Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Retour sur les faits marquants de l’actualité au Togo du 13 au 19 janvier 2020


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 21 Janvier 2020

La présentation du bilan 2019 du MIFA, le lancement d’un nouveau produit FNFI à Blitta par le chef de l’Etat, la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle publiée par la Cour constitutionnelle, le sommet de Lomé contre les faux médicaments…Retrouvez dans cette chronique, les principaux évènements qui ont fait la Une de l’actualité au plan national au cours de cette semaine qui s’achève.


Retour sur les faits marquants de l’actualité au Togo du 13 au 19 janvier 2020. © DR
Retour sur les faits marquants de l’actualité au Togo du 13 au 19 janvier 2020. © DR
L’UE décaisse la première tranche de son appui budgétaire au Togo

Un peu plus d’un mois après l’officialisation de son appui budgétaire pour la période 2019-2020, l’Union européenne a procédé le mercredi 15 janvier 2019, au décaissement de la première tranche de cet appui, soit 16 millions d’euros (environ 10,5 milliards FCFA). C’était lors d’une cérémonie officielle de remise symbolique de chèque qui a réuni à Lomé côté togolais Demba TIGNOKPA et Sani YAYA, respectivement ministre de la planification du développement et de l’économie, et côté européen, le chargé d’affaires de la délégation de l’UE au Togo, Bruno HANSES. Le décaissement qui, techniquement a déjà été fait en début décembre 2019, concerne un montant de 16 millions d’euros au titre de la tranche fixe (8 millions) et au titre de la tranche variable (8 millions).  Ces fonds ont été transférés dans le compte unique du Trésor public du Togo à la BCEAO et vont directement au financement du budget de l’Etat adopté par l’Assemblée nationale au titre de la loi des finances 2019. La décision de décaissement est fondée sur les nombreux efforts soutenus du gouvernement togolais en matière de réformes économiques et d’amélioration du climat des affaires. L’Union européenne a également pris en compte les performances économiques, la mise en œuvre de la politique macroéconomique dédiée à l’assainissement budgétaire et la baisse de la dette publique. Rappelons que le montant total de l’appui est de 33 millions d’euros (21,6 milliards FCFA). Le prochain décaissement devrait avoir lieu en fin d’année.

En 2019, le MIFA a mobilisé 8,116 milliards de FCFA de financement et a créé 140 000 emplois

Les premiers responsables du Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques (MIFA) ont présenté mercredi à la presse, le bilan de performances de leur structure au cours de l’année écoulée. Ainsi pour le compte de l’exercice 2019, le MIFA a réussi à mobiliser au total 8,116 milliards de FCFA de financement au profit de 76 500 acteurs agricoles, et a facilité la création de près de 140 000 emplois. 187 contrats ont été signés durant toute l’année entre le Mécanisme et les différents acteurs des chaînes de valeur, soit pour des achats de produits, soit pour des prestations de service agricoles, le tout pour un montant total de 20,699 milliards de FCFA. Également, des intrants agricoles d’une valeur globale de 310 millions de FCFA ont été distribués à des coopératives, toujours dans le cadre de partenariats. Le MIFA, en synergie avec d’autres structures de l’Etat et autres projets du ministère de l’agriculture, a enrôlé environ 90 000 actifs agricoles pour 42% de femmes et 51% de jeunes de moins de 40 ans.

Kara a accueilli la 6ème édition des Journées Portes Ouvertes de la Presse Togolaise

La ville de Kara (400 Km au nord de Lomé) a abrité du 15 au 17 janvier 2020, les Journées Portes Ouvertes de la Presse togolaise. Cette 6ème édition, placée sous le thème « Médias, facteurs de cohésion sociale » intervient, quelques semaines après l’adoption d’un nouveau code de la presse et à un peu plus d’un mois de l’élection présidentielle. Cette rencontre de 3 jours a permis au Conseil national des Patrons de Presse (CONAPP), porteur de l’initiative, de renforcer les capacités des journalistes sur les principes de base du travail de la presse en période électorale. Les membres du CONAPP ont également échangé avec les participants sur l’avenir du métier de journaliste au Togo, les conditions de travail ainsi que sur le nouveau code de la presse adopté le 30 décembre dernier par l’Assemblée nationale. Ces 6e Journées Poètes Ouvertes de la presse ont été meublées d'émissions foraines, de conférences-débats, d'exposition de journaux et d'une table ronde consacrée à l'avenir du métier de journaliste au Togo. Rappelons que le Togo compte actuellement un peu plus de 170 organes de presse officiellement recensés.

