Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : scandale aux finances ; enlèvements contre rançons ; remaniement ; paludisme, la revue de la presse


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 4 Octobre 2019 modifié le 4 Octobre 2019 - 19:19


Une sélection d'informations des parutions de la presse écrite tchadienne cette semaine.


Tchad : scandale aux finances ; enlèvements contre rançons ; remaniement ; paludisme, la revue de la presse
Le quotidien Le Progrès informe dans sa parution du vendredi 4 octobre que « des responsables et autres agents du ministère des Finances et du Budget, accusés d’avoir tripatouillé des chiffres à la direction de la solde, seraient arrêtés et gardés à la coordination de la police judiciaire ». Une mission de contrôle et de vérification, diligenté par l’Inspection générale des finances (IGF) a permis de déceler, le mois dernier, une chaine de falsification de données salariales.

Le quotidien se fait un échos du point de presse du 1er octobre de maître Frédéric Nanadjingué, avocat au barreau du Tchad. Celui-ci a alerté l’opinion contre la persistance du phénomène d’enlèvements contre rançons. Cette situation endeuille des familles et appauvrit la population du Mayo-Kebbi Est depuis plusieurs années.

L’Observateur du 2 octobre indique qu’en prélude à la première édition du Camp agro-écologique des jeunes qui se tiendra du 10 au 16 octobre prochain, l’équipe de la plateforme Aya Chad a organisé un déjeuner de presse afin d’échanger avec les journalistes sur le contenu et le déroulé d’Aya Boot Camp, le 28 septembre dernier à Mario, à la sortie Est de la ville de N’Djamena. Cette première édition comprendra six jours de formation pratique, des conférence-débats, des expositions, des échanges, du réseautage et des concours d’idées en faveur des jeunes.

Dans la même parution de l’observateur, Michael Namala rappelle dans une tribune que l’Etat doit mettre le paquet pour améliorer le système éducatif tchadien. « Chaque année, à l’approche du mois d’octobre, il n’est pas rare d’entendre les plaintes des chefs d’établissements n’ayant pas reçu le budget de fonctionnement qui devrait servir à réfectionner les salles de classes, acheter les tables bancs, les cahiers, stylos ou encore craies ». L’auteur formule plusieurs recommandations pour que l’Etat « redore le blason de l’école républicaine. »

La parution du 2 octobre du journal Mutations consacre un entretien au ministre de la Justice, Djimet Arabi, qui revient sur sa mission à l’extrême nord du Tchad après l’effondrement d’une mine d’or. Le ministre explique que c’est un sentiment de désolation. Selon lui, si les orpailleurs avaient attendu l’autorisation de l’Etat, de tels incidents n’arriveraient pas. Il s’agit « d’un suicide collectif, nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude », estime le ministre qui assure que la « responsabilité incombe aux orpailleurs ». Djimet Arabi précise que le Tchad est un pays riche. Il déplore le fait que « certains citoyens rendent leurs concessions ou autres biens pour se livrer à l’orpaillage. Malheureusement, ceux-là reviennent plus pauvres que quand ils partaient ».

Le journal Mutations dit « Bravo (à) Idriss Déby Itno ». Selon la parution, « alors que les opposants tchadiens et certains leaders de la société civile qualifient le président de la République de menteur suite à sa déclaration pour l’intégration des jeunes à la fonction publique, il leur a démontré le contraire tous les nivaux en intégrant plus de 400 médecins. Touts sont déployés dans leurs postes respectifs pour s’occuper des malades ». Il appelle ceux qui ont discrédité le chef de l’Etat à revenir sur les ondes des radios pour s’excuser et le féliciter pour cet acte louable.

Le journal Le Pays du 1er octobre indique que le ministre délégué à la Présidence en charge de la défense nationale et de la sécurité aurait échappé la semaine dernière à un limogeage, « suite à une colère du chef de l’Etat après la lecture de fiches faisant état de recrutements sélectifs à la police et le lancement raté de l’Agence nationale des titres sécurisés. Le journal évoque d’autres raisons, notamment l’absence de rapports des différentes missions.

Le Pays consacre sa Une avec une caricature relative à l’incident dont a été récemment victime le ministre sortant du Commerce, Ahmat Bachir, à l’aéroport de N’Djamena. La rédaction du journal déplore, dans son éditorial, une méthode digne d’une dictature à l’endroit d’un citoyen comme cet ancien ministre. Cet agissement dessert l’image et la respectabilité du pouvoir, souligne Le Pays. « Dans un pays respectueux de ses cadres, le renouvellement du passeport diplomatique pour ceux qui ont cessé d’exercer doit être automatisé de sorte qu’ils n’aient pas à subir l’irrévérence de ceux qui leurs ouvraient quelques mois, voire quelques semaines auparavant les portes des salons du même aéroport », analyse le journal.

Le journal Le Sahel s’interroge sur la crédibilité des banques après l’affaire de la disparition miraculeuse de 50 millions de Francs CFA, dans un compte de la BCC. « Nos banques sont-elles perméables et exposées aux hackers à ce point ? Trois banques et non de moindre auraient été victimes de hacking. De l’argent aurait mystérieusement disparu. La dernière en date qui anime les débats à N’Djamena est la BCC », indique le journal.

Dans un dossier « santé » consacré par le journal, il est évoqué le cas du paludisme, une maladie saisonnière qui frappe de plein fouet les N’Djamenois. « En cette période où les moustiques se multiplient et prennent en otage la population de N’Djamena, le paludisme se propage et endeuille de nombreuses familles », indique le journal. Au moins 1948 personnes sont mortes de paludisme en 2018.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)