Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Lomé abrite la réunion de la 38ème session des chefs d’Etat-Major des armées de la CEDEAO


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 16 Mai 2018 modifié le 16 Mai 2018 - 00:46


Lomé, le 16 Mai 2018- La 38ème session des chefs d’Etat-major des armées des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) s’est ouvert ce lundi 14 mai à Lomé.

C’est le ministre d’Etat togolais chargé des affaires présidentielles, Solitoki Esso qui a lancé les travaux au nom du président en exercice de la CEDEAO, le chef de l’Etat togolais, SEM Faure Gnassingbé.

Le conclave de Lomé va permettre aux chefs d’Etat-major des armées de plancher sur les recommandations de la 37ème réunion tenue en 2017 au Liberia. Concrètement, il s’agira d’examiner l’état d’exécution de ces recommandations ainsi que leur application sur le terrain et les impacts sur le niveau de sécurité dans les différents pays.

Les grandes muettes de la CEDEAO vont également évoquer les questions relatives à la Force en attente de la CEDEAO (FAC), les aspects techniques de la force militaire de la CEDEAO en Gambie notamment en ce qui concerne les effectifs, le déroulement, la logistique, etc…

A l’ouverture de ces assises, le Général Felix Abalo Kadangha, chef d’Etat-major des Forces armées Togolaises (FAT), président en exercice du comité des Chefs d’Etat-major de la CEDEAO a déclaré que la rencontre de Lomé se veut décisive au vu de la situation sécuritaire préoccupante qui prévaut en Afrique de l’Ouest. « Face à la situation sécuritaire préoccupante que connaît l’Afrique de l’ouest, je mesure la tâche qui est la nôtre pour y préserver la paix et la sécurité. Comme nous le savons tous, il ne saurait y avoir de paix sans sécurité ou de développement sans paix », a-t-il laissé entendre. Le général Kadangha a indiqué que les chefs d’Etat-major de la CEDEAO devront, à l’issue de la rencontre, décider des orientations à donner aux missions de Paix en Guinée Bissau et en Gambie.

A ce jour, la question sécuritaire constitue l’un des défis majeurs des armées Ouest-africaines car elles doivent encore faire face aux menaces des différents groupes terroristes dans le nord du Mali et du Nigéria ainsi qu’à l’insécurité transfrontalière. La réunion qui se tient à Lomé se veut donc être un cadre de réflexion pour les participants venus des 15 pays de l’organisation dans le but de définir les stratégies à adopter afin de lutter efficacement contre les menaces d’insécurité de tous ordres qui persistent dans l’espace communautaire.