Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

ZLECAf : l'Afrique doit combler son déficit scientifique et technologique


Alwihda Info | Par AMA - 26 Octobre 2021

La Pr Gurib-Fakim a récemment dévoilé une série de statistiques qui ont montré que l'Afrique est loin derrière le reste du monde dans les domaines de la science, de la technologie et de l'innovation (STI).


La professeure Ameenah Gurib-Fakim, ancienne présidente de Maurice et lauréate du Prix L'Oréal-UNESCO 2007 pour les femmes et la science.
La professeure Ameenah Gurib-Fakim, ancienne présidente de Maurice et lauréate du Prix L'Oréal-UNESCO 2007 pour les femmes et la science.
Seulement 0,1% de toutes les demandes de brevet sont enregistrées en Afrique, contre 65% en Asie et 25% en Amérique du Nord. L'Afrique ne participe que pour 2 % dans la recherche mondiale et de 1 % dans les dépenses de recherche. En outre, l’Afrique compte 11 chercheurs par million d'habitants tandis que les pays les plus performants au monde, comme la Corée du Sud et le Danemark, comptent entre 7 000 et 8 000 chercheurs par million d'habitants.

« Comment un continent avec la plus grande part de terres arables, un continent avec la population la plus jeune, un continent qui a alimenté toute la révolution industrielle mondiale, un continent qui a contribué à stimuler l'industrie de la téléphonie mobile, un continent qui est à l'aube de soutenir la transition énergétique mondiale vers une technologie plus verte avec un grand stock de gisements de terres rares acceptent des statistiques aussi lamentables ? », a-t-elle demandé. Elle a imputé la négligence de la science et de la technologie aux résultats peu flatteurs du développement. « Le déficit d'investissement dans la science et la technologie et l'absence d'infrastructures économiques et scientifiques ont sapé le processus de transformation économique tant au niveau structurel que sectoriel… »

L'ancienne présidente a fait remarquer que l'échec de l'Afrique à progresser dans les domaines de la science et de la technologie a été aggravé par la fragmentation de ses marchés. Elle a salué la création de la ZLECAf pour avoir surmonté cet obstacle et créé le plus grand marché unique au monde.
Cependant, la transformation économique anticipée par le marché du libre-échange dépend du fait que l'Afrique « comble son écart scientifique et technologique avec le reste du monde » et « produise durablement le bon ensemble de compétences pour développer le commerce extra et intra-africain ». Cela nécessitera une collaboration et des partenariats pour créer les conditions propices au développement de centres d'excellence sur le continent. Les universités, les gouvernements et le secteur privé, a-t-elle fait valoir, devraient collaborer beaucoup plus étroitement pour s'assurer que le financement est là et que les conditions permettant à la science de prospérer soient mises en place. La Pr Gurib-Fakim a rappelé que le rôle croissant de la technologie qui imprègne tous les secteurs et industries et stimule la croissance était irréversible.

Elle a salué les succès de l'Afrique dans certains domaines comme les paiements via le mobile (mobile banking), donnant l'exemple de M-Pesa qui a été adopté dans le continent après avoir été lancé au Kenya. Mais l'un des principaux défis, a-t-elle déclaré, est la fuite des cerveaux continue des scientifiques les plus brillants et les meilleurs d'Afrique. Elle a encouragé les secteurs privé et public à investir beaucoup plus dans l'éducation, la recherche et le développement. « Chaque jeune Africain a le potentiel d'être un scientifique, d'innover et de devenir compétitif à l'échelle mondiale », a-t-elle déclaré.

La série de conférences Babacar Ndiaye, lancée par Afreximbank il y a cinq ans, honore le rôle fondateur joué par le Dr Babacar Ndiaye dans la création d'Afreximbank. En tant que président de la Banque africaine de développement de mai 1985 à août 1995, il a défendu la création de plusieurs grandes institutions continentales pour stimuler le processus de croissance économique et de transformation structurelle des économies africaines.