Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : vers l'installation de pylônes pour brouiller la connexion du Cameroun


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 15 Avril 2018 modifié le 17 Avril 2018 - 18:09



Une antenne réseau. © photo : Vincent Fournier/JA
Une antenne réseau. © photo : Vincent Fournier/JA
Un accord serait intervenu entre la direction générale de la radio et télévision nationale, et l'opérateur de téléphonie mobile Tigo pour empêcher la pénétration des fréquences des compagnies de téléphonie mobile sur le sol tchadien, d'après une source au sein de ladite direction. Il s'agit en clair d'installer des pylônes de Tigo sur le nouveau siège de la télévision et de la radio en phase de finition, pour brouiller l'accès à la connexion internet émise par les opérateurs de téléphonie mobile du Cameroun depuis Kousseri, en vue d'empêcher la population tchadienne vivant non loin de Kousseri de se connecter à internet via les réseaux camerounais. Ceux-ci sont moins coûteux et de très bonne qualité. Ils permettent de contourner la censure des réseaux sociaux imposés par ce même opérateur à ses clients sans aucune justification légale, avec une connexion internet très chère et de mauvaise qualité.

Plutôt que de chercher à améliorer sa performance en terme de connexion et de revoir à la baisse le prix de connexion pour pouvoir fidéliser sa clientèle, l'opérateur de téléphonie mobile Tigo décide de restreindre l'accès à la connexion internet qui émane des compagnies de téléphonie mobile camerounaises en installant des pylônes pour brouiller l'accès à la connexion internet. Cette mesure devrait être opérationnelle une fois que le nouveau siège de la radio et télévision sera officiellement remis aux autorités tchadiennes en juin, lors d'une cérémonie, d'après cette même source.

La raison qui a conduit l'opérateur de téléphonie mobile Tigo à convaincre les autorités sur le bien-fondé de l'installation de ces pylônes de brouillage est, entre autres, le nombre important d'internautes qui se servent de la connexion internet du Cameroun, ce qui constitue un manque à gagner pour Tigo, qui, d'après lui, paie trop d'impôts à l'État tchadien. Cette tentative de prise de mesure liberticide entreprise par l'opérateur de téléphonie mobile Tigo pour asphyxier les tchadiens à l'accès libre à l'Internet via les réseaux camerounais intervient au moment où une grogne sociale secoue cette compagnie de téléphonie mobile depuis quelques jours.

Les délégués du personnel de Tigo ont saisi officiellement par correspondance, l'Union des Syndicats du Tchad (UST) et l'inspection du travail pour protester contre les renvois abusifs des agents de Tigo en violation flagrante des textes en vigueur de la république du Tchad, la mise sur écoute des agents et les intimidations opérées sur les agents à domicile par le responsable de la direction des ressources humaines de Tigo qui a instauré un climat de terreur et de méfiance, rappelant la période tristement célèbre de la dictature qu'a connu le Tchad. A la différence, celle-ci s'opère au sein d'une compagnie de téléphonie mobile Tigo étrangère implantée dans un pays souverain.

Alwihda Info a fait une révélation bien avant la saisine de l'UST et de l'Inspection du travail sur ces pratiques moyenâgeuses. Alwihda Info viendra amplement dans les jours à venir sur la teneur de la correspondance des délégués de l'opérateur de téléphonie mobile. En plus d'instaurer un climat de terreur et de méfiance permanent au sein de son entreprise, Tigo veut restreindre la liberté d"expression des tchadiens en installant des pylônes pour brouiller l'accès à la connexion internet du Cameroun.