Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Tchad : que deviendront les 121 étudiants de la Faculté Emi Koussi ?


Alwihda Info | Par - 27 Août 2019 modifié le 27 Août 2019 - 20:09


La Faculté de médecine et sciences de la santé de l'Université Emi Koussi. © Alwihda Info
La Faculté de médecine et sciences de la santé de l'Université Emi Koussi. © Alwihda Info
Le 1er mars 2019, une commission tripartite a rendu public un rapport dans lequel elle recommande la suspension de la Faculté de médecine et sciences de la santé de l’Université Emi Koussi (UNEK). Aujourd'hui, le sort réservé aux 121 étudiants demeure incertain. Le ministre David Houdeingar avait également fait part de son inquiétude lors de la restitution du rapport.

L’ouverture de la Faculté de médecine et sciences de la santé à l’UNEK est une réponse aux multiples difficultés que rencontrent les jeunes tchadiens qui désirent étudier la médecine. Car d’une part, le nombre de places en première année de médecine à la Faculté de médecine de N’Djaména est limité. D’autre part, les multiples grèves rendent les années académiques élastiques. Ainsi, pour un étudiant ayant un parcours normal sans redoubler, il lui faut 10 ans pour terminer ses études en médecine. Soucieux d’offrir une formation de qualité aux jeunes, la Faculté de médecine de Sfax (Tunisie) a délocalisé une antenne à l’UNEK. A ce jour l’on dénombre 62 étudiants en 2ème année et 59 en 1ère année inscrits dans cette Faculté.

Avec cette fermeture, l’avenir de ces étudiants est hypothéqué. La possibilité de continuer leurs études au sein de la Faculté de médecine de l’université de N’Djamena ne leur est pas garantie. Pourtant, la nouvelle année académique avance à grands pas et le ciel s’assombrit de jour en jour pour ces futurs médecins. C’est une affaire qui interpelle les responsables en charge de l’enseignement supérieur et de la santé. Ces deux autorités doivent prendre des dispositions pour permettre à la Faculté de médecine et sciences de la santé de l’UNEK de continuer à assurer la formation. Mieux, l’Etat tchadien doit appuyer l’UNEK tant en ressources humaines et offrir un cadre propice pour le stage et l’encadrement des étudiants, dès lors que l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ait, au nom du gouvernement, marqué son accord pour qu’on puisse former des jeunes en médecine au sein de cette structure.

Lors de la cérémonie de remise des diplômes aux 133 médecins formés au Cuba, le chef de l’Etat a déclaré que le Tchad est loin du standard fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). A ce jour, le Tchad compte 1 médecin pour 13. 000 habitants. La politique sanitaire doit être orientée dans la formation des médecins afin de répondre aux besoins de la population. Une raison de plus de rouvrir la faculté de médecine et de sciences de la santé de l’UNEK.

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur