Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Projet CAB-Congo : l'accord de prêt de la phase 3 finalisé avec succès par la Banque mondiale


Alwihda Info | Par Jonas Mvouanzi - 9 Février 2018 modifié le 9 Février 2018 - 17:44

La finalisation avec succès de l’accord de prêt de la phase 3 par la Banque mondiale place le Congo dans une situation idéale pour continuer les activités du projet Central African Backbone (CAB). La révélation a été faite par le coordonnateur national de ce projet, Yvon Didier Miehakanda, au cours d’un échange avec la presse, ce 8 février 2018, à Brazzaville


Le coordonnateur Didier Miehakanda échangeant avec la presse.
Le coordonnateur Didier Miehakanda échangeant avec la presse.
Au cours de cet échange, le coordonnateur national du projet CAB-Congo a insisté sur les trois phases du projet CAB, tout en mettant un point d'honneur sur la phase 3 de ce projet qui vise, selon lui, à favoriser le développement de start-up et la création d’emplois.

Financé exclusivement par la Banque mondiale, Yvon Didier Miehakanda a précisé que, l’accord de prêt concernant la troisième phase, qui est un financement additionnel a été finalisé avec succès en 2017. « Ce qui nous place dans une situation idéale pour continuer nos activités. », a-t-il ajouté.

Il a révélé qu’en 2018, cette phase sera consacrée essentiellement aux activités destinées « à créer au Congo un fonds financier de développement de l’économie numérique. » Pour lui, ce fonds « servira à lever les ressources qui financeront le développement des jeunes pousses ou start-up au Congo. »

Pour éviter tout malentendu, le coordonnateur national a porté des éclaircissements sur l’accord de prêt signé entre le Congo et les institutions financières. Il a souligné que, lorsque l’Etat congolais a signé cet accord de prêt, cela veut dire qu’il a accepté que ce soient les bailleurs de fonds qui gèrent le projet CAB-Congo. « On est en quelque sorte sous tutelle de ces bailleurs de fonds », a martelé Yvon Didier Miehakanda.

Dans ce même registre, le coordonnateur a indiqué que, le projet CAB-Congo fait toujours l'objet d'un audit une fois par an et que la Banque mondiale organise, de temps en temps, de visite d’évaluation, soit deux évaluations par an. Aussi, si des dépenses des fonds non autorisées sont-elles effectuées, la Banque mondiale exige le remboursement des fonds dépensés, avec une notification au trésor public et au ministre des finances.

Le coordonnateur a levé également toute équivoque au sujet de la fibre optique et le projet CAB. Il a souligné, à grands traits, que ni la fibre optique en milieu urbain ni le raccordement des utilisateurs finaux ne faisaient pas partie des objectifs du projet CAB. S’agit de la fibre optique, a-t-il soutenu, le CAB ne s’occupe que des interconnexions avec les pays limitrophes, mais pas de la fibre dans les villes qui relève du programme de couverture nationale en fibre optique géré par Congo Télécom.

Cet échange avec la presse a débuté par le rappel de la genèse du projet CAB qui remonte à 2007, à Ndjamena, au Tchad, lors du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEMAC, au cours duquel ils ont exprimé la volonté de réduire la facture numérique dans la sous-région.

Lancé au Congo en 2011,ce projet se décline en trois phases bien distinctes. Selon l’orateur, la phase 1 qui concerne l’interconnexion entre le Congo et le Gabon est déjà arrivée à son terme. Et le Congo a réceptionné l'ouvrage le 22 décembre 2017. Cette phase a été financée par la Banque mondiale et le Congo à part égale. La deuxième phase (2017-2020) , en musique actuellement, a expliqué le coordonnateur, est financée par la Banque Africaine de Développement (BAD) à hauteur de 79% et le Congo avec une part de 21% . cette phase, a-t-il poursuivi, concerne l'interconnexion du Congo avec le Cameroun et la RCA.

Cet échange aura été une tribune bien indiquée pour le coordonnateur national du projet CAB d'apporter les éléments de réponses pouvant permettre à la presse dans sa diversité de traiter des sujets et autres préoccupations se rapportant au projet CAB, surtout dans les reportages à tourner dans le futur.