Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : André-Magnus Ekoumou défend son pays, victime d’un dénigrement


Alwihda Info | Par - 13 Janvier 2021

Dans un communiqué rendu public le 12 janvier dernier, l’ambassadeur du Cameroun en France s’insurge contre la campagne d’affichage contre son pays et son président.


Depuis un mois, une campagne d’affichage qualifiée de « sauvage et malveillante » se déroule dans certains endroits de la capitale française Paris et de l’Île de France. « Cette campagne qui est orchestrée par des partisans d’un parti politique bien connu a pour objectif de ternir l’image de marque du Cameroun et de son illustre chef, le président de la République, SEM Paul Biya », relève le communiqué signé de l’ambassadeur du Cameroun en France, André-Magnus Ekoumou.
Au moment où le Cameroun s’apprête à abriter le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN), l’ambassade du Cameroun en France a tenu à dénoncer ces agissements. Bien plus, cette campagne « incongrue » est menée dans un contexte sécuritaire interne, marqué par les exactions de la secte terroriste Boko Haram dans l’Extrême-Nord et des velléités orchestrées par des bandits sécessionnistes dans les régions anglophones. Cela étant, « l’ambassade du Cameroun en France en appelle à la préservation de la crédibilité et la respectabilité de l’image du Cameroun sur l’espace public international. »

Pourtant, depuis son arrivée en France l’année dernière, le nouvel ambassadeur a mis un point d’honneur dans la sensibilisation pour instaurer un climat d’apaisement et de rassemblement, au sein de ce qu’il a alors appelé « la maison commune », sans distinction aucune. Par ailleurs, il s’est engagé à améliorer les conditions d’accueil des usagers, tant au niveau du consulat général du Cameroun à Paris que du consulat du Cameroun à Marseille.

Sur un autre plan, l’ambassadeur a dénoncé le faux profil Facebook en son nom, présent sur les réseaux sociaux, qui « relève des pratiques de banditisme et de cybercriminalité réprimées par les textes législatifs camerounais et internationaux ». Des dispositions ont d’ailleurs été prises pour signaler ce faux profil aux autorités de Facebook, afin qu’il soit définitivement fermé.