Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Soudan : les manifestants veulent prendre d'assaut le Palais présidentiel


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 30 Juin 2019 modifié le 30 Juin 2019 - 17:55


Des manifestants à Khartoum, au Soudan. © DR
Des manifestants à Khartoum, au Soudan. © DR
Au moins deux manifestants ont été tués dimanche, dont l'un d'une balle à la poitrine lors de manifestations à Khartoum, selon les "Médecins du Soudan".

Les forces de la "déclaration de la liberté et du changement" ont appelé dimanche les manifestants à se rendre au Palais présidentiel de Khartoum, au moment où les forces de sécurité soudanaises ont procédé à un imposant déploiement de sécurité, décrit comme le plus important du genre depuis la chute du président Omar El-Béchir en avril dernier.

"Nous appelons les personnes rebelles de la capitale à se rendre au palais présidentiel", a déclaré un rassemblement de professionnels soudanais, l'élément le plus important des forces du changement, selon un communiqué publié sur sa page Facebook.

"Nous appelons les masses rebelles de toutes nos villes et de tous nos villages à se diriger vers les places déterminées par les comités de terrain."

Des milliers de soudanais ont pris part à des manifestations de masse appelant les "Forces de la liberté et du changement" à demander à la junte militaire de transition de rendre le pouvoir, tandis que la police soudanaise tirait des gaz lacrymogènes sur les manifestants dans trois districts de Khartoum.

Les manifestants exigent "le châtiment des martyrs et la passation du pouvoir aux civils".

Les manifestations ont eu lieu dans les villes de Dongola, Karima, Nuri, Atbara (nord), Port-Soudan, Halfa al-Jadeeda, Qudarif, Khashm al-Qurba, Kassala (est), al-Obeid, Rabak, Dhamazin et Nyala.

Les forces de sécurité ont lancé des gaz lacrymogènes dans le district de Bari, au nord de Khartoum, et dans les districts de Mamoura et Warkwit, à l'est de la capitale, contre des manifestants criant "régime civil".

Les forces de sécurité ont également utilisé du gaz lacrymogène contre des manifestants dans la ville de Gedaref, dans l'est du pays, ont déclaré des témoins.