Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Russie/Ukraine : « la souveraineté et l’intégrité territoriale des pays doivent être respectées » (Li Jinjin)


Alwihda Info | Par Li Jinjin, ambassadeur de la République populaire de Chine au Tchad. - 1 Avril 2022

Tout en s’opposant fermement contre sanctions unilatérales qui n’ont aucun fondement dans le droit international, la Chine estime qu’il faut poursuivre le dialogue et les négociations afin de désamorcer l’escalade du conflit entre les deux pays.


Ces derniers jours, l’attention du monde entier se concentre sur la crise ukrainienne. Jusqu’à présent, le conflit a fait de nombreuses victimes, ce qui attriste et préoccupe la partie chinoise. La Chine, qui s’engage depuis toujours à maintenir la paix et la stabilité dans le monde, ne veut pas voir la situation en Ukraine en est arrivée à ce point.

En tant que grand pays responsable, la Chine est toujours partisane de trouver une issue politique et pacifique pour tout conflit. À cet effet, M. Wang Yi, Conseiller d’État et Ministre chinois des Affaires étrangères, a annoncé, le 25 février, la position fondamentale de la partie chinoise sur la question de l’Ukraine, qui se résume aux cinq points principaux :

Premièrement, la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays, dont l’Ukraine, doivent être respectées conformément aux buts et principes de la Charte des Nations Unies.

Deuxièmement, la sécurité d’un pays ne doit pas se faire au détriment de la sécurité des autres pays. Les préoccupations légitimes de tous les pays en matière de sécurité doivent être prises au sérieux.

Troisièmement, toutes les parties doivent faire preuve d’un maximum de retenue pour empêcher toute détérioration de la situation actuelle. Une attention particulière devrait être portée à la protection des civils afin de prévenir une crise humanitaire d’envergure.

Quatrièmement, tous les efforts diplomatiques propices à une résolution pacifique de la crise doivent être soutenus. La Chine encourage l’Europe à établir un mécanisme de sécurité indivisible et durable avec la Russie sur un pied d’égalité.

Cinquièmement, le Conseil de sécurité des Nations unies devrait jouer un rôle constructif dans la résolution de la question ukrainienne en prenant des mesures pratiques pour apaiser la tension au lieu de jeter de l’huile sur le feu. De cette optique, la Chine désapprouve l’invocation du chapitre VII de la Charte des Nations unies, qui autorise le recours à la force et aux sanctions, dans les résolutions du Conseil de sécurité.

Lors du sommet vidéo des dirigeants de la Chine, de la France et de l'Allemagne qui s’est tenu le 9 mars, le président Xi Jinping a résumé les cinq points ci-dessus en « Quatre doivent », à savoir que la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays doivent être respectées, que les objectifs et les principes de la Charte des Nations Unies doivent être pleinement appliqués, que les préoccupations sécuritaires légitimes de tous les pays doivent être prises au sérieux et que tous les efforts qui sont propices à une résolution pacifique de la crise doivent être encouragés.

C’est ce que nous avons dit et ce que nous avons fait. Depuis l’éclatement du conflit, la Chine a déployé des efforts considérables pour promouvoir les pourparlers de paix. Dans un appel téléphonique avec le président Vladimir Poutine au deuxième jour du conflit, le président Xi Jinping a exprimé le désir de la Chine de voir la Russie et l’Ukraine résoudre leur problème le plus rapidement possible à travers le dialogue et les négociations, recevant une réponse positive de la part du président russe. Lors de sa réunion virtuelle avec le président français et le chancelier allemand, le président Xi Jinping a invité les deux dirigeants à soutenir ensemble avec la partie chinoise les négociations entre la Russie et l’Ukraine pour qu’ils aboutissent à la paix.

Le président Xi Jinpinga également fait appel au président américain Joe Biden, lors d’un appel vidéo, à travailler avec la partie chinoise pour faciliter une solution politique à la crise ukrainienne. Au niveau de l’ONU, les diplomates chinois ont appelé à mainte reprise la communauté internationale à s'en tenir à la direction générale du règlement politique et à favoriser une atmosphère ainsi que des conditions propices aux dialogues et négociations directs entre les parties concernées.

La Chine a également fait de son mieux pour réduire le risque d’une crise humanitaire en Ukraine. Après avoir avancé une initiative en six points en matière de prévention de la crise humanitaire, la Chine a pris des mesures concrètes en fournissant trois lots de fournitures d’aide humanitaire à l’Ukraine et est prête à continuer de fournir à tous les pays affectés des aides humanitaires supplémentaires.

En comparaison, les pays occidentaux ont adopté une série de sanctions contre la Russie depuis le début du conflit, ce qui ne sert qu’à attiser le feu. En fait, les sanctions occidentales vis-à-vis de la Russie ont commencé dès 2014. Toutefois, les sanctions n’ont pas permis d’empêcher l’éclatement du conflit. Il s’avère que brandir le bâton des sanctions n’aidera en rien à rétablir la paix en Ukraine.
Malgré tout cela, les pays occidentaux refusent d'en tirer la leçon et en est même venus à porter des accusations infondées selon lesquelles les échanges économiques et commerciaux légitimes entre la Chine et la Russie constituent une soi-disant assistance militaire à la Russie et à menacer de sanctionner les entités chinoises pertinentes. Une telle attitude est irresponsable et inacceptable et ne contribue pas à la résolution du conflit.

La Chine s’oppose fermement aux sanctions unilatérales qui n’ont aucun fondement dans le droit international. Les sanctions excessives et sans distinction n’apporteront ni la paix ni la sécurité, mais provoqueront de graves crises au monde sur les plans économique, commercial, financier, énergétique, alimentaire et des chaînes industrielles et d’approvisionnement, ce qui bouleverserait encore davantage l’économie mondiale déjà en difficulté et engendrerait des dégâts irréparables à tous les pays.

Aux yeux de la Chine, la question brûlante à l’heure actuelle consiste à poursuivre le dialogue et les négociations afin de désamorcer l’escalade du conflit. Nous avons deux proverbes dans mon pays qui disent que : « on n’applaudit pas d’une seule main » et « c’est à celui qui a accroché la clochette au tigre de la décrocher ». La crise ukrainienne trouve ses racines dans l’expansion sans fin de l’OTAN vers l’Est sous l’égide des États-Unis. Il est donc nécessaire pour les États-Unis et l’OTAN d’engager un dialogue avec la Russie pour dénouer le nœud de la crise ukrainienne et apaiser les préoccupations sécuritaires de la Russie et de l’Ukraine.

En même temps, la Chine estime que les grands pays devraient se respecter mutuellement, rejeter la mentalité de la guerre froide et la confrontation des blocs pour qu’une architecture de sécurité équilibrée, effective et durable soit progressivement mise en place dans le monde. C’est ainsi que nous pouvons trouver une solution à long terme au dilemme sécuritaire de notre époque. En tant que force pacifique, la Chine continuera de jouer un rôle constructif pour favoriser la paix et les négociations, et, en cas de besoin, de proposer des bons offices nécessaires ensemble avec la communauté internationale.