Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Au Sahel, faire plus et mieux


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 15 Février 2021

Les membres et partenaires de l’Alliance Sahel se mobilisent au terme de la 2ème Assemblée Générale de l’Alliance.


Les membres et partenaires de l’Alliance Sahel se mobilisent au terme de la 2ème Assemblée Générale de l’Alliance. © Malick Mahamat/Alwihda Info
Les membres et partenaires de l’Alliance Sahel se mobilisent au terme de la 2ème Assemblée Générale de l’Alliance. © Malick Mahamat/Alwihda Info
Les représentants du G5 Sahel et de l’Alliance Sahel se sont réunis à N’Djamena le 15 février 2021 à l’occasion de la 2e Assemblée générale de l’Alliance Sahel, sous la présidence espagnole, et qui s’est tenue en marge du 7e Sommet ordinaire des chefs d’Etat du G5 Sahel. Préoccupés par une situation socio-économique difficile et la persistance de crises, les membres de l’Alliance Sahel ont annoncé le renforcement de leurs actions conjointes avec le G5 Sahel pour améliorer durablement les conditions de vie des populations sahéliennes.

Malgré ses potentiels multiples, le Sahel reste confronté à des crises persistantes et les vulnérabilités s’aggravent dans plusieurs régions. La pandémie de COVID-19, les effets du changement climatique, exacerbent une situation déjà complexe et fragile. Ce constat appelle les Gouvernements du G5, appuyés par les membres de l’Alliance Sahel, à faire plus et mieux. Les membres de l’Alliance ont réaffirmé lors de cette 2e Assemblée générale leur engagement à accroître les cofinancements et les projets communs, à privilégier des procédures de mise en œuvre flexibles et simplifiées et à réduire les coûts de transaction des interventions. A ce titre, ils se sont félicités de la mise en œuvre des Facilités Lac Tchad et Liptako-Gourma et du lancement imminent d’un nouvel instrument de financement de l’Alliance pour le G5 Sahel.

"La pandémie a aggravé une situation déjà complexe et fragile. Les membres de l’Alliance se sont mobilisés pour faire face à l’urgence sanitaire et alimentaire, pour diminuer les impacts sociaux et économiques de la pandémie. Nous nous engageons à travailler dans le relèvement post-COVID, et intensifier les efforts conjoints en faveur d’un renforcement des services de santé publique, et une relance économique inclusive et durable" a déclaré Arancha González Laya, Ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la coopération, Présidente de l’Assemblée Générale de l’Alliance Sahel.

Les membres de l’Alliance se sont également engagés à soutenir les actions des pays du G5 Sahel en faveur du redéploiement et du maintien de l’Etat et des services publics dans les zones les plus vulnérables, en mettant l’accent sur la délivrance durable des services essentiels, le renforcement de la résilience des populations et la restauration de la cohésion sociale. Pour répondre à la fois aux besoins les plus urgents et traiter les causes profondes des crises, ils se sont résolument engagés à mettre en œuvre dans les zones prioritaires une approche territoriale intégrée (ATI), adaptée aux spécificités de chaque territoire, en étroite coordination avec le Secrétariat Exécutif du G5 Sahel, la Coalition pour le Sahel et le Partenariat pour la stabilité et la sécurité au Sahel. Dans ces zones, une attention accrue sera portée aux personnes les plus vulnérables, aux femmes et à la jeunesse, à leur éducation, leur formation, leur insertion sociale et économique, pour leur redonner confiance dans l’avenir.

"Il ne sera pas possible d'apporter la paix et la stabilité au Sahel si les femmes et les jeunes sont laissés pour compte. Il faut donc accorder une attention particulière à ces groupes. Spécialement en ce qui concerne leur accès à l'éducation, à la formation et à l'emploi" a déclaré la Commissaire aux Partenariats internationaux de l'Union européenne, Jutta Urpilainen.

Les membres de l’Alliance Sahel ont convenu de la mise en place d’un cadre d’échanges renforcé avec les Gouvernements du G5 Sahel, en vue d’intensifier le dialogue sur les politiques publiques et les réformes sectorielles prioritaires, en cohérence avec l’Agenda 2030 du développement durable. « Ce cadre sera d’abord expérimenté au Tchad, dans un esprit de redevabilité mutuelle », selon le Dr Issa Doubragne, Ministre tchadien de l’Economie, de la Planification, du Développement et de la Coopération internationale.

