Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Organisation d’un atelier sur la loi portant dépénalisation du délit de presse au Togo


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 23 Mars 2017 modifié le 23 Mars 2017 - 09:57


Organisation d’un atelier sur la loi portant dépénalisation du délit de presse au Togo
Lomé, le 22 mars 2017- 13 ans après l’adoption de la loi sur la dépénalisation du délit de presse au Togo, la Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication (HACC) a décide de faire le bilan. Pour cela, elle a organisé ce mardi à Lomé un atelier placé sous le thème : « La dépénalisation des délits de presse et la responsabilité du journaliste ». Cet atelier a rassemblé les patrons de presse et propriétaires de médias.

L’objectif poursuivi par la HAAC en organisant cette rencontre avec les professionnels des médias est de mener ensemble avec eux des réflexions sur la signification du concept de «  dépénalisation de la presse » et de l’utilisation qu’ils en font. Plusieurs questions étaient à l’ordre du jour de l’atelier notamment le bilan après ces dix dernières années, l’impact de la loi sur la profession du journaliste et son amélioration. La rencontre a permis aux professionnels des médias de faire le point, 13 ans après l’entrée en vigueur de la loi sur la dépénalisation.

Le président de la HAAC Pitang Tchalla a indiqué que face au manque de professionnalisme de certains journalistes, son institution compte mettre de l’ordre dans la corporation sans porter atteinte à la liberté d’expression, gage de la démocratie. Les différentes propositions faites par les participants seront prises en compte lors de la  relecture de l’ensemble des textes qui règlementent le secteur de la presse et de la communication au Togo, conformément aux recommandations des états généraux de la communication tenus à Kpalimé en 2014.

Le ministre de la Communication Guy Madjé Lorenzo a quant à lui exhorté les journalistes à faire « preuve de responsabilité et de professionnalisme dans l’exercice de leur métier »  afin de ne pas « remettre en cause les acquis de la liberté de la presse et d'expression chèrement acquises ». « La dépénalisation à laquelle nous sommes attachés n’est pas synonyme d’absence de responsabilité », a précisé le ministre Lorenzo à l’endroit des participants. Il a par ailleurs aussi salué la place qu’occupent les médias en ligne dans la grande famille de la presse. Mais, selon lui, « ils doivent exercer leur profession en toute responsabilité ».

Soulignons que la loi portant dépénalisation du délit de presse a été adoptée par l’Assemblée nationale togolaise en août 2004. Elle vise à protéger les journalistes dans l’exercice de leur métier afin qu’ils ne soient pas mis en prison à cause de leurs opinions. La HAAC a annoncé pour le 27 mars prochain à Kara, une autre rencontre sur la même thématique, cette fois-ci à  l'endroit des professionnels des médias de l’intérieur du pays.