Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Cyrille Oddi : « Nous allons recenser les titres juridiques »


Alwihda Info | Par - 28 Juin 2020

Le 23 juin dernier, le ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières et le Cabinet Intelligence Patrimoniale+ ont signé à Yaoundé un avenant du contrat de gestion et de suivi du domaine privé de l’Etat et du domaine public dans deux régions du Cameroun, le Centre et le Littoral. Le représentant légal du Cabinet Intelligence Patrimoniale+ revient ci-dessous sur les activités contenues dans la lettre de mission de ce partenariat public-privé.


Cyrielle Oddi, représentant légal du Cabinet Intelligence Patrimoiniale+.
Cyrielle Oddi, représentant légal du Cabinet Intelligence Patrimoiniale+.
Avec le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières vous avez signé l’avenant du contrat du mandat d’audit, de suivi du patrimoine de l’Etat. Pour vous, est-ce un un risque et une délicate mission ?
Il s’agit bel et bien d’une action du gouvernement camerounais qui est portée par le ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières, le ministère technique en la matière. La question sur la délicatesse trouve tout son sens parce que d’une façon ou d’une autre, il s’agit de la gestion du patrimoine de l’Etat, notamment du patrimoine immobilier de l’Etat. Dans la question, nous avons la gestion du domaine public de l’Etat et la gestion de la dépendance du domaine public de l’Etat. Et en cela on peut dire que la mission est délicate, en cela que la chose publique est délicate. Ainsi donc, nous devons avoir une attitude responsable et citoyenne et de probité. Je voudrais tout simplement vous rassurer que la mission est saine et professionnelle : il s’agit ni plus ni moins, de vérifier la régularité et la conformité des titres juridiques et les occupants sur le domaine public de l’Etat. Nous sommes là pour servir et non pour se servir...

Mener une telle opérations suppose qu’on a de l’expérience et de l’expertise, au-delà de la probité. Avez-vous suffisamment de ressources pour mener une telle opération ?
Une mission d’assainissement a été confiée par le chef de l’Etat au ministre Henri Eyebe Ayissi que vous connaissez très bien, un haut commis de l’Etat qui a roulé sa bosse et qui a une certaine expérience. Vous convenez avec moi que lorsqu’il fait des choix, il ne peut que faire des choix d’un homme avisé. Il s’inscrit dans l’esprit de la nouvelle ingénierie de l’Etat et tend la main à des cabinets qui ont une certaine expérience. Intelligence Patrimoine + est effectivement un cabinet doté d’une expérience de qualité. Il a une équipe d’experts pluridisciplinaires, qui va de l’audit au management des organisations, en passant par l’expertise immobilière, l’évaluation patrimoniale et l’audit du patrimoine public et privé. Par ailleurs, le cabinet a des experts en fiscalité immobilière. Il mène des formations dans la sous-région de l’Afrique centrale. Nous avons fait d’autres preuves hors du continent, plus précisément à Genève. Le contrat signé ne concerne que les régions du Centre et du Littoral.

C’est vous-mêmes qui avez souhaité ou sollicité cette phase de probation aux essais pour mieux faire vos preuves ?
Il y a eu une période probatoire de six mois et les résultats parlent d’eux-mêmes. Nous avons sensiblement fait réintégrer dans le domaine privé de l’Etat à Yaoundé près de 156 hectares, dans la ville de Douala près de 21 hectares. Et nous avons en ce qui concerne l’occupation du domaine temporaire de l’Etat par des entreprises d’exploitation de carrières, près de 750 millions de Fcfa à recouvrer par les receveurs départementaux des domaines.

Votre cabinet a désormais en charge d’assurer la sécurisation et la valorisation du patrimoine immobilier de l’Etat. Comment allez-vous travailler dans le cadre de votre mandat ?
La question de sécurité est une question très générique et très délicate. L’Etat a des institutions particulières qui ont été mises en place pour assurer la question de la sécurité dans le sens propre du terme. Nous allons faire un ensemble de travaux qui concernent l’expertise de la valeur vénale du patrimoine immobilier de l’Etat, le recensement et l’inventaire de tous les immeubles concernés. En ce qui concerne le recensement, nous allons recenser les titres juridiques et les occupants tant réguliers qu’irréguliers. Par ailleurs, nous allons procéder à une vérification approfondie de chaque titre juridique. Cela constitue la méthodologie de travail. L’audit est l’approche méthodologique la mieux appropriée pour assainir.

A quand le début des travaux et ça sera pour quelle durée ?
Le 23 juin dernier marquait la signature d’un avenant. Il y a de cela six mois, le ministère avait acté la convention pour la phase probatoire. Et maintenant, nous retournons pour une évaluation à mi-parcours. Et très exactement nous avons l’action d’audit qui partira du 23 juin 2020 pour 12 mois. En ce qui concerne la mission-suivi, elle sera de 24 mois. Nous comptons sur les bonnes volontés des uns et des autres, tant au niveau des administrations publiques qu’au niveau des usagers qui feront l’objet des audits dans les futurs jours.