Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Un ancien ministre français, actuellement Député du Nord écrit une lettre à Idridss Deby


Alwihda Info | Par - Җ€BIЯ - - 7 Février 2008 modifié le 15 Février 2008 - 17:29


Si vous souhaitez l’appui de l’opinion publique internationale, rien ne pourrait justifier des manquements aux droits de l’Homme et à la dignité des personnes. En tant que Député français, j’ai été alertée par l’annonce de l’arrestation de collègues tchadiens dont à ce jour personne n’a de nouvelles.


Un ancien ministre français, actuellement Député du Nord écrit une lettre à Idridss Deby
Françoise HOSTALIER
Ancien Ministre
Député du Nord
BP 97
59850 NIEPPE




Monsieur Idris Deby Itno
Président du Tchad
S/C de Monsieur l'Ambassadeur








Paris, le 5 février 2008

Monsieur le Président,

Je n'ignore pas les difficultés politiques, intérieures et extérieures, auxquelles votre pays est soumis et je souhaite avec force que la paix puisse y régner, condition nécessaire pour un développement économique et culturel auquel aspirent tous les Tchadiens.
Cependant, et à plus forte raison si vous souhaitez l'appui de l'opinion publique internationale, rien ne pourrait justifier des manquements aux droits de l'Homme et à la dignité des personnes.
En tant que Député français, j'ai été alertée par l'annonce de l'arrestation de collègues tchadiens dont à ce jour personne n'a de nouvelles.
Il s'agit de :
- Lol Mahamat Choua
- Ngarlejy Yoronga
- Ibni Oumar Mahamat Saleh
- Wadel Adberdaker Kamougué

Ces Députés, certes opposants reconnus à votre gouvernement, doivent pouvoir s'exprimer librement et, s'ils ont commis des fautes (ou même des crimes de trahison en lien avec un pays étranger) ; ils doivent être traités dans le respect de leur dignité et jugés par des tribunaux habilités et toute transparence.

Aussi, je vous demande instamment de faire la lumière sur leur disparition et de permettre que leur famille puisse avoir de lur nouvelles dans les meilleurs délais.
Quelle que soit leur situation actuelle, il me paraît indispensable, au nom de votre volonté de rétablir un état démocratique, de faire toute la lumière sur cette affaire et d'empêcher que la santé ou la vie de ces parlementaires soit mise en danger.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes salutations respectueuses.






Françoise HOSTALIER



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)