Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Plus de 10 pays africains signalent des cas de COVID-19


Alwihda Info | Par APO/OMS - 14 Mars 2020

Le confinement reste la stratégie la plus appropriée pour les pays africains.


Plus de 10 pays africains signalent des cas de COVID-19
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement désigné le COVID-19 pandémie le 11 mars 2020. Il y a maintenant 137 cas confirmés en Afrique. «Avec COVID-19 officiellement déclaré pandémie, tous les pays africains doivent agir», a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, Directeur régional de l'OMS pour l'Afrique.

«Chaque pays peut encore changer le cours de cette pandémie en intensifiant sa préparation ou sa réponse aux situations d'urgence. Les cas sont peut-être encore faibles en Afrique et nous pouvons le maintenir avec des actions pangouvernementales solides pour lutter contre le nouveau coronavirus. »

Le confinement reste la stratégie la plus appropriée pour les pays africains. Hormis l'Afrique du Sud et l'Algérie - qui ont des grappes de transmission liées à des cas importés - les cas confirmés de COVID-19 dans la région africaine sont des importations sporadiques en provenance de pays européens, principalement l'Italie, la France, l'Allemagne et l'Espagne.

Pour se concentrer sur le confinement dans cette fenêtre rétrécie du temps disponible, le Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique passe du mode de préparation au mode de réponse. Dans les pays où des cas ont été confirmés, des efforts sont en cours pour retrouver les personnes qui pourraient avoir été en contact avec celles dont on a confirmé la présence de COVID-19. Des efforts sont en cours pour aider les pays à renforcer leurs capacités essentielles de détection précoce et de surveillance dans leurs ports, aéroports et postes frontaliers.

62 experts de l'OMS dans des domaines techniques tels que la coordination, le traitement, la prévention et le contrôle des infections, l'engagement communautaire et la surveillance ont été déployés dans 18 pays.

Jusqu'à présent, 62 experts de l'OMS dans des domaines techniques tels que la coordination, le traitement, la prévention et le contrôle des infections, l'engagement et la surveillance communautaires ont été déployés dans 18 pays, et d'autres déploiements sont prévus. Les experts qui sont arrivés dans des pays où les cas ont été confirmés aident désormais les gouvernements nationaux dans leur réponse, en les aidant à gérer la maladie et à prévenir la transmission ultérieure. Le Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique a également mis au point des outils à l'intention des États Membres pour faciliter la collecte et la notification rapides des alertes, des cas et des données de contact, en rationalisant tout traçage éventuel des contacts. Une formation WebEx a récemment été organisée pour aider les points focaux de surveillance et les gestionnaires de données dans le pays à utiliser ces outils.

Des lacunes critiques subsistent et l'OMS s'efforce d'aider les États membres à combler ces lacunes. La demande d'équipement de protection individuelle (EPI) comme les gants, les masques et le désinfectant pour les mains signifie qu'il y a maintenant des pénuries mondiales. L'OMS a achevé sa première distribution globale d'EPI dans 24 pays, et une autre vague de distributions est prévue, en se concentrant sur les pays ayant des cas confirmés, les pays voisins de ceux qui ont des cas confirmés et les principaux centres de transport régionaux, en planifiant une autre. En outre, des transferts d'EPI de l'entrepôt principal de l'OMS à Dubaï vers un centre de distribution régional à Accra sont en cours, et neuf pays de la région africaine devraient recevoir des livraisons d'EPI directement de Dubaï. Au niveau mondial, l'OMS prépare de nouvelles directives sur la bonne utilisation des EPI.

Des pressions croissantes sur les supports de transport de virus (VTMS) font également leur apparition. Les VTMS sont des conteneurs pour le transport, la maintenance et le stockage sûrs et sécurisés d'échantillons cliniques contenant des virus. Les pays connaissant des pénuries critiques sont la première priorité à recevoir des envois, et des alternatives aux écouvillons VTM sont également à l'étude. Les actions et comportements individuels sont essentiels pour prévenir la transmission du virus. C'est pourquoi le Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique a soutenu les pays en développant des stratégies d'engagement communautaire, en veillant à ce que les trousses de communication sur les risques soient diffusées dans les établissements de santé et en soutenant les autorités locales lorsqu'elles produisent des messages radio et des spots télévisés pour informer le public sur COVID-19. .



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Avril 2020 - 00:40 COVID-19: le Cameroun annonce 223 cas positifs