Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Afrique : vers la création d'un fonds pour le climat avec un appui canadien


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 24 Mars 2021

Le Canada et la Banque africaine de développement signent un accord de 133 millions de dollars canadiens pour créer un fonds pour le climat en Afrique prenant en compte les questions de genre. La Banque s’est engagée à fournir aux pays africains un financement climatique de 25 milliards de dollars d’ici à 2025.


© Fabien AZEMA/Pixabay
© Fabien AZEMA/Pixabay
Le gouvernement du Canada et la Banque africaine de développement ont signé, le 17 mars dernier, un accord officialisant le Fonds climatique Canada-Banque africaine de développement (CACF), un fonds spécial transformateur visant à accorder des prêts concessionnels à des projets liés au changement climatique comportant une forte composante sexospécifique.

Le fonds sera capitalisé grâce, d’une part, à la combinaison d’une contribution remboursable de 104,8 millions de dollars américains (122.9 millions dollars canadiens) visant à accorder des prêts concessionnels tant pour des opérations souveraines que non souveraines, et d’autre part, à une contribution de 10 millions de dollars canadiens pour une assistance technique complémentaire. La Banque africaine de développement a été désignée comme administratrice du fonds.

À l’occasion de la signature virtuelle de l’accord effectuée en marge du Symposium Canada-Afrique sur la croissance propre, la ministre canadienne du Développement international, Karina Gould, a déclaré que l’investissement, avec sa forte empreinte de genre, reconnaissait « le rôle essentiel que les femmes doivent jouer dans l’action climatique » et qu’elle soutenait « leurs efforts pour atténuer les effets du changement climatique et s’y adapter ».

« Le changement climatique est l’un des défis les plus importants de notre époque. Et bien que nous soyons tous touchés par ce phénomène, nous savons au Canada que tout le monde n’est pas affecté de la même manière. Cela signifie que les personnes vulnérables et marginalisées supportent plus le poids de cette crise », a-telle ajouté.

En tant que fonds de prêts concessionnels, les ressources du CACF seront investies dans des technologies innovantes à faible émission de carbone, les énergies renouvelables, l’agriculture intelligente face au climat, une foresterie durable, une gestion de l’eau et des projets de résilience climatique.  Le fonds financera des projets liés au changement climatique dans les pays africains, notamment ceux qui mettent l’accent sur l’égalité entre les sexes.  L’autonomisation des femmes et des filles sera un objectif de tous les financements concessionnels du CACF, le but étant d’obtenir des résultats directs et mesurables en matière d’égalité des genres.

« Dans la reconstruction de l’Afrique après le Covid-19, la résilience climatique est très importante, a souligné le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi A. Adesina. C’est la raison pour laquelle je suis heureux du lancement aujourd’hui du Fonds climatique Canada-Banque africaine de développement. »

Le président Adesina a remercié le Canada pour son soutien « extraordinaire » à la Banque pour les augmentations générales de son capital et de son capital temporaire exigible, ainsi que pour le soutien que le Canada a apporté à l’Afrique par le biais de l’institution. 

« Ces ressources que vous mettez à notre disposition sont uniques pour l’aide qu’elles nous apportent dans notre adaptation au changement climatique. Premièrement, il s’agit d’un financement à long terme. Il fournira des capitaux à long terme aux secteurs privé et public, mais également à des niveaux abordables pour les pays. Ce que j’apprécie le plus, c’est qu’il rend possible une utilisation multisectorielle des fonds. Tout cela est très important pour soutenir l’Afrique dans l’adaptation au climat et son atténuation, a poursuivi Adesina. Le Canada a toujours été là pour l’Afrique. Le Canada est un grand ami de l’Afrique. »

Le financement de la Banque africaine de développement pour le climat a quadruplé entre 2016 et 2019, passant de 9 % à 36 % de son portefeuille total , et il est en bonne voie pour atteindre son objectif de 40 % d’ici à la fin de 2021. La Banque s’est engagée à fournir aux pays africains un financement climatique de 25 milliards de dollars d’ici à 2025.

Le Symposium Canada-Afrique sur la croissance propre, organisé conjointement par le Canada, l’Éthiopie et le Sénégal, a réuni des dirigeants des secteurs public et privé du Canada et de l’Afrique subsaharienne. Il visait à identifier des moyens novateurs pour faire croître leurs économies, tout en réduisant les émissions de carbone et en renforçant la résilience au changement climatique. 

Les sessions ont permis d’élaborer un plan directeur pour une économie verte qui intègre le développement socio-économique, tout en assurant une gestion durable des ressources naturelles, en minimisant les déchets et la pollution, et en suivant des voies de développement à faible émission de carbone et résilientes au climat. 

Le symposium a également évoqué la politique commerciale qui prend en compte les considérations environnementales dans le commerce international et la promotion d’un commerce fondé sur des règles. 

Le Canada, un des principaux membres non régionaux du Groupe de la Banque africaine de développement, a participé à toutes les augmentations de capital de l’institution, dont la 7e augmentation générale de capital, et aux reconstitutions du Fonds africain de développement, y compris la 15e reconstitution (FAD-15). Le pays a porté à 7,5 % d’unités de compte (UC) sa part dans la Banque africaine de développement. Il contribue également à l’abondement de nombreux fonds fiduciaires et initiatives gérés par le Groupe de la Banque.