Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : placé en garde à vue, Ibedou a été longuement auditionné par la PJ


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 3 Décembre 2019 modifié le 3 Décembre 2019 - 18:06



Tchad : en garde à vue, Ibedou a longuement été auditionné par la PJ. © Alwihda Info
Tchad : en garde à vue, Ibedou a longuement été auditionné par la PJ. © Alwihda Info
Le secrétaire général de Convention tchadienne de défense des droits humains (CTDDH), Mahamat Nour Ahmed  Ibedou est en garde à vue à la police judiciaire, après avoir été auditionné toute la journée, indique une source au sein de son association.

Cette garde à vue s'inscrit "dans le cadre d'une nécessité d'enquête", selon une source policière.

Le secrétaire général de la CTDDH, Mahamat Nour Ahmed  Ibedou, a été dans un premier temps convoqué suite à une plainte pour diffamation déposée par un proche du président Idriss Deby.

Les avocats d'Ibedou ont refusé que leur client soit entendu sur l’affaire de meurtre parce qu’il n’a pas été convoqué pour cette affaire, selon une source proche de ce défenseur des droits de l'Homme.

"Le secrétaire général de la CTDDH et ses avocats refusent de signer le procès verbal. Ibedou passera sa première nuit au Commissariat central au mépris des règles procédurales. Dans un pays dirigé par des incultes, la place d'un homme libre et juste se trouve en prison", a réagi la CTDDH sur sa page Facebook.

Le 12 novembre dernier, Bokhit Bahar Mahamat Itno a démenti des faits de "tortures" qui lui sont reprochés par la CTDDH, suite à une descente des autorités provinciales dans son jardin. Il a indiqué que si "les faits qui (lui) sont reprochés ne sont pas fondés", il "porterait plainte contre cette Convention devant qui de droit".

La CTDDH a affirmé avoir pu "établir avec certitude que cet individu (...) a profité de l'état d'urgence pour arrêter les compagnons du Cheick Tahir Abdalghani, les amener dans son jardin et les torturer sans ménagement, profitant de l'état d'urgence pour les accuser faussement de détenir des armes de guerre." 



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)