Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Ahmat Yacoub Dabio : « il est temps de s’attaquer aux causes réelles de l’extrémisme »


Alwihda Info | Par Djimet Wiche - 12 Mai 2022

Le président du Centre d'études pour la prévention de l'extrémisme (CEDPE), dont le siège se trouve à Ndjamena (Tchad), s’exprime au sujet de la réunion de la Coalition mondiale contre Daech, qui se tient en ce moment à Marrakech au Maroc.


Ahmat Yacoub Dabio : « il est temps de s’attaquer aux causes réelles de l’extrémisme »
Que pensez-vous de la réunion de la Coalition mondiale contre Daech qui se tient à Marrakech, avec plus de 80 représentants des gouvernements et des organisations internationales ?
A mon avis, il est temps pour qu’on s’attaque sérieusement aux causes réelles de l’extrémisme qui sont entre autres, la pauvreté, le chômage, la faim, les violations des droits de l’Homme et j’en passe. Malheureusement, on dépense beaucoup dans des rencontres alors qu’on minimise les causes de l’extrémisme.
Au moment où les conférences se multiplient, aujourd’hui à Marrakech, hier c’était le COP15 en Côte d’Ivoire, des milliers de bébés meurent de la malnutrition. Prenons également l’exemple des bébés de Mondo au Tchad qui meurent de la malnutrition.

A votre avis, est-ce que la mise sur pied de la Coalition mondiale contre Daech, depuis sa création, a permis de lutter efficacement contre cette organisation terroriste à travers le monde ?
On constate avec regret que Daech évolue en Afrique subsaharienne et dans le Bassin du Lac Tchad, après avoir été vaincu dans l’espace du monde dit civilisé. Et s’il évolue en Afrique noire, c’est parce que la communauté internationale ne s’investit pas assez comme elle l’a fait en Irak et en Syrie.
Imaginez-vous, en un mois, dans le conflit ukrainien, l’Europe et les Etats-Unis ont alloué une aide de plus de 50 milliards de dollars (l’Amérique 40 milliards), alors que dans les cinq pays du G5 Sahel, la France n’a injecté, en huit années de lutte contre le terrorisme, que 1,35 milliard d’euros et plus de 60% sont affectés à l’entretien de leurs armées sur le terrain.

Cette première rencontre de la Coalition mondiale contre Daech en Afrique peut-elle aider l'Afrique, devenue un terreau fertile pour la prolifération de Daech, à vaincre le terrorisme d'une manière générale ?
Les Africains sont sceptiques à cette question, car l’échec de la coalition militaire internationale dans l’espace du G5 Sahel a démontré qu’ils doivent compter sur leurs propres moyens, tout en n’excluant pas de coopérer avec ceux qui veulent apporter un soutien complémentaire. L’exemple du Mali est édifiant.

Pourquoi depuis la création de cette coalition, elle a choisi cette année d'abriter cette rencontre en Afrique ?
Que faut-il faire pour lutter contre la prolifération du terrorisme en Afrique ? Je ne sais pas pourquoi le choix est porté sur le Maroc, mais il faut reconnaître que le Maroc est un des rares pays du tiers monde à avoir réussi la lutte contre l’extrémisme, en adoptant une politique de développement axée sur la jeunesse. C’est un exemple à suivre pour mener une lutte contre le terrorisme, car il vaut mieux s’attaquer aux principales causes.