Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Bandjoun : Des trafiquants d’espèces au Tribunal


Alwihda Info | Par - 27 Mars 2020

A la suite d'autres affaires à Djoum et à Mfou, trois personnes seront jugées pour commerce illégal d'espèces sauvages protégées, notamment l'ivoire et le perroquet gris à queue rouge.


Cameroun/Bandjoun : Des trafiquants d’espèces au Tribunal
Le 1er avril 2020, se tiendra au Tribunal de Première Instance de Bandjoun, la deuxième audience de l'affaire contre un homme arrêté en février dernier, en possession de cinq peaux de léopard. L'opération a été menée par des agents de la délégation départementale de la Forêt et de la Faune du département du Koung-Khi, région de l’Ouest, en collaboration avec la brigade de gendarmerie de Bandjoun et a été techniquement assistée par The Last Great Ape Organisation (LAGA), une organisation non gouvernementale.
L'affaire a été ouverte au début du mois devant le tribunal et a été ajournée parce que l'accusé avait demandé à ce que des témoins comparaissent devant le tribunal. Cette affaire fait suite à d'autres concernant le trafic de faune qui ont eu lieu au cours du mois de mars devant les Tribunaux de Première Instance de Djoum et Mfou. Ainsi donc, trois personnes seront jugées pour commerce illégal d'espèces sauvages protégées, notamment l'ivoire et le perroquet gris à queue rouge. Le commerce illégal d'espèces sauvages est soutenu par une énorme demande de produits de fauniques en Asie.
En 2016, plus de quatre tonnes d'écailles de pangolin exportées du Cameroun ont été saisies à Hong Kong. Un an plus tard, deux Chinois ont été arrêtés à Douala avec cinq tonnes d'écailles de pangolin prêts à être exportées du Cameroun. Récemment, le 5 mars 2020, les douanes chinoises ont arrêté douze suspects pour contrebande de 20,3 tonnes de produits dérivés d'animaux sauvages, y compris des geckos. Selon Xinhua, un site d’information en ligne chinois, les produits de la faune saisis ont été importés de l'étranger et ensuite vendus sur les marchés de matériaux médicinaux de la province de Guangdong, Anhui et Sichuan.
De même, au début de cette année, Tah Eric, le directeur adjoint de LAGA lors des célébrations de la Journée du Pangolin en février a déclaré que « dans le cadre de la collaboration avec le ministère des Forêts et de la Faune, nous avons saisi près de 10 000 tonnes d'écailles de pangolin sur une période de six ans dans ce pays ». Au un autre niveau, plus de 1 237,6 tonnes d'espèces menacées ont été saisies en 2019 selon les données fournies par les services douaniers, tel que rapporté sur le site d'information Xinhua. Ces chiffres inquiétants poussent les défenseurs de l'environnement à réclamer une amélioration de l'application des lois et des procédures judiciaires contre les trafiquants d'animaux sauvages. Ils disent que si l’on protège la faune, on protège les écosystèmes et l’on évite les dangers de nouvelles maladies mortelles, comme c’est actuellement avec le cas avec le COVID-19 qui échappe à tout contrôle.