Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Robert Dussey : « Au Togo, les libertés religieuses sont garanties par la loi fondamentale »


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 22 Juillet 2019 modifié le 22 Juillet 2019 - 11:00


Robert Dussey. © DR
Robert Dussey. © DR
Lomé - La 2ème conférence ministérielle sur la promotion de la liberté religieuse a démarré le jeudi 18 juillet 2019 à Washington aux États Unis d’Amérique.

Cette rencontre organisée par le Secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo vise à « identifier » les moyens de lutte contre les persécutions religieuses et la discrimination et assurer le respect de la liberté religieuse dans le monde.

L’évènement qui réunit des ministres, des leaders religieux, des organisations de la société civile, des représentants d’organisations internationales, va servir de promotion à liberté de religion telle que contenue dans l'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Le Togo est aussi présent à cette réunion et est représenté par son Ministre des affaires étrangères, Prof Robert Dussey. Celui-ci a dans une allocution, exprimé toute son inquiétude par rapport à l’ampleur que prend l’intolérance religieuse dans le monde aujourd’hui. « La liberté religieuse qui est l’une des conquêtes difficiles, mais essentielles de la modernité démocratique est en danger dans beaucoup de régions du monde. Si le problème n’est pas nouveau (...), tel qu’il se pose aujourd’hui est plus qu’inquiétant et mérite d’être pris au sérieux », a laissé entendre Prof Dussey qui estime que la liberté religieuse souffre de l’aveuglement obscurantiste, de fanatisme violent et dogmatique.

« Que l’on soit en Somalie, au Mali, au Nigeria ou au Burkina Faso, le mal est visible. Des lieux de culte sont pris pour cible. Des mosquées, églises et synagogues sont incendiées ou brûlées, des prêtes ou imams assassinés. Des mosquées et mausolées de saints musulmans ont été vandalisés à Tombouctou par Ansar dine au Mali », a-t-il ajouté condamnant les récentes attaques meurtrières perpétrées contre les chrétiens et musulmans au Nouvelle Zélande, au Sri Lanka et un peu partout dans le monde.

Dans son intervention, le Ministre togolais des affaires étrangères a également mis l’accent sur les actions menées par son pays pour la défense de la liberté religieuse contre l’extrémisme violent.

« Au Togo, la liberté religieuse est un droit consacré par la loi fondamentale. En effet, la Constitution du Togo dispose que toute personne a droit à la liberté de conscience, de culte et d’opinion et l’exercice de ces droits et libertés doit se faire dans le respect du principe du respect des libertés d’autrui. Les confessions religieuses ont le droit de s’organiser et d’exercer librement leurs activités dans le respect de la loi et du principe de laïcité », note Robert Dussey.

Prof Dussey précise par ailleurs que l’Etat reste équidistant des différentes confessions religieuses et travaille au libre exercice des libertés religieuses, au nom de la laïcité. L’État interdit toute discrimination fondée sur la religion.

Le ministre n’a pas passé sous silence les actes de profanation perpétrés en 2018 dans certaines mosquées au Togo et qui ont été condamnés par toutes les confessions religieuses et la communauté nationale. Le Chef de la diplomatie togolaise affirme que le gouvernement a redoublé de vigilance à cet effet.

Il a rappelé la création depuis le 15 mai dernier d’un Comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent. Pour lui, cela répond à la stratégie de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent dont le but est de protéger ses compatriotes des menaces et à protéger la libre expression des libertés individuelles dont les libertés religieuses.