Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Décrispation : Paul Biya accorde plus d’autonomie aux Anglophones


Alwihda Info | Par - 13 Décembre 2019 modifié le 13 Décembre 2019 - 08:39

A la demande du président de la République, le Parlement camerounais se réunit ce 13 décembre 2019 en session extraordinaire dans un contexte marqué par le retour à la paix dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Au centre des débats, l’accélération du processus de décentralisation, avec en prime, l’octroi d’un statut spécial aux régions anglophones du pays.


Paul Biya: de la parole aux actes.
Paul Biya: de la parole aux actes.
C’est véritablement une décrispation qui s’annonce au Cameroun. En effet, les régions anglophones du pays vont sortir renforcées au terme de l’examen de la loi portant sur le code de la décentralisation. Cette loi va donner une plus grande liberté d’action pour les maires et les élus locaux, avec 15% des recettes de l’Etat consacrées à la décentralisation. Il faut rappeler que sur la demande du président de la République Paul Biya, le Parlement (Assemblée nationale et Sénat) est convoqué en session extraordinaire ce 13 décembre 2019. Selon certaines sources gouvernementales, la loi portant sur le Code de la décentralisation sera analysée par les députés et les sénateurs. Il va ainsi en sortir plusieurs dispositions réglementaires touchant les collectivités territoriales décentralisées du pays, et plus particulièrement, des attentions en faveur des populations des régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest.
Pour cette session extraordinaire très attendu, les travaux du Parlement camerounais pourront s’étendre sur une durée maximale de 15 jours. Ils interviennent au moment où l’on observe un retour à la paix dans les régions touchées du Nord-ouest et du Sud-ouest et surtout, à la suite de la tenue il y deux mois à Yaoundé, du Grand dialogue national qui a énoncé un certain nombre de recommandations pertinentes pour un retour à la paix et une accélération du processus de décentralisation. Plusieurs sujets débattus et adoptés lors du Grand dialogue national ont été soumis à l’attention du président de la République.
Aujourd’hui, Paul Biya a pris la pleine mesure des choses en décidant d’octroyer plus de ressources aux régions anglophones pour leur pleine prise en charge, en vue d’un développement harmonieux et l’amélioration des conditions de vie des populations. Alors que la nomination des délégués du gouvernement (super maires) dans 14 villes du pays était apparue anachronique dans un contexte de démocratie, le nouveau code de la décentralisation consacre la suppression de ce poste. L’on aura alors un nouveau système axé sur une gestion plus saine et profitable aux populations.
De manière générale, en rapport avec les résolutions du Grand dialogue national, d’autres dispositions sont prévues dans le cadre du code de la décentralisation. L’Assemblée générale des chefs traditionnels du Nord-Ouest et du Sud-ouest (The House of Chiefs), un organe qui a existé entre 1960 et 1972, va revenir dans les régions anglophones. Cette instance aura ainsi la charge d’influencer positivement sur le développement local, avec entre autres, la possibilité de révoquer le Conseil régional en cas de mauvaise gestion des ressources et des projets de développement. Bien plus, les régions anglophones auront un peu plus de ressources financières, dans le but d’engager des projets de développement dans cette partie du pays affectée par des exactions des bandes armées. Pour la bonne exécution du budget, un médiateur indépendant sera nommé. A partir de l’année 2020, son rôle consistera à contrôler la bonne exécution des projets destinés aux populations. D’autres indications font état de ce que le sous-système d’enseignement actuel sera maintenu au Nord-ouest et au Sud-ouest. A côté cela, les populations de la zone anglophone pourront auront appliquer librement le contenu du sous-système francophone.
Comme on peut le constater, la session extraordinaire du Parlement qui débute ce 13 décembre à Yaoundé est d’une importance capitale, quant à l’avenir du Cameroun tout entier, et surtout pour un retour à la paix et au développement harmonieux dans les régions anglophones du pays.