Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun-CEA: Convergence de vue pour l’intégration


Alwihda Info | Par - 25 Septembre 2017 modifié le 25 Septembre 2017 - 10:06

La ville de Douala va accueillir du 26 au 29 septembre une rencontre avec la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique Centrale pour échanger des expériences et stratégies, dans le cadre de la poursuite du renforcement de l’intégration sous régionale en Zone Cemac–Ceeac.


Antonio Pedro (à gauche), reçu par le ministre camerounais  du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana (à droite).
Antonio Pedro (à gauche), reçu par le ministre camerounais du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana (à droite).
A l’occasion d’une audience accordée récemment au directeur sous régional pour l’Afrique centrale de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique Centrale de la Commission des Nations Unies pour l’Afrique-CEA- Antonio Pedro par le ministre du Commerce, les deux parties se sont engagées à poursuivre le renforcement du processus d’intégration régionale. « Nous avons un axe principal dans le processus de renforcement du processus de l’intégration régionale, l’industrialisation basée sur les ressources naturelles. Il est question de voir comment profiter du leadership du ministre en charge du Commerce », a déclaré l’émissaire au terme d’une audience avec le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbraga Atangana.
A Douala du 26 au 29 septembre Douala, il est annoncé la tenue d’une rencontre qui devra permettre d’échanger des expériences et de stratégies dans le cadre de la poursuite du renforcement de l’intégration sous régionale en Zone Cemac–Ceeac. Il sera question de présenter une étude en la matière, de tenir des débats de haut niveau sur la promotion des produits « made in Cameroon ». La délégation de la CEA qui comprenait en outre le responsable de la Communication Ernest Chi Cho, a apprécié les efforts du gouvernement qui multiplie des stratégies de promotion des produits du terroir.
Commerce préférentiel
Bien que certains Etats œuvrent dans le sens de la mise en place de la zone de libre-échange continentale, la persistance des obstacles pour la libre circulation des personnes et des biens a été décriée par les deux parties. Même avec l’obtention d’un certificat de conformité, les produits de la Cemac ne circulent pas librement, ont-ils regretté. A l’occasion, le ministre Luc Magloire Mbarga Atangana a sollicité l’appui de la CEA sur le terrain des APE ratifiés par le Cameroun en sécurisant les débouchés. « Il n’est plus question d’importer les huiles végétales et produits dérivés au Cameroun », a rappelé le ministre du Commerce. En effet, la filière huile de palme qui a été présentée aux hôtes du ministre du Commerce, sert de modèle en raison de la capacité des industriels à capter les marchés.
En dépit des pertes post-récoltes énormes dans plusieurs domaines, le Cameroun affiche sa détermination à transformer localement certains de ses produits de base comme le café et le cacao. Des actions comme des journées nationales de la consommation, de la rentrée commerciale sont organisées pour promouvoir la consommation interne. Une idée très appréciée par les supermarchés où existent désormais des pavillons consacrés aux produits vivriers.
Pour faciliter le retour au marché africain, l’émissaire de la CEA annonce également l’organisation du 23-25 octobre prochain à Douala, d’une réunion en qui va réunir une dizaine d’Etats de la CEEAC. L’objectif poursuivi est le renforcement de l’intégration des capacités des pays africains à profiter du commerce préférentiel. Même s’il y a des réticences au niveau macro-économique, l’urgence est dans la production des études pour convaincre les Etats que c’est bien le commerce qui impulse le développement.