Le nouveau président élu de la Guinée Bissau, Umaro SISSOCO EMBALO chez Faure GNASSINGBE

Le Président de la République, Faure Essozimna GNASSINGBE a reçu le jeudi 16 janvier 2020 à Pya au Nord du pays, le nouveau président élu de la Guinée Bissau, Umaro SISSOCO EMBALO. Au menu des échanges, la coopération bilatérale et sous-régionale, ainsi que le raffermissement des liens déjà excellents entre Lomé et Bissau. Secouée ces dernières années par une profonde crise sociopolitique, la Guinée Bissau avait réussi à organiser grâce à la médiation de la CEDEAO, des élections présidentielles à l’issue desquelles le nouveau président Umaro SISSOCO EMBALO a été déclaré vainqueur après le second tour, le 29 décembre dernier avec 53,55% des voix. Alors qu’il était encore à la tête de la CEDEAO (entre 2017 et 2018), le Président Faure GNASSINGBE s’était investi particulièrement dans la résolution de la crise politique dans ce pays lusophone. Des policiers et gendarmes togolais sont d’ailleurs actuellement déployés en Guinée Bissau, dans le cadre de la mission de sécurisation et de maintien de la paix de la CEDEAO.

Faure GNASSINGBE met le cap sur la pérennisation du FNFI

Le chef de l’Etat, SEM Faure Essozimna GNASSINGBE a présidé, jeudi à Blitta (268 km au nord de Lomé), la cérémonie de lancement officiel d’un nouveau produit du Fonds national de la finance inclusive (FNFI). C’était dans une liesse populaire en présence des partenaires techniques et financiers au développement. La nouvelle offre dénommée N’Godédé (progrès en langue locale) est destinée aux bénéficiaires du Fonds en fin de cycle notamment les jeunes apprentis en formation ou en fin de formation. Dans son intervention, le chef de l’Etat s’est félicité des résultats engrangés depuis la mise en œuvre de ce mécanisme d’inclusion sociale et financière. En cinq ans (2014-2019), le FNFI a accordé, à travers les offres que sont AJSEF, AGRISEF, APSEF, PS, PAS, PAIFF, des micro crédits pour un montant de 87 milliards de FCFA. Environ un million de Togolais en ont bénéficié. En termes de remboursement, le Fonds affiche un bilan satisfaisant avec un taux moyen de 95% dans les délais. Pour renforcer le niveau d’inclusion sociale et financière 50% à 74% de 2014 à 2019), le Président Faure GNASSINGBE met le cap sur la pérennisation du Fonds avec un nouveau schéma directeur 2019-2024 en phase avec l’axe 3 du Plan national de développement (PND). La rencontre a été suivie de l'inauguration du nouveau marché préfectoral de Blitta. Fruit de l’accompagnement et de l’appui de l’ANADEB, cette infrastructure socio-économique est composé de dix-neuf hangars de type cantonal réhabilités et d’un bloc de dix boutiques et d’un bloc administratif. Le nouveau marché de Blitta dispose également d’une boucherie, deux abris bétails, deux blocs latrines, quatre magasins de stockage, un forage photovoltaïque et des ouvrages d’assainissement. D’un coût total de 445 millions de FCFA, les travaux de construction de ce marché moderne ont été entièrement financés par le PUDC. Les bénéficiaires dans une ambiance festive, ont exprimé au chef de l’Etat, Faure GNASSINGBE leur reconnaissance pour son engagement à résoudre le problème de manque de place qui entrave le bon déroulement des activités commerciales dans le milieu. Il faut rappeler que depuis le lancement du PUDC en 2016, au total, 2.114.607.986 de francs CFA, dont 545 millions de francs CFA dans la région centrale, ont été investis dans la réalisation des infrastructures sociaux de base pilotées par l'ANADEB.

