Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

RCA: Mme CATHERINE SAMBA-PANZA A PERDU LA GUERRE


Alwihda Info | Par Adil Abou - 2 Octobre 2014

Mme CATHERINE SAMBA-PANZA A PERDU LA GUERRE, (Anthropologie de la pauvreté par Dr Félix Yandia, président de l'association CPR)


Un pouvoir qui espère manipuler la communauté internationale et à la fois inflige l'humiliation à son peuple, en tenant éloignés les citoyennes et les citoyens de la chose publique.
Dans tout cela je ne comprends pas le silence des hommes politiques sur la pratique et des questions déontologiques qui agitent le monde des observateurs de la vie sociopolitique en RCA....
Une manière donc de cultiver, de protéger un système politique et c'est pourquoi rien ne change ou n'évolue en RCA... ON PREND LES MEMES ET ON RECOMMENCE AU GRAND DAME DE L'INTERET GENERAL.
La guerre remportée par les Anti-Balakas face à l'ogre Djotodia est aujourd'hui détournée par Mme Catherine Samba-Panza. Ces enfants qui se sont levés, spontanément, aux risques de leur vie pour défendre la RCA dans son Unité, dans sa Dignité, se retrouvent sans Travail, sans aucune considération. Au contraire de manière perfide, Mme Samba-Panza tente de les diaboliser. Oui, la RCA est passée Maîtresse dans l'art d'entretenir la souffrance du peuple, afin de mieux "tendre la main de mendiant".
En réalité la RCA qui attend tout de la France, cette RCA est capable d'aider la France à rembourser ses dettes abyssales de plus de 2000 Milliards d'euros.
Par exemple au lieu d'organiser le pillage des zones aurifères et diamantifères, le massacre de la faune juste pour acheter des armes; s'il y a un Etat, la RCA peut favoriser une exploitation et donc la sécurisation de ces régions. Donc on ne va pas protéger des pilleurs, des acheteurs d'armes pour espérer résoudre les problèmes à long terme. Les hommes politiques africains finiront par porter sur leur tête le continent pour le livrer.

Et j'insiste car le plus grave ce sont ces centrafricains appelés Anti-Balakas qui ont donné le pouvoir à Mme Samba-Panza après avoir risquer leur vie sous le régime de l'ogre Djotodia; ce bandit de grand chemin. Il n'y a qu'en Centrafrique qu'on ne poursuit pas des criminels, des génocidaires, des tueurs, mais des tué(es).
Mme Samba-Panza, une profiteuse pas du tout reconnaissante envers la RCA et ses enfants, arrive bientôt à la fin de l'échéance -Février 2015. D'un autre côté les hommes politiques, comme à leur habitude vont s'allier aux rebelles, faire leur corbeau devant la Renarde. Ce fut déjà le cas avec Charles Massi et Jean-Paul Ngoupandé (complices de Bozizé), démocrates de leur vivant et ensuite de Martin Ziguélé et Nicolas Tiangaye (complices de Djotodia) dans leur calvaire actuel.

Mme Samba-Panza a trahi la volonté populaire centrafricaine, surtout des Anti-Balakas. En ramenant les militaires tchadiens en guise de miliciens privés, Mme Samba-Panza déclare la guerre aux centrafricains. Car les centrafricains savent que Idriss Deby de boissons fait et défait les pouvoirs de Bangui juste pour protéger et pomper la nappe pétrolifère de la RCA. Mme Samba-Panza a tout compris, voilà pourquoi elle ratisse tout sur son passage. De source bancaire bien informée, les transferts d'argent de Bangui vers l'extérieur a battu les records et les noms évoqués se concentrent sur le clan Sambâ-Sambâ, un autre scandale en perspective?

Voilà en RCA l'argent du blanc a une odeur! L'odeur du sang, sang du centrafricain.
Dr Félix Yandia, président de l'association CPR, le 02/10/2014




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2021 - 14:26 La Nouvelle Afrique !







TRIBUNE & DEBATS