solutions concrètes, pour faire face aux menaces à la liberté de la presse et à la vie privée posées par une surveillance accrue. Chaque année, le 3 mai, les gouvernements se voient rappeler la nécessité de respecter leur engagement en faveur de la liberté de la presse, et les professionnels des médias réfléchissent aux problèmes de liberté de la presse et d’éthique professionnelle.

Tout aussi importante, la Journée mondiale de la liberté de la presse est une journée de solidarité avec les médias qui sont la cible de la limitation ou de l’annihilation de la liberté de la presse. C’est aussi une journée commémorative pour les journalistes qui sont morts alors qu’ils poursuivaient un reportage. L’Assemblée générale des Nations Unies a déclaré la Journée mondiale de la liberté de la presse en 1993, à la suite d’une recommandation acceptée à la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991. Ceci, à son tour, était en réponse à une demande faite par des journalistes africains en 1991. Déclaration historique de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias.

Le journalisme assiégé par le numérique
Le thème de la Journée mondiale de la liberté de la presse de cette année, « Le journalisme assiégé par le numérique », met en lumière les diverses manières dont le journalisme est mis en péril par la surveillance et les attaques numériques contre les journalistes, ainsi que les implications pour la confiance du public dans les communications numériques.

Le piratage et la surveillance mettent en danger le journalisme et la vie des journalistes
Le tout dernier document de travail Insights du Rapport sur les tendances mondiales de l’UNESCO, « Les menaces qui taisent : les tendances en matière de sécurité des journalistes », souligne à quel point la surveillance et le piratage mettent en péril le journalisme. La surveillance peut divulguer des informations obtenues par des journalistes, y compris des dénonciateurs, et enfreint le principe de protection des sources, qui est internationalement reconnu comme une condition préalable à la liberté des médias et codifié dans les résolutions des Nations Unies.

La surveillance peut potentiellement mettre en danger la sécurité des journalistes en révélant des informations privées sensibles qui pourraient être utilisées à des fins de harcèlement judiciaire arbitraire ou de violence. Il y a une tendance mondiale croissante à une plus grande ouverture dans la façon dont les entreprises Internet utilisent les données des individus ; comment ces données influencent les modèles de prédiction et l’intelligence artificielle, et comment elles permettent la propagation de la désinformation et de la haine. La déclaration de Windhoek+30 a souligné la nécessité pour les entreprises technologiques d' « agir pour maintenir l’ouverture en ce qui concerne leurs systèmes humains et automatisés ».

L'UNESCO lutte pour la protection des journalistes et pour la liberté de la presse
Conformément à son mandat, l’UNESCO collabore avec les organisations médiatiques et les gouvernements du monde entier pour protéger les journalistes et agir en tant qu’agent de la liberté de la presse dans les pays développés et en développement. L’UNESCO a relevé la mort de 182 journalistes entre 2016 et 2017 dans un rapport au Conseil intergouvernemental du Programme international pour le développement de la communication (PIDC). Selon l’UNESCO, « au moins 99 journalistes ont été assassinés, et beaucoup d’autres ont été attaqués, harcelés, emprisonnés ou emprisonnés sur de fausses allégations, sans procédure régulière ».

Les journalistes et les médias sont jusqu’à nos jours attaqués
Il a été souligné que les femmes journalistes sont fréquemment attaquées, y compris des menaces en ligne d’agression sexuelle. Le Pr Jackie Harrison, la première chaire UNESCO sur la liberté des médias, la sécurité du journalisme et la question de l’impunité, a déclaré en 2018 que les attaques continues contre les journalistes et les médias « sapent la liberté d’expression et l’accès à l’information ». Elle a décrit son travail comme un « pont entre les universitaires et la politique » en ce qui concerne le programme des objectifs de croissance durable (ODD), qui contribuerait au « développement durable de médias d’information libres et indépendants dans le monde et à un environnement plus sûr pour les journalistes et le journalisme ».

Les noms des personnes qui ont été tuées sont rarement connus. Ils sont de temps en temps. Jamal Khashoggi, journaliste du Washington Post et dissident saoudien, a été tué et démembré à l’intérieur de l’ambassade saoudienne en Turquie. Les défenseurs des droits de l’homme ont qualifié le procès en Arabie saoudite de farce, et il a abouti à la condamnation de cinq responsables. Tous les cinq ont finalement été graciés.

Le prix mondial de la liberté est décerné à l’association biélorusse des journalistes (BAJ)
Chaque année, un prix est décerné pour récompenser les journalistes qui ont fait preuve d’une résilience remarquable au cours de l’année écoulée afin de récompenser les actions audacieuses du journalisme même face à la persécution. Cette année, le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano a été décerné à l’Association biélorusse des journalistes (BAJ). Depuis l’élection présidentielle contestée en Biélorussie en août 2020, qui a fait descendre des millions de personnes dans les rues pour protester dans les mois qui ont suivi, les droits humains fondamentaux ont été attaqués.
« En décernant le prix à la BAJ, nous sommes solidaires de tous les journalistes du monde entier qui critiquent, s’opposent et dénoncent les politiciens et les régimes autoritaires en transmettant des informations véridiques et en promouvant la liberté d’expression », a déclaré Alfred Lela, président du jury international et fondateur et directeur d’une organisation médiatique albanaise.

Les déclarations de la directrice générale de l’UNESCO pour exprimer son soutien vis-à-vis des journalistes
Aujourd’hui, nous les remercions et les applaudissons ; nous trouvons une façon de dire : nous sommes avec vous, et nous apprécions votre bravoure. Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO, a déclaré que le prix UNESCO/Guillermo Cano « attire l’attention du monde sur la bravoure des journalistes du monde entier qui risquent tant dans la recherche de la vérité et de la responsabilité depuis 25 ans ». « Une fois de plus, nous sommes impressionnés par leur exemple et nous rappelons le besoin crucial de protéger la liberté des journalistes dans le monde entier de faire des reportages librement et en toute sécurité. ».