Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Route transsaharienne : de l'ambition et du retard dans le tronçon Tchad-Niger


Alwihda Info | Par - 13 Janvier 2020


Route transsaharienne : de l'ambition et du retard dans le tronçon Tchad-Niger.
Route transsaharienne : de l'ambition et du retard dans le tronçon Tchad-Niger.
La phase de construction de la route transsaharienne reliant le Tchad à son voisin du Niger avance lentement. Pourtant des projets et des marchés ont été déjà repartis à certaines entreprises internationales de construction de route, suite à l’évaluation qui a été faite lors de la 68ème session du comité de liaison de la route transsaharienne.

Le Tchad a réalisé la construction de la route transsaharienne à hauteur de 36%, cinq ans et dix mois après la pose de la première pierre inaugurale par le président Idriss Deby Itno, et trois ans après le démarrage effectif des travaux en septembre 2015.

L’entreprise de construction de route tunisienne SOROUBAT (Société des Routes et Bâtiments) a achevé la phase finale à la date contractuelle du tronçon Massakory-N’Gouri, long de 84 kilomètres avec une voirie urbaine d’un kilomètre. La réalisation de la route est effective à hauteur de 65 kilomètres sur les 85 kilomètres initialement prévus.

La qualité du travail abattu est appréciée à sa juste valeur par les responsables en charge des questions liées aux investissements routiers du ministère des Infrastructures, même si le scepticisme demeure quant au respect du délai d’achèvement des travaux.

Le montant global de réalisation des travaux est d’un montant évalué à 49.831.399.257 Fcfa hors taxes, avec un délai de 36 mois. Ce projet de construction est financé conjointement par la Banque Islamique de Développement (BID) à hauteur de 95,99% et l'État Tchadien à 4,01%.

L’Entreprise des Travaux et d’Études des Projets (ETEP), une entreprise tunisienne, réalise les travaux du tronçon N’Gouri, long d’une distance de 100 kilomètres. Ce tronçon était initialement prévu en un seul marché, puis a été scindé en deux lots (section de 65 kilomètres et de 35 kilomètres), pour un montant hors taxes de 61.075.470.286 Fcfa et un délai de 30 mois.

Route transsaharienne : de l'ambition et du retard dans le tronçon Tchad-Niger.
Route transsaharienne : de l'ambition et du retard dans le tronçon Tchad-Niger.
Le projet est financé par un consortium de partenaires notamment la BADEA (Banque arabe pour le développement économique en Afrique) à 8,7%, OFID (Fonds de l'OPEP pour le développement international) à 12,9%, le FKDEA (Fonds koweïtien pour le développement économique dans le monde arabe) à 15,58%, FSD (Fonds saoudien de développement) (23,77%) et l'État Tchadien à 39,05%. Les prestations de contrôle et de surveillance des travaux sont assurées par le groupement de bureaux CIRA-AAI (groupement de bureaux malien et tchadien) pour un montant hors taxes de 893.752.000 Fcfa.

Pour financer le second lot du projet de bitumage N’Gouri-Bol, notamment les 35 kilomètres, le Tchad et la BADEA ont signé depuis le 2 avril 2018, un accord de prêt concessionnel d’un montant de 8 millions de dollars américains. Cette convention vise le financement partiel des travaux de bitumage du deuxième lot du deuxième tronçon Ngouri-Bol.

Le financement, octroyé à des conditions « hautement concessionnelles », est remboursable sur 40 ans, avec un différé de dix ans et un taux d’intérêt annuel de 1%.

Ces fonds serviront à la réalisation d’une route longue de 35 kilomètres entre N’Gouri-Bol. Les travaux de construction de la route démarrent lentement depuis le lancement effectif des activités en 2016. A la date du 25 décembre 2019, soit près de quatre ans après, il semble connaître un ralentissement des activités sur le terrain. Dans ce contexte, la date fatidique du contrat des travaux est prévue au mois de mai 2020.

Cette entreprise qui est censée gérer la construction de 100 kilomètres de route n’aurait pas entamé une seule partie de tronçon. Pas un seul travail de terrassement n’est en cours sur le terrain. Les travaux de construction se sont estompés à une cinquante de kilomètres de N’Gouri depuis belle lurette avec la réalisation de la couche de fondation se situait aux environs 33 kilomètres.

Le retard dans l’exécution des travaux de bitumage du tronçon N’Gouri-Bol risquent de coûter à l’entreprise ETEP. Un autre marché lui a été déjà attribué par la BID pour la construction de l’axe Abéché-Abgoudoudam d’environ 100 kilomètres.

Sur les trois entreprises postulantes pour une enveloppe de 67 milliards Fcfa, l’ETEP a proposé de réaliser le tronçon de 100 kilomètres à 62 milliards Fcfa.

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur