Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Togo : un forum sur la transition vers l’économie formelle et la promotion du travail décent


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 8 Octobre 2019 modifié le 8 Octobre 2019 - 20:44


Togo : un forum sur la transition vers l’économie formelle et la promotion du travail décent. © RT
Togo : un forum sur la transition vers l’économie formelle et la promotion du travail décent. © RT
Lomé - Le 1er forum sous régional sur la transition vers l’économie formelle et la promotion du travail décent s’est ouvert ce lundi 7 octobre 2019 à Lomé en présence des délégations venues de sept (7) pays d’Afrique : Tunisie, Maroc, Mauritanie, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Madagascar et Togo.

Organisée par les bureaux de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) d'Alger, d'Abidjan et le gouvernement togolais, cette rencontre de Lomé attend « définir les mesures concrètes à mettre en place, au sein d’une stratégie intégrée d’intervention, qui facilitera la transition vers l’économie formelle ».

La cérémonie d’ouverture de ce forum a été présidée par la Secrétaire d’État chargée des Finances Inclusives et du Secteur Informel, Assih MAZAMESSO. Elle avait à ses côtés, le ministre de la Fonction publique du travail, de la réforme administrative et de la protection sociale, Gilbert BAWARA, et le Directeur du Bureau de pays de l’OIT à Abijan, Drama HAIDARA.

Durant quatre (4) jours, les participants vont plancher entre autres sur le diagnostic et la coordination des politiques de transition vers l’économie formelle, la mesure de l’impact des interventions, l’extension de la protection sociale aux travailleurs de l’économie informelle, l’élargissement de l’espace fiscal par l’enregistrement des travailleurs indépendants et des micros et petites entreprises.

L’objectif selon les organisateurs est d’accroître les capacités techniques des participants dans leur domaine d’expertise afin de leur permettre de formuler et de mettre en œuvre des politiques efficaces en termes de transition vers l’économie formelle.

« La transition de l’économie informelle vers le formel doit permettre de renforcer la protection des travailleurs et réduire les déficits de travail décent, atténuer la concurrence déloyale entre les entreprises, protéger et accroître les recettes publiques afin d’assurer la mise en place de systèmes nationaux de protection entre autres », a laissé entendre le Directeur du Bureau de pays de l’OIT à Abijan.  

Dans son intervention, la Secrétaire d’État auprès de la Présidence de de la République a salué le choix porté sur le Togo pour abriter ce forum et exprimé ses reconnaissances à l’OIT pour son implication de la promotion de l’emploi décent dans les pays à l’instar du Togo.

Assih MAZAMESSO, a mis l’accent sur les avancées du Togo dans ce processus. Notamment l’assouplissement des procédures de création d’entreprises, l’accès aux marchés publics. L’adoption d’un nouveau Code Fiscal incitatif et la mise en place du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) ont été également citées.

Elle a aussi souligné l’importance d’une recherche collective de stratégies appropriées pour, d’une part, assurer la formalisation de l’économie informelle et, d’autre part, lutter contre la dé-formalisation qui selon elle constitue un impératif économique et social pour les Etats. 

« Notre souhait est que la rencontre de Lomé aboutisse à la mise en place d’une communauté d’échanges de connaissances qui permet d’éclairer régulièrement aussi bien les politiques nationales que les stratégies des instances sous régionales et régionales au niveau africain », a-t-elle indiqué.

Rappelons que dans le cadre de la promotion du travail décent au Togo, le gouvernement, l’OIT et le conseil national du patronat ont adopté en mars dernier, le Programme Pays de Promotion du Travail Décent (PPTD).

Ce document qui couvre la période 2018-2021, s’articule autour de trois axes prioritaires à savoir : la promotion de l’emploi décent pour les jeunes, les femmes, les migrants et les personnes handicapées, le renforcement et l’extension de la protection sociale et la promotion des normes du travail par le dialogue social.