Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Violences intercommunautaires à Yumbi : la RDC remercie le Congo pour l'accueil des déplacés


Alwihda Info | Par Christ Exaucé Marsala - 23 Février 2019 modifié le 23 Février 2019 - 15:51

Depuis décembre 2018, un peu plus de 15 milles RD congolais, fuyant les violences inter communautaires à Yumbi, dans la province de Mai -Ndombe, ont traversé le fleuve Congo pour se réfugier à Makotipoko, en République du Congo. Au terme de la première réunion du Conseil National de Sécurité, présidée par le président Félix Tshisekedi, le mardi 19 février 2019, à Kinshasa, la République du Congo a été remerciée pour son hospitalité.


Les déplacés de Yumbi à Makotipoko.
Les déplacés de Yumbi à Makotipoko.
La réunion du Conseil national de sécurité avait plusieurs sujets à l’ordre du jour, dont le retour des déplacés de Yumbi, avec un accent sur les mesures de sécurité et les conditions de leur accueil. Au sujet de ces déplacés et citant le compte-rendu de la réunion, le site digitalcongo.net écrit : «la République Démocratique du Congo a tenu à remercier le Congo-Brazzaville qui a accepté d’héberger et de venir en aide aux compatriotes congolais estimés à 16.000 personnes, dans un village qui en compte 2.000 ».

A cet effet, selon la même source, après avoir examiné les contours de la question, il s’est dégagé la nécessité de mener des actions aussi bien en République du Congo qu’à l’intérieur de la RDC, en l’occurrence à Yumbi. Ainsi, « une Tripartite RDC-République du Congo et Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés est envisagée en vue de prendre toutes les dispositions nécessaires pour le retour de nos compatriotes dans de bonnes conditions à Yumbi », selon le compte-rendu de cette réunion, cité par digitalcongo.net dans un article publié le 22 février 2019.

A noter que, ces violences inter communautaires ont eu lieu les 15 et 16 décembre 2018 dans la province de Mai-Ndombe, au Nord de Kinshasa, suit au conflit entre les ethnies Banunu et Baténdé. C'est l'enterrement d'un chef coutumier Banunu qui a mis le feu aux poudres, selon les témoignages.