Le gouvernement mobilise les partenaires techniques et financiers autour du RGPH-5

Le Togo s'apprête à réaliser cette année, son 5ème Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH-5). En vue de mobiliser les ressources financières pour la réalisation de ce projet, le gouvernement a, à travers le ministère de la Planification du développement et de la coopération, tenu jeudi à Lomé une rencontre de mobilisation avec ses partenaires techniques et financiers. L'objectif était de susciter l'adhésion des partenaires au processus de financement de l'opération et obtenir d'eux, un engagement et un positionnement pour la mobilisation du budget nécessaire à ce recensement. La rencontre présidée par la ministre en charge de la Planification, Ayawovi Demba TIGNOKPA a permis de présenter à ces partenaires que sont : la Banque mondiale, l'Union européenne, les systèmes des Nations Unies (UNFPA, PNUD, UNICEF), et les ambassades accréditées au Togo, les progrès réalisés dans le processus et l'état actuel de mobilisation des ressources pour la mise en œuvre du RGPH-5. Le budget du 5e RGPH qui sera réalisé par l'Institut de la Statistique et des Études Économiques et Démographiques (INSEED) est estimé à huit milliards cent quatre-vingt-neuf millions neuf cent un mille neuf cent trente (8 189 901 930) FCFA. D'après le Directeur général de l'INSEED, KOUASSI KOAME, le gouvernement a déjà mobilisé au titre de l'année 2019, plus de quatre milliards de FCFA, soit 55℅ du budget. Ainsi, il s'est agi pour le gouvernement et le Fonds des Nations pour la Population (UNFPA), chef de file des partenaires techniques et financiers du Togo pour ce recensement, d'échanger avec les autres partenaires afin de mutualiser les efforts pour soutenir l'initiative. Notons que le RGPH-5 aura lieu entre octobre et novembre prochain. L’opération s’inscrit dans le cadre des recommandations des Nations Unies qui stipulent que les pays doivent mettre à jour leurs données démographiques chaque 10 ans en vue de faciliter le suivi et l’évaluation des programmes de développement et aussi de voir le niveau des indicateurs liés aux Objectifs de développement durable (ODD) et à l’agenda 2063 de l’Union Africaine.

Les opérations foncières peuvent désormais se faire en ligne via la plateforme « e-foncier »

L’Office Togolais des Recettes (OTR) a officiellement lancé jeudi la plateforme en ligne « e-foncier » exclusivement dédiée aux opérations foncières. La plateforme lancée par le patron du fisc, Phillipe Kokou TCHODIE, en présence de responsables des Ordres des Notaires et des Géomètres, va surtout permettre à ceux-ci de procéder à des formalités foncières sans se déplacer, offrant ainsi des avantages en gain de temps et de célérité des procédures. « Avec le e-foncier, le notaire fait la réquisition en ligne, le droit est liquidé par l’administration fiscale en ligne. Le notaire en est informé en ligne et procède au paiement de ce droit en ligne. A partir de ce moment, l’administration fiscale procède aux formalités de mutation totale et au bout de 5 jours maximum, le requérant peut passer retirer son titre foncier », explique le Commissaire aux Impôts de l’Office, Adoyi ESSOWAVANA. Cette nouvelle réforme, en lien avec la politique de dématérialisation et de mutation menée par le Fisc, rejoint la liste des dernières, opérées dans le segment du foncier afin de faciliter les procédures aux usagers. Notamment la création d’un guichet unique pour les opérations foncières et la suppression des 2èmes et 3èmes tampons.

Sept candidatures dont celle de Faure GNASSINGBE validées par la Cour constitutionnelle

La Cour Constitutionnelle a officiellement publié le vendredi 17 janvier 2020, la liste définitive des candidats retenus pour la prochaine élection présidentielle. Sur les 10 dossiers de candidature que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) lui a soumis, la Cour après examen desdits dossiers, a validé sept (7) dossiers de candidatures et en a rejeté deux (2).  Les dossiers des 7 candidats retenus et jugés conformes à la constitution et au code électoral par la haute juridiction sont ceux de M. GNASSINGBÉ Faure Essozimna (président sortant), M. FABRE Jean-Pierre, M. GOGUE Tchaboure, M. KODJO Messan Agbeyome Gabriel, M. KUESSAN Georges-William Assiongbon, M. TCHASSONA TRAORE Mohamed et M. WOLOU Komi. Ces candidats, selon le communiqué de la cour, sont donc autorisés à briguer le fauteuil présidentiel. La juridiction présidée par Aboudou ASSOUMA, a cependant invalidé les candidatures des Sieurs THON Acohin Kodjovi Atna et KAGBARA Uleiya Yebisse Innocent, respectivement pour « insuffisance du nombre de signatures d'électeurs et d’irrégularités ». Par contre, le dossier de Monsieur DOVI Dotegan, n'a pas été examiné pour retrait de sa candidature. Il faut noter que conformément à l'article 106 alinéa 2 de la constitution, les décisions de la Cour constitutionnelle ne sont pas susceptibles de recours. La campagne électorale pour le premier tour s’ouvre le 06 février prochain alors que le vote est prévu pour le 22 février.

