Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Bilinguisme : une Association pour appuyer les enseignants


Alwihda Info | Par - 29 Octobre 2019 modifié le 29 Octobre 2019 - 07:03

La conférence de presse de lancement des activités de la Cameroon Association of Profesionnal Teachers of English an French Languages (CAPTEFL) a eu lieu à Yaoundé le 23 octobre 2019.


Mme Joséphine Léontine Massila, présidente  de la CAPTEFL devant la presse.
Mme Joséphine Léontine Massila, présidente de la CAPTEFL devant la presse.
Au Cameroun, le nombre d’enseignants de français et d’anglais formés par les Ecoles normales supérieures couvre moins d’un tiers des besoins réels sur le terrain, aussi bien dans des universités, les lycées que les collèges publics ou privés. En plus de cette insuffisance quantitative et une répartition géographique inégale sur l’ensemble du territoire, plus de 80% des enseignants titulaires dans les établissements privés n’ont pas reçu de formation formelle en sciences de l’éducation. La conséquence est donc que les langues sont enseignées comme les mathématiques ou l’histoire dont il faut assimiler de manière passive les théorèmes, et non comme des outils de communication. Et pour la majorité des enseignants, il n’y a presque pas de programmes de recyclage ou de formation continue formels. Pourtant, il y a une nécessité à avoir une vision stratégique et opérationnelle afin de faire de l’anglais et du français, de véritables instruments pour la promotion du bilinguisme au Cameroun. C’est le bien-fondé de la création de CAPTEFL qui a pour présidente Mme Joséphine Léontine Massila.
Il s’agit d’une association apolitique et à but non lucratif qui regroupe des enseignants du secondaire, retraités ou en activité, des inspecteurs nationaux et régionaux de pédagogie retraités ou en activité, des enseignants du Programme de formation linguistique bilingues retraités et en activité, entre autres. En effet, l’utilisation du français et de l’anglais comme langues officielles et la pratique du bilinguisme constituent une problématique socio-culturelle. Ainsi donc, elle doit faire l’objet d’une réflexion et d’actions permanentes pour préserver les acquis du vivre-ensemble. C’est le sens à donner à la création par le chef de l’Etat Paul Biya, de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM) le 17 janvier 2017.
Au regard de la mission assignée à la Commission, celle de « mener toutes étude ou investigation et proposer toutes mesures de nature à renforcer le caractère bilingue et multiculturelle au Cameroun », CAPTEFL se positionne donc comme partenaire de cette institution pour des actions concernant le secteur de l’éducation. Il s’agit d’un appui pour un ancrage du bilinguisme au Cameroun et d’une amélioration des pratiques pédagogiques des enseignants, dans une optique de formation continue.