Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
MEDIAS

Tchad : "la situation des journalistes se dégrade chaque matin", dénonce l'UJT


Alwihda Info | Par Abakar Adoum N'gaye - 2 Novembre 2021

Les journalistes tchadiens à l'instar de leur famille mondiale de la presse et la communauté internationale commémorent ce 2 novembre 2021, la Journée Internationale de la fin de l'impunité des crimes commis contre les Journalistes. II s'agit de faire la lumière sur les crimes commis contre les journallstes dans le monde et dont les auteurs échappent à la justice.


Le président de l'Union des journalistes du Tchad (UJT), Abbas Mahamoud Tahir, a fait une déclaration cet après-midi à la Maison des médias du Tchad. Pour lui, la situation des journalistes au Tchad se dégrade chaque matin. Des lois liberticides sont prises, les administrateurs et les autorités militaires prennent les professionnels des médias comme leurs valets, abusent d'eux ou les menacent à leur guise.

Le denier cas remonte au 6 octobre dernier lorsqu'un confrère, le caméraman de l'antenne de l'ONAMA de Bardaï, a été brutalisé par le gouverneur du Tibesti. À la même période, un confrère de la Radio Tob de Koumra, Alladimbaye Ngarondé Innocent, a essuyé des joutes incendiaires de la gouverneure sortante du Mandoul pour avoir relayé des informations sur le malheureux accord civil de résolution des conflits dont le gouvernement lui-même a aussitôt ordonné l'annulation, relate Abbas Mahamoud Tahir.

Pour le président de l'UJT, la période actuelle dite de transition doit être une occasion pour tout le monde de bien travailler afin de sortir le pays de la crise institutionnelle. "Les hommes des médias ne pourront contribuer à cette construction de notre pays qu'avec un climat de quiétude totale, sans harcèlement et intimidation envers les journalistes", indique Abbas Mahamoud Tahir.

L'UJT félicite la consœur de la radio Ndarason, Zara Mahamat Hassan, lauréate du prix Ghislaine Dupont et Claude Verlon 2021.

La Journée Internationale de la fin de l'impunité des crimes commis contre les journalistes est célèbre depuis décembre 2013 pour rendre hommage aux deux journalistes de Radio France Internationale (RFI) Ghislaine Dupont et Claude Verlon, assassinés à cette date au Mali.