Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad - Covid-19 : les entrepreneurs tentent de s'adapter à la crise sanitaire


Alwihda Info | Par Djibrine Haïdar - 27 Avril 2020


Le monde entrepreneurial tente de garder la tête au-dessus de l'eau malgré la crise sanitaire liée au Covid-19. Tous les moyens sont bons pour s'adapter, particulièrement la vente à distance avec livraison sur commande. 

Fatimé Naïma Abakar est la PDG de l'entreprise TG CHIC, une boite fondée en 2018, spécialisée dans les produits naturels, les parfums et plus récemment une panoplie de services à la personne. Elle a commencé par ouvrir une première boutique à N'Djamena (située sur l'avenue Oumar Bongo, face à la station Numro, non loin du rond-point Birtourné).

"Je réalise moi-même mes mélanges de parfums, ils sont vraiment uniques, masculin comme féminin. Je fais aussi le savon naturel et les habits tels que les Hibayas", explique-t-elle.

Fatimé tente de se démarquer en mettant en avant le bas prix, "l'odeur très agréable" et le "goût unique, trouvable nulle part ailleurs".

Pour elle, tout a commencé lorsqu'elle était enceinte. Elle a donné le nom de son enfant "Tahiro Guero" à l'entreprise, d'où l'acronyme "TG". Grâce au soutien de son mari et de sa mère, elle s'est lancée dans l'entrepreneuriat.

La livraison à domicile face à la fermeture de commerces

En période de Ramadan et de crise sanitaire, TG CHIC entend faciliter les ménages, en proposant des aliments et épices conditionnés (Charmout, Harare, etc).

"Vu cette période difficile ou les aliments deviennent de plus en plus rare, TG CHIC conserve toutes ces choses à la maison. Tout ce qui entre dans le cadre de la cuisine de Ramadan est disponible, avec même une livraison à domicile", précise Fatimé. Son entreprise ne s'arrête pas là et s'ouvre au service de restauration à distance, la couture professionnelle en collaboration avec des courtiers, un service spécial pour le maquillage ou encore la coiffure.

"Le Covid-19 met le monde à genoux et tout le monde fait face à plusieurs difficultés. Comme ceux qui luttent pour essayer de mettre à la disposition de la population tchadienne le nécessaire", estime la promotrice de TG CHIC.

D'après le chargé de communication de l'entreprise, leur budget ne permet pas actuellement d'employer beaucoup de personnes. Il explique que la directrice bénéficie du soutien de ses sœurs. Mais la boite ne cache pas son ambition de contribuer à la réduction du chômage des jeunes grâce à l'accroissement de ses activités. 

Un Fonds pour l’entrepreneuriat des jeunes mis en place

Le Gouvernement compte également sur l'entrepreneuriat des jeunes pour "répondre à la détresse sociale des plus démunis". Au ministère des Finances, l'on admet que le monde de demain doit être beaucoup plus numérique au Tchad, face à cette situation "inattendue".

Dans son discours à la nation du 14 avril dernier, le chef de l'État a annoncé le parachèvement de la mise en place du Fonds pour l’entrepreneuriat des jeunes en accord avec les banques tchadiennes pour un montant de 30 milliards Fcfa.

48 heures après cette annonce, le ministre des Finances et du Budget, Tahir Hamid Nguilin a signé avec neuf banques commerciales partenaires un document définissant les grandes lignes de ce que sera ce mécanisme d’octroi de prêt aux jeunes entrepreneurs tchadiens avec une garantie partielle de l’État. "Cette étape permet de faire progresser le projet de loi qui sera présenté au Gouvernement, puis à l’Assemblée nationale", a indiqué le ministre des Finances.