Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Burundi : les jeunes et femmes au cœur de la promotion de l’entrepreneuriat


Alwihda Info | Par APO - 17 Septembre 2021

A titre d’exemple, la Coopérative des femmes artistes et artisanes du Burundi (COFAAB) est constituée de quarantaine de femmes venues de tout le pays.


En mars 2021, avec le soutien de la Banque africaine de développement et du réseau « espaces d’entreprises au Burundi » (2EB), une initiative du gouvernement burundais d’appui à la réinsertion socio-économique des femmes, Évelyne Ndikumana a suivi, avec d’autres femmes, un stage de formation organisé par le gouvernement du Burundi pour aider les jeunes et les femmes.
Elle est une artiste peintre burundaise âgée de 37 ans qui fabrique des bijoux à partir du papier recyclé et peint des cartes postales depuis quinze ans. Après le stage, Évelyne Ndikumana s’est associée à d’autres femmes pour fonder la Coopérative des femmes artistes et artisanes du Burundi (COFAAB). Elle a été désignée présidente de la coopérative. Autofinancée par ses membres, cette coopérative bénéficie de l’appui de 2EB, qui a mis à disposition un espace d’exposition et de vente de leurs produits.

Pour accompagner leur dynamisme, une salle entièrement équipée leur a été également allouée pour une durée d’un an. L’espace sert de lieu d’échanges entre artistes et artisans ainsi que de local pour les sessions de formation. La coopérative rassemble une quarantaine de femmes venues de tout le pays. Plusieurs autres veulent être membres. Outre le bénéfice d’une reconnaissance juridique et d’une solidarité mutuelle, les membres de la COFAAB partagent les connaissances acquises lors des différentes sessions de formation. Tout en s’améliorant en peinture, Évelyne a aussi bénéficié d’une formation en comptabilité, en plus d’autres qui portaient sur l’élaboration d’un plan marketing, les procédures fiscales et administratives et l’amélioration de la qualité des produits.

Diane Akimana, vice-présidente de la COFAAB, préside également l’association « Femmes entrepreneures ». Elle est responsable de gestion d’une petite entreprise fondée par une quinzaine d’étudiantes qui ont décidé de se regrouper pour offrir des services de beauté, principalement dans les métiers de la coiffure et du maquillage. Évelyne et Diane ont déjà mis en pratique leurs nouvelles compétences. Elles savent pouvoir compter sur la solidarité collective pour développer leurs activités et accroître leurs revenus. Grâce à l’amélioration de leur savoir-faire, les artisanes et artistes récemment formées ont pu vendre une partie de leur production pour 3,5 millions de francs burundais (plus de 1 750 dollars américains) lors d’une foire organisée en clôture des sessions de formation du pôle d’affaires 2EB.

Avec l’aide financière de la Banque africaine de développement, le gouvernement du Burundi contribue à accroître le rôle du secteur privé dans la cohésion sociale en plaçant l’entrepreneuriat féminin et les jeunes au centre de ses efforts.