Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Soudan : condamnation à mort pour 27 ex-agents de renseignement


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 30 Décembre 2019


Soudan : condamnation à mort pour 27 ex-agents de renseignement après la mort de l’enseignant Ahmed Al-Khair Awad Al-Karim. © DR
Soudan : condamnation à mort pour 27 ex-agents de renseignement après la mort de l’enseignant Ahmed Al-Khair Awad Al-Karim. © DR
Un tribunal soudanais a condamné lundi à mort par pendaison, 27 ex-membres des services de sécurité et de renseignement. Ils ont été reconnus coupables d'avoir tué un manifestant qui avait été détenu dans les locaux des renseignements, lors des manifestations qui ont renversé l'ancien président Omar el-Béchir.

C'est la première fois que des condamnations à mort sont prononcées contre les forces de sécurité depuis la chute d'Omar El-Béchir qui a passé 30 ans à la tête du Soudan.

Le 2 février, l’enseignant Ahmed Al-Khair Awad Al-Karim a été déclaré mort, après son arrestation par les services de renseignement et de sécurité dans la ville de Khashm Al-Qarabah, dans l’État de Kassala, à l’est du Soudan.

Il a été arrêté le 31 janvier dans la rue, après la fin d'une manifestation dans la région.Il a été accusé d'avoir participé à l'organisation des manifestations.

"Selon ce qui a été prouvé par le tribunal, les 27 suspects ont été condamnés en vertu des articles 21 (participation criminelle) et 130 (homicide volontaire) du droit pénal soudanais. Il a été décidé qu'ils seraient condamnés à mort par pendaison", a déclaré le juge Al-Sadiq Abdul Rahman.

"Les accusés ont accepté et ont participé au passage à tabac de la victime. Ils ont causé des blessures et des ecchymoses suite au passage à tabac", a ajouté le juge.

La famille de l'homme tué a scandé : "Dieu est grand, vive la justice", après le prononcé du verdict.

Onze membres des services de renseignement ont été condamnés par le Tribunal à une peine de trois à cinq ans de prison.

Trente-huit membres ont été jugés dans cette affaire et les immunités judiciaires ont été levées au début de l'enquête sur l'affaire.

Le tribunal avait acquitté trois agents auparavant, après avoir établi qu'ils n'étaient pas présents sur les lieux du crime.