Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Mali : une transition civile attendue après le renversement de Ibrahim Boubakar Keïta


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 19 Août 2020


Mali : une transition civile attendue après le renversement de Ibrahim Boubakar Keïta
Ibrahim Boubakar Keïta a annoncé mercredi, dans un discours diffusé à la Télévision nationale ORTM, sa démission de son poste de président de la République. Il a été arrêté quelques heures plus tôt à sa résidence par des soldats mutins qui l'ont finalement contraint à la sortie.

Dans ses propos, Ibrahim Boubakar Keïta a évoqué ses efforts depuis 2013 pour redresser le pays, les semaines de turbulences ainsi que les manifestations diverses qui ont fait des victimes. Il s'est incliné en leur mémoire et a ajouté qu'il n'a jamais souhaité en arriver là.

Le président sortant a déclaré ne pas avoir d'autre choix que de se soumettre au soulèvement des militaires car il souhaite qu'aucun sang ne soit versé.

"Je quitte mes fonctions à partir de ce moment", a-t-il dit, implorant Allah d'aider et de bénir le Mali. "Je n'éprouve aucune haine à l'égard de personne."

Dans une autre déclaration qui a suivi sur l'ORTM, le colonel-major Ismaël Wagué, chef d'état-major adjoint de l'armée de l'air et porte-parole des mutins, a annoncé que les "forces patriotiques regroupées au sein du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), avons décidé de prendre nos responsabilités devant le peuple et devant l'histoire."

Il a indiqué que la bonne marche du pays est minée et les contestations prouvent à suffisance que le pays va mal. "Notre pays le Mali sombre jour à jour dans le chaos."

Une transition politique civile qui conduira à des élections est annoncée par les mutins. Cette transition doit avoir lieu dans un délai raisonnable. Les mutins assurent que tous les accords internationaux seront respectés.

L'Assemblée nationale et le gouvernement sont dissous.