Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SPORTS

Un fabricant américain électrise une course en Arabie saoudite


- 30 Janvier 2019 modifié le 30 Janvier 2019 - 11:00


Christopher Connell - ShareAmerica

Le pilote portugais Felix da Costa a remporté l’ePrix de Dariya en Arabie Saoudite, la première course de Formule E (électrique) organisée au Moyen-Orient. (© Joe Portlock/Getty Images)
Le pilote portugais Felix da Costa a remporté l’ePrix de Dariya en Arabie Saoudite, la première course de Formule E (électrique) organisée au Moyen-Orient. (© Joe Portlock/Getty Images)
Une nouvelle ère de la voiture de course électrique a été inaugurée à Dariya, en Arabie saoudite. Lors de la première course de Formule E organisée au Moyen-Orient, les véhicules entièrement électriques étaient tous propulsés par les batteries dernier cri d’un fabricant californien.

Grâce à ces accumulateurs de 250 kilos mis au point par Lucid Motors, les bolides ont pu foncer sur le circuit pendant 45 minutes sans interruption. Ils peuvent atteindre une vitesse de pointe de 280 km/h.

Le tracé du circuit, qui comporte 21 virages, longe l’enceinte de la cité historique de Dariya. La ville était la capitale de la première dynastie saoudienne et est aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Portugais Antonio Felix da Costa, pilote chez BMW i Andretti Motorsport, a battu le Français Jean-Eric Vergne. Il s’agissait du premier ePrix organisé par la Fédération internationale de l’automobile (FIA) pour les voitures dites de 2e Génération.

Lucid prévoit de commercialiser la Lucid Air, une berline de luxe électrique, en 2020. La société a annoncé en septembre un contrat d’un milliard de dollars avec le Fonds public d’investissement d’Arabie saoudite pour construire une usine de fabrication à la pointe de la technologie en Arizona.

Une autre première a eu lieu sur le même circuit un jour après l’ePrix : l’Émiratie Amna Al Quabaisi a été la première femme arabe à piloter une Formule E.