Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
EDITORIAL

Tchad : "la majorité des jeunes ne lisent pas, les œuvres tchadiennes sont peu valorisées"


Alwihda Info | Par Martin Higdé Ndouba - 4 Décembre 2021

Sous le haut patronage du premier ministre de transition, le ministère de la Culture et de la Promotion de la diversité à travers le mois du livre, a organisé la 5e édition du mois du livre et de la lecture à la Bibliothèque nationale, du 2 au 30 novembre 2021.


Voulant apporter sa pierre de contribution au changement des mentalités de jeunes tchadiens afin de promouvoir la paix et le vivre ensemble, le ministère de la Culture et de la Promotion de la diversité pointe du doigt le mal qui mine les jeunes élèves et étudiants, en occurrence le manque de lecture en milieu jeune.

En réalité la majorité des jeunes ne lit pas et dans le programme scolaire, les œuvres tchadiennes sont peu valorisées. Même la fréquentation des bibliothèques par les jeunes en est une autre réalité. Si par le passé, la meilleure façon de cacher quelque chose à un noir est de le mettre dans un livre, c’est pareil pour la jeunesse tchadienne d’aujourd’hui.

Les jeunes sont emportés par des discussions vaines, des pensées imaginaires, cherchant toujours à ressembler aux autres sans connaitre les vraies valeurs de leur culture.

La lecture est une clé qui ouvre la porte du savoir et le savoir est une boussole et une force. Cette force libère et procure un pouvoir, ce pouvoir permet en principe et hormis les critères occultes, de parvenir à mieux gagner sa vie, à vivre décemment, à déceler les valeurs et le prix de ce qu’on possède.

Ne pas lire revient à cultiver des fléaux comme l’ignorance, l’ennui, la violence et l’égoïsme, qui contribuent à sa propre destruction, être à la merci de ceux qui savent, dixit Dr. Arthur Lewin. C’est ce qui manque à la génération actuelle car le mot vivre ensemble n’a pas de sens mais plutôt l’acceptation de l’autre malgré les différences culturelles, ethniques, religieuses etc. C’est ça le sens d’être un Homme cultivé.

Le ministère de la Culture et de la Promotion de la diversité doitn à travers ce mois, se poser la question de savoir combien d'établissements publics possèdent des bibliothèques et combien d'œuvres tchadiennes sont enseignées dans le programme scolaire ?

La culture de la lecture doit aussi être une préoccupation des parents qui doivent mettre des livres à la disposition de leurs progénitures, non seulement la lecture mais les apprendre à être au rendez-vous des concerts, des festivals, des expositions, des théâtres pour mieux connaitre le monde qui l’entoure, car qui aime bien châtie bien, dit-on.e