Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Togo : L’État cède ses parts de la NSCT au Groupe OLAM


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 26 Novembre 2020

La Commission d’Evaluation des Privatisations a produit un rapport ayant conduit à la cession de 51% du capital social et a adopté le décret autorisant cette cession, pour un montant de l’ordre de 22 milliards de FCFA.


Crédit photos: Présidence du Togo
Crédit photos: Présidence du Togo
Au cours de la réunion du Conseil des ministres du 25 novembre dernier au Palais de la Présidence à Lomé, le gouvernement a examiné un projet de décret fixant les modalités et le prix de cession des actions de l’Etat, dans le capital social de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT). Cette initiative intervient près de 5 mois après le feu vert donné par le Parlement au gouvernement qui indique avoir « engagé des discussions avec le groupe OLAM en vue de faire aboutir ce partenariat à travers la cession effective des actions ».
Le gouvernement indique avoir mis en place une Commission d’Evaluation des Privatisations qui a évalué l’offre du partenaire et apprécié le prix issu des négociations avec le partenaire, conformément à la loi de 2014 portant modernisation de l’action publique de l’Etat en faveur de l’économie. Cette Commission a ainsi produit un rapport ayant conduit à la cession de 51% du capital social et a adopté le décret autorisant cette cession, pour un montant de l’ordre de 22 milliards de FCFA.

Pour les pouvoirs publics togolais, cette cession à OLAM est « un partenaire de renom déjà fortement impliqué en tant qu’acheteur du coton togolais, dont l’expertise est reconnue et dont la présence dans plusieurs pays voisins est couronnée de succès ». Ce partenariat a ainsi pour objectif, de doubler les rendements, notamment en exploitant la carte de fertilité des sols, de moderniser l’outil industriel sur toute la chaîne de la production à la transformation, de développer la marque « coton made in Togo », afin de jouir d’un différentiel de prix par rapport à la qualité.

Le communiqué final ayant sanctionné la réunion précise que « les producteurs, qui ont également adhéré à cette cession, verront leurs revenus garantis et augmentés, notamment par la mise en place d’un mécanisme de stabilisation des revenus leur permettant d’avoir un niveau de revenu assuré nonobstant la fluctuation éventuelle des prix du coton sur le marché international ».
L’entrée de la société OLAM contrôlée par le Fonds souverain singapourien Temasek Holdings au capital va modifier la structure du tour de table de la NSCT. L’Etat ne gardera qu'une participation de 24%, contre 25% pour la Fédération nationale des groupements de producteurs de coton du Togo (FNGPC-Togo), peut-on apprendre. Les discussions entre le gouvernement et le Groupe OLAM se poursuivent et une décision finale sera connue au plus tard en décembre 2020.