Faure GNASSINGBE lance « L’initiative de Lomé » pour la lutte contre le trafic de faux médicaments en Afrique

Le 1er sommet sur la lutte contre le trafic des faux médicaments s’est achevé le samedi 18 janvier 2020 dans la capitale togolaise avec le lancement de « L’initiative de Lomé ». Trois chefs d’Etat, de l’Ouganda, du Sénégal et du Togo étaient présents, de même que les ministres de la santé des pays dont les dirigeants n’ont pas pu effectuer le déplacement, et de nombreuses personnalités venues d’autres continents. Ce rendez-vous inédit a été marqué par les interventions des différents dirigeants et personnalités, qui ont unanimement reconnu la persistance de ce fléau et l’impérieuse nécessité de réagir rapidement afin de sauver des milliers de vies. « C’est la première fois que nous Africains, nous emparons nous-même de ce problème des faux médicaments et leur trafic, un fléau dont notre continent est la première victime… Il y a Urgence », a affirmé le Président togolais Faure GNASSINGBE dans son discours. « Aujourd’hui, nous commencerons par signer une déclaration politique qui sera suivie dans quelques mois de la signature d’un accord cadre et d’une feuille de route qui permettra et garantira la réalisation effective de cet engagement », a-t-il poursuivi. L’initiative de Lomé entend renforcer et coordonner la lutte contre le trafic de faux médicaments et autres médicaments de qualité inférieure ou falsifiés. Ceci à travers l’introduction de nouvelles législations pénalisantes, la ratification de certaines conventions existantes (Medicrime, Palerme) et la mise en place de plusieurs mécanismes. Par ailleurs, la création d’une Agence Africaine de Médicaments a été annoncée. Les dirigeants ont émis le vœu que d’autres Etats du continent, l’Union Africaine ainsi que les Nations Unies rejoignent « L’initiative de Lomé ».

La CENI explique son fonctionnement au grand public

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a ouvert ses portes au grand public samedi à son siège à Lomé, à l’occasion d’une Journée portes ouvertes (JPO). Cette première édition dans l’histoire de l’institution électorale intervient en pleins préparatifs de l’élection présidentielle. Elle a été placée sous le thème « la CENI au service du peuple et de la République ». Objectif visé : démystifier les appréhensions que la population a vis-à-vis de cette institution lors des différents processus électoraux, permettre au public de mieux connaitre la CENI et ses démembrements et échanger sur des thématiques variées. « Il est certain que la tenue des élections suscite débat et passion (…) La Journée portes ouvertes est une opportunité offerte aux différentes parties prenantes au processus électoral de mieux appréhender le caractère pluriel de la CENI et son fonctionnement basé pour l’essentiel sur la recherche constante du consensus », a indiqué Tchambakou AYASSOR, président de la CENI. Au cours de cette journée qui a mobilisé des centaines de participants dont des représentants de partis politiques, de la société civile, des médias, des institutions de la république, la CENI a offert l’opportunité de mieux faire connaitre l’institution à travers sa mission, son fonctionnement et les activités qui se déroulent au cours du processus électoral. Des conférences et panels sur des thématiques importantes telles que « Commission Électorale Nationale Indépendante, historique, enjeux et défis » et « Rôle et responsabilité des partis politiques et de la société civile dans un processus Électorale », ont fait l’objet de discussions au cours de cette Journée portes ouvertes. Des stands ont également été ouverts pour permettre aux invités de mieux découvrir la CENI. La journée a été enrichie par des émissions interactives avec des jeux questions-réponses sur les médias. L’initiative a été unanimement saluée par les participants.