L'Alliance Sahel a renouvelé son engagement en faveur de l'égalité des sexes et de la défense des droits des femmes à l'occasion du vingtième anniversaire de l'approbation de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies «Femmes, paix et sécurité». Et il a également réaffirmé la priorité que l'Alliance Sahel accorde au développement rural et à la modernisation de l'agriculture, en tant qu'éléments pouvant contribuer à garantir la sécurité alimentaire, et limiter l'impact du changement climatique.

Ils ont organisé en marge de l’Assemblée Générale, en partenariat avec la Coalition économique au Sahel, l’Union des Chambres de commerce et l’Union des Patronats du G5 Sahel, un évènement dédié au soutien au secteur privé sahélien, reconnaissant son rôle essentiel pour la stabilité et le développement.

L’Assemblée Générale de l’Alliance Sahel, présidée par Mme Arancha Gonzalez, Ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’Union Européenne et de la Coopération a connu une participation de haut niveau avec notamment la participation présentielle de Mme Louise Mushikiwabo, Secrétaire Générale de l'Organisation Internationale de la Francophonie, du Dr Issa Doubragne, Ministre tchadien de l’Economie, de la Planification, du Développement et de la Coopération internationale, de M. Ismail Ould Cheikh Ahmed, Ministre mauritanien des Affaires étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur, de M. Ousmane Mamadou Kane, Ministre mauritanien des Affaires économiques et des Secteurs productifs, de Mme Ataka Zaharatou Aboubacar, Ministre déléguée auprès du Ministre nigérien des Affaires étrangères, de M. Djimé Adoum, Haut Représentant de la Coalition pour le Sahel et de M. Maman Sidikou, Secrétaire exécutif du G5 Sahel. Ont notamment participé virtuellement M. Tony Blair, Directeur Exécutif du Tony Blair Institue, Dr Gerd Müller, Ministre fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement, Mme Karina Gould, Ministre canadienne du Développement international, M. Flemming Loller Mortensen, Ministre danois de la Coopération au développement, M. Jean-Yves Le Drian, Ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères M. Dag-Inge Ulstein, Ministre norvégien du Développement international, Mme Kitty van der Heijden, Vice-Ministre néerlandaise pour la Coopération internationale, Mme Jutta Urpilainen, Commissaire aux Partenariats Internationaux de l’Union Européenne, M. Ousmane Diagana, Vice-Président du Groupe de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, M. Abdoualye Mar Dieye, Coordinateur spécial pour le développement au Sahel de l’Organisation des Nations Unies, M. Ambroise Fayolle, Vice-Président de la Banque Européenne d’Investissement, M. Rémy Rioux, Directeur général de l’Agence française de développement et les Ambassadeurs ou Envoyés Spéciaux pour le Sahel de la plupart des membres.

Les membres de l’Alliance Sahel ont salué les adhésions en 2020 de la Norvège, de l’Irlande et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), respectivement en tant que membre et observateurs.

Les membres et les partenaires de l’Alliance Sahel poursuivront leurs efforts dans les mois à venir. Selon le Ministre mauritanien des Affaires Économiques et des Secteurs productifs de la République Islamique de Mauritanie : “Nous devrons œuvrer à la mise en œuvre des recommandations opérationnelles de cette Assemblée générale. J’évoque notamment la concrétisation de l’Approche territoriale intégrée, le soutien renforcé et adapté au secteur privé".

Au terme de l’Assemblée générale, les recommandations suivantes ont été adoptées :

1. Intensifier le dialogue avec le G5 Sahel et ses États membres ;
2. Poursuivre les efforts de coordination et de concentration sur les zones vulnérables ;
3. Soutenir la présence, le redéploiement et le maintien de l’État et des services publics sur les territoires des pays du G5 Sahel ;
4. Accompagner les efforts des gouvernements du G5 Sahel dans la mise en œuvre de réformes structurelles en faveur d’une gouvernance transparente, inclusive et effective ;
5. Œuvrer dans le cadre de la Coalition pour le Sahel, à la mise en œuvre d’une réponse coordonnée et adéquate aux multiples défis sahéliens, en étroite coopération avec le Secrétariat Exécutif du G5 Sahel et le Partenariat pour la stabilité et la sécurité au Sahel ;
6. Soutenir la réponse des pays du G5 Sahel aux défis sanitaires, économiques et sociaux causés par la pandémie de COVID19 ;
7. Fournir un effort accru en faveur de l’égalité des genres et la défense des droits des femmes dans les pays du G5 Sahel
8. Apporter un soutien adapté au développement du secteur privé